La démocratie en béton

La démocratie en béton

Une exposition sur l’architecture postcoloniale en Asie du sud revient avec nostalgie sur la promesse de progrès social du modernisme.

27 juin 2022

By Diana ABDOU

La démocratie en béton
Stade municipal Sardar Vallabhbhai Patel, Ahmedabad, Inde; conçu par Charles Correa et Mahendra Raj, 1959-1966

Les visiteurs de « The Project of Independence » au Museum of Modern Art sont accueillis à leur droite par sept visages ombragés sur une photographie de Margaret Bourke-White. Ils appartiennent, selon la légende originale de la photo dans Life, à des réfugiés sikhs « grêles mais déterminés » du Pakistan, forcés de déménager dans une Inde nouvellement indépendante après la partition. Leur placement dans l’exposition suggère qu’ils se dirigent vers la ville affichée sur le mur de gauche : Chandigarh, la capitale du nouvel État indien du Pendjab, imaginée par l’architecte franco-suisse Le Corbusier et son mécène, le Premier ministre Jawaharlal Nehru.

Au moment où la photographie de Bourke-White a été prise, Chandigarh était encore sur le point de s’élever des contreforts de l’Himalaya. Extraits du documentaire de 1966 d’Alain Tanner et John Berger Une Ville à Chandigarh détaillent sa construction, des femmes et des hommes passant des pierres et du béton d’une personne à l’autre sans l’aide d’un jeu de roues. Le toit en forme de faucille de l’Assemblée législative achevée se trouve à l’arrière-plan, entre le lointain Himalaya et la terre nue où les travailleurs peinent. Le complexe du Capitole a été construit dans le style moderniste importé par Le Corbusier : béton brut, angles droits, arcs généreux et petites fleurs de couleur délibérées. En fait, Le Corbusier a conçu toute la ville selon sa conception du formalisme, dans laquelle les quartiers étaient ségrégués et organisés par destination sociale : les bâtiments gouvernementaux étaient la « tête », le centre commercial le « cœur », et les opérations éducatives et de loisirs le « les bras. » Dans les années 1950, le modernisme se développe sous la bannière de la démocratisation de l’architecture.

« Brave new Chandigarh, né dans les dures plaines du Pendjab sans cordon ombilical », a écrit l’architecte indien Charles Correa une décennie plus tard. Nehru avait espéré que la ville amènerait l’Inde au-delà de la ruine humaine de la partition et prouverait que le nouveau pays se dirigeait vers une technocratie maîtrisant parfaitement le langage international du modernisme et capable de réaliser l’utopie. Au lieu de cela, Chandigarh était vouée à un état d’inachèvement, car la réalité de la nouvelle Inde a dépassé le rêve de Nehru. Un architecte après l’autre est mort, et la ville a été submergée par le double du nombre de réfugiés et de migrants pour lesquels elle avait été prévue – qui n’ont pas tous trouvé le schéma de Le Corbusier particulièrement utile ou démocratique dans la pratique. (Les planificateurs de Chandigarh sont tristement célèbres pour avoir oublié de créer des logements pour les travailleurs migrants qui ont construit la ville.)

La démocratie en béton
Archives des Mahendra Raj Secrétariat, Capitol Complex, Chandigarh, Inde; conçu par Le Corbusier, 1951-1958

Le spectacle du MoMA s’oriente autour de la vision de Nehru de littéralement remodeler la nation. Il retrace l’empreinte du modernisme sur les paysages du Pakistan, du Bangladesh et du Sri Lanka, ainsi que de l’Inde, de l’indépendance, en 1947-1948, à 1985. En l’espace de deux salles, « The Project of Independence » vise à couvrir les villes construites de toutes pièces – notamment Chandigarh, Islamabad et Auroville – dans ces nouveaux pays ; les réponses des urbanistes à la crise croissante du logement dans le sous-continent ; l’architecture des infrastructures et de l’industrie (y compris le tourisme) ; espaces politiques et civiques; écoles et universités; et d’autres institutions, dont une banque, une mosquée et un planétarium. Dans le catalogue qui l’accompagne, les conservateurs approfondissent l’espoir de Nehru que l’architecture radicale permettrait et refléterait une nouvelle société indienne.

Après la fin de la domination britannique en 1947/48, les architectes de l’Inde, du Pakistan, du Bangladesh et du Sri Lanka ont adopté les valeurs et les caractéristiques du modernisme comme moyen de mettre en évidence leur autonomie et leurs identités nationales et de décrire leur progrès social. Et avec cela, de nouvelles approches de l’architecture ont séparé les nations de leur passé colonial britannique, comme les complexes gouvernementaux en béton de Dhaka et les maisons passives de Colombo, et ont profité des traditions artisanales de la région pour produire des bâtiments expérimentaux.

La démocratie en béton
Muzharul islam chittagong university

Les projets présentés sont mis en place par des personnalités clés telles que l’architecte indien Balkrishna V. Doshi, le seul lauréat sud-asiatique du prix Pritzker d’architecture, Minnette de Silva, la première femme à devenir architecte agréée au Sri Lanka, et Yasmeen Lari, la première femme à obtenir le diplôme d’architecte au Pakistan. Ils aborderont la manière dont l’architecture a contribué au processus de décolonisation et de modernisation de ces États-nations.

ch2021.11184 copy 2000x1157
Archives structures emblématiques qui représentent la vision de l’Inde

L’exposition s’organise autour de sections thématiques, telles que les matériaux disponibles, les traditions artisanales ou encore l’organisation du travail. Une grande section sur le renforcement des institutions montre comment les institutions culturelles et gouvernementales mettent en valeur les forces sociales, politiques et culturelles à l’œuvre dans la transformation des sociétés sud-asiatiques après l’indépendance. Une autre section explore les investissements des gouvernements dans la construction d’établissements d’enseignement supérieur. Des projets d’industrie et d’infrastructure tels que l’immeuble de bureaux de Ceylon Steel Corporation à Oruwela et la laiterie Dudhsagar d’Achyut Kanvinde à Mehsana, en Inde, sont également exposés pour mettre en évidence des structures emblématiques qui représentent la vision de l’Inde en matière d’industrialisation de la production agricole.

cover 2 13

Hebdo

Magazine Diana Unlimited

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :