Petites histoire d’amour moderne :  » Je deviens tellement bizarre près des filles »

fb8b33b82ccba823b42b3714ad366001
94ce8b2c9124e41d24a60f110ce4a9bb
Petites histoire d’amour moderne :  » Je deviens tellement bizarre près des filles »
L’amour Moderne Love en miniature, avec des histoires soumisses par les lecteurs ne dépassant pas 100 mots.

Mon jeune moi sage

J’ai pris l’avion pour rentrer de Berlin à Vancouver après deux ans à l’étranger. Ma mère, Roberta, m’a chargé de retrier mes affaires du grenier. J’ai trié des boites de souvenirs. En feuilletant un vieux cahier, j’ai découvert une entrée intitulée « Confessions », écrite en cursif le 24 février 2004, la veille de mon 13e anniversaire : « Je deviens tellement bizarre avec les filles et je pense que je suis lesbienne. » Un sentiment de justification et d’amour pour mon jeune moi m’a submergé. Je pensais que je n’avais su que j’étais gay que plus tard. En réalité, je l’avais toujours su. —Deidre Olsen

a venise avec ma fiancée, à droite.
A Venise avec ma fiancée, à droite.

Ce qui était déjà parti

Nommer un fœtus de 10 semaines était une mauvaise idée. Deux jours après une échographie qui a révélé un sac gestationnel vide, j’étais allongée dans un lit d’hôpital, attendant qu’un chirurgie hâte la perte de ce qui était déjà parti. Je fixai le plafond tout en haletant à travers les sanglots. «Ressentez vos sentiments», le monde aime à exhorter. OK fait. Ma tristesse m’a réduit en poudre, mais je n’ai pas soufflé. J’ai pensé à mon mari, à la maison au même moment, penché sur le berceau de notre fille de 20 mois et chuchotant les noms de tous ceux qui l’aiment. Je suis resté entier. —Anne Manning

mon mari, notre fille et moi.
Mon mari, notre fille et moi.

Première fois à la maison

C’était mon cinquième voyage en Irlande, mais ma première fois dans le connemara, l’endroit que ma grand-mère avait quitté, une région connue pour ses contes. J’avais peur que ce ne soit pas à la hauteur de ses histoires, ou peut-être que je ne le serais pas. David, un cousin que je n’avais jamais rencontré auparavant, m’a fait courir, faisant rimer des dates et des détails, coloriant nos lignées ancestrales. Il m’a tendu une photo, sont grand-père au Canada, rendant visite à ma grand-mère – debout ensemble comme nous le faisions alors. J’ai retenu les larmes alors que David détournait poliment les yeux. Alors que je partais, il m’a pris dans ses bras et m’a dit: « Reviens bientôt à la maison. » — Casey Erin Wood

le grand père de david avec ma grand mère à calgary, canada en 1958.
Le grand père de David avec ma grand mère à Calgary, canada en 1958.
Qu’est-ce qu’il y a dans un nom?

En tant qu’éducateur à vie né avec le nom de famille Lerner, j’ai plaisanté avec mes élèves en disant que j’étais destiné à devenir enseignant. Ce rôle a été ma force motrice pendant des décennies, jusqu’à ce que je devienne grand-père. Je n’ai jamais eu de grands-parents; ils ont été tués pendant l’Holocauste. L’autre jour, lors d’un chat vidéo, mon petit-fils dans un fuseau horaire à l’ouest, a regardé son écran et a demandé : « Il fait noir dehors par vous ? » « Oui. »  « Alors comment se fait-il qu’il ne fasse pas noir ici ? Avec cette question, mes rôles d’enseignant et de grand-parent ont joyeusement convergé. —Jack Lerner

lecture avec mon petit fils.
Lecture avec mon petit fils.
cover 2 13

Hebdo

Magazine Diana Unlimited

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :