Acteur incontournable des soirées nocturnes, venant de la Capitale

@Presse / Acteur incontournable des soirées nocturnes, venant de la Capitale

Venant de la capitale est un acteur incontournable du monde de la nuit depuis dix ans. Il a organisé les soirées de nombreux artistes comme Booba, Aya Nakamura, Naza, KeBlack ou encore Vegedream. Son concept « La Capitale » cartonne à Paris et à l’international. Portrait. 

@Presse / Acteur incontournable des soirées nocturnes, venant de la Capitale

« Il ne faut jamais oublier d’où l’on vient«. C’est à Grigny dans le département de l’Essonne en région parisienne que Venant grandit. Une ville dans laquelle il se temps toujours de temps en temps. insiste-t-il. Venant étant son deuxième prénom, son surnom « de la capitale » vient de son attirance pour la ville de Paris depuis toute jeune. « Quand j’étais jeune, je montais beaucoup sur Paris. Je disais à mes potes : « Je monte sur la capitale ». C’est là que les gens ont fini par me surnommer : « la capitale » », explique-t-il. 

Du football au monde de la nui

Plein de gens dont il assure entretenir des liens fraternels. Au-delà de ces artistes, Venant n’hésite pas à programmer des artistes moins connus afin de les mettre en lumière. Ayant bâti un réseau solide, Venant de la capitale s’exile ensuite aux quatre coins du monde à Miami, à Dubaï, à Marbella, Manchester ou encore Bruxelles. Il organise alors plein d’autres soirées d’artistes afro-urbains comme Aya Nakamura qu’il considère comme sa « petite sœur », Franglish, Vegedream, Naza, KeBlack, Dadju, Abou Debeing, Alonzo ou encore Gradur. Aujourd’hui, il est devenu un acteur incontestable des soirées à Paris et à l’international au point même que son concept « La Capitale » rencontre un franc succès. 

Avec le soutien de Ramy Maatouk et Steeve Grossard du Crystal Lounge, Venant se forme pendant plusieurs années, accompagné de ses binômes Edmond Lemaire et DJ Alack Jackson, afin de comprendre tous les rouages de ce milieu enchaînant les clubs passant par le Régine, le Milliardaire et bien d’autres lieux phares de la capitale parisienne.  Alors qu’il se prédestinait à une grande carrière de footballeur (il jouait en ligue 2), cette fascination pour le monde de la nuit le rattrape. « Je sortais beaucoup en boîte de nuit quand j’étais footballeur », dit-il. C’est ainsi que Venant décide d’abandonner le football pour se lancer dans le grand bain de la nuit. En 2012, il organise la release party de Booba au Crystal Lounge à Paris à l’occasion de l’album du rappeur intitulé Futur. 

« Sans feeling, tu ne peux rien faire » 

Après dix ans d’expériences dans le monde de la nuit, Venant de la capitale ne pense pas « être arrivé au sommet. » Cependant, il estime avoir assez de recul pour conseiller un ou une jeune à se lancer dans l’aventure de l’entreprenariat : « Pour se lancer dans ce business, il faut être motivé, ambitieux. Il ne faut pas hésiter à sortir et parler aux gens, conseille-t-il. Sans feeling, tu ne peux rien faire ».

Ayant une licence restauration, Venant se vante d’avoir été « l’un des rares à pouvoir travailler » durant l’année 2021, notamment du fait de sa double casquette : organisateur et directeur artistique. Il a aussi la chance de ne pas être concerné par la fermeture des discothèques en France qu’il trouve « insensée ». « Les meetings politiques, les bars, les restaurants, sont tous ouverts mais pas les boîtes de nuit. C’est une incohérence totale », déplore-t-il. 

Crédit photos : Agence Rise Up. 

%d blogueurs aiment cette page :