Lâcher prise, c’est accepter ses limites car la douleur est intense

Lâcher prise, c’est accepter ses limites car la douleur est intense
@Presse / theconversation.com

A force de vouloir contrôler tout ce qui nous entoure, nous gaspillons notre énergie et perdons notre sérénité. D’où le fameux “lâcher-prise” ! Une attitude intérieure d’ouverture à la vie et aux autres, aller jusqu’au bout, ce n’est pas seulement résister, mais aussi se laisser aller.

Si vous n’êtes pas quelqu’un qui a un amour naturel pour vous-même, il est difficile de laisser aller votre désir de plaire aux autres, et ce n’est vraiment pas un ingrédient pour une vie heureuse. Parfois, nos vies ont besoin d’être chamboulées, changées et réorganisées pour nous replacer à l’endroit où nous sommes censés être. 

Aujourd’hui est le plus beau jour de notre vie, car hier n’existe plus et demain ne se lèvera peut-être jamais. Le passé nous étouffe dans les regrets et les remords, le futur nous berce d’illusions. Apprécions le soleil qui se lève, réjouissons-nous de le voir se coucher. Arrêtons de dire « il est trop tôt » ou « il est trop tard » ; le bonheur est là : il est l’instant présent.

Abonnez-vous pour y accéder

Découvrez la suite de ce contenu dès aujourd’hui en vous abonnant.

Ce qui est fait est fait. Ce qui est terminé est terminé. On ne peut changer le passé, on peut que l’accepter. Aussi douloureux soit-il. Mais on peut construire son avenir, en regardant devant soi, avec comme bagage et expérience, les leçons apprises du passé. 

try { new KwankoSDKLoader.getSlot(« S5115E55763111D23 »); } catch(e) {}

Le lâcher prise ne consiste pas à renoncer à son objectif, son rêve, sa destination mais bien à laisser la place à de nouvelles solutions. La prise est là pour nous servir, et non pas le contraire.

Lâcher prise, c’est accepter de s’ouvrir à ce qui vient, de changer son regard, de modifier son interprétation, c’est aussi parfois faire le deuil de quelque chose à quoi on tenait, c’est encore pardonner et mettre son attention sur ce qui est ici et maintenant.

À partir du moment où l’on peut lâcher prise, où l’on ne désire plus être heureux à tout prix, on découvre que le bonheur, c’est cette capacité de garder les mains ouvertes, plutôt qu’agrippées sur ce que nous croyons être indispensable. 

Même une vie heureuse a sa part d’obscurité. Le bonheur perdrait son sens s’il n’était pas équilibré par la tristesse. Il est beaucoup mieux de prendre les choses comme elles viennent, avec patience et sérénité. Les choses changent selon leur propre rythme. Si nous renonçons à leur résister, nous libérerons l’énergie nécessaire pour être pleinement vivants et heureux.

Lorsque vous acceptez pleinement de ne pas savoir, vous cessez de lutter pour trouver les réponses dans les limites du mental et c’est alors qu’une intelligence plus vaste peut agir par votre intermédiaire. Même la pensée est susceptible d’en bénéficier car l’intelligence plus vaste peut y affluer pour l’inspirer. Parfois, lâcher prise signifie de cesser de comprendre et se sentir à l’aise dans le fait de ne pas savoir. 

La pratique la plus simple et efficace du lâcher-prise consiste donc à s’exercer à demeurer un ici et maintenant avec ce qui est ?

La réaction de stress est une réaction adaptative qui prépare à avoir une réponse adaptée face à un événement déclencheur, qu’on appelle un stresseur. On a tendance à parler de « stress » pour évoquer les difficultés qu’une personne a pour faire face à tout changement. Bien des personnes ont des modes de réactions inadaptés face à leurs stresseurs. Leur problème n’est alors pas le stresseur lui-même, puisqu’il est normal, et souvent souhaitable, que les choses changent, qu’il y ait des surprises, mais plutôt le mode de réaction face aux événements.

C’est le cas des personnes qui cherchent à tout contrôler, qui verrouillent tout. Elles cherchent ainsi à se rassurer, mais en fait, cela les conduit à craindre l’avenir, à n’avoir confiance ni en elles-mêmes, ni dans les autres.

Lâcher prise
@Presse / home.trainingpeaks.com

Identifiez la source de vos angoisses afin de lâcher prise 

Quels sont vos stresseurs ? Qu’est-ce qui vous conduit à ne pas pouvoir vous y adapter ? Le plus souvent, au départ, il y a différentes croyances, discours intérieurs, jugements sur ce que vous vivez, sur ce qui se passe. Ces cognitions induisent des émotions : de l’anxiété, de l’abattement, de la colère, et cela vous conduit à des paroles ou des actes qui ne font que jeter de l’huile sur le feu. De nouveaux jugements se mettent alors en route, qui donnent lieu à des émotions pénibles et des conduites inadaptées. Vous voilà enfermé dans un cercle vicieux.

Il est important que vous puissiez lister les points de départ, c’est-à-dire vos stresseurs. Mais aussi que vous puissiez repérer les cercles vicieux dans lesquels vous vous trouvez rapidement enfermé. Notez sur une feuille de papier vos stresseurs, puis vos pensées et dialogues intérieurs, puis vos émotions, puis vos actions et ce qui s’ensuit. Vous aurez déjà fait un grand pas…

try { new KwankoSDKLoader.getSlot(« S510B7157631121913 »); } catch(e) {}

Acceptez votre souffrance votre réaction de stress 

Inutile de lutter inefficacement. Votre malaise ne mérite aucune culpabilité. Observez les pensées qui vous submergent sans les juger. Vous êtes au bord des larmes ? Vous sentez votre gorge se nouer ? Ne résistez pas. Laissez-vous aller. Nul autre que vous ne peut saisir ce que vous subissez. Alors, vivez pleinement les émotions que vous ressentez….

Lâcher prise et respirez 

La respiration est un outil formidable pour lâcher prise. N’avez-vous jamais remarqué comme une profonde respiration suivie d’un grand soupir peut vous soulager quand une situation stressante est achevée ? Pratiquez la respiration abdominale (ou ventrale). Elle libère le diaphragme et nous apporte une sensation immédiate d’apaisement et de bien-être.

Vidéo du jour

Arrêtez de tout contrôler et débarrassez vous de votre stress

Et si vous arrêtiez de vouloir tout contrôler ? Certes, des événements douloureux se mettent en travers de votre route. Mais un surcroît de contrôle visant à faire abstraction de ce qui se passe pour tenter d’en revenir à la situation antérieure est-il la bonne solution Il n’y a pas de retour en arrière possible, il faut s’adapter au changement. Que ce soit le deuil d’un de vos proches, un licenciement, un conflit familial ou une déception amoureuse, ce qui est advenu est advenu. Acceptez-le et tirez-en les conséquences afin de pouvoir poursuivre votre chemin.

Agissez pour lâcher prise 

Ne vous laissez plus submerger par les tensions qui vous paralysent. Faites le point avec vous-même et donnez-vous des buts accessibles et réalistes. Débarrassez-vous de vos croyances : « je suis nul(le), je n’y arriverai jamais, je dois absolument être à la hauteur, il faut que tout soit parfait…». Nul besoin de jouer les héros. Vous devez seulement accepter vos limites et déterminer ce qu’il vous est possible de faire. Faites-vous confiance, transformez vos faiblesses en atouts, ne refusez pas l’échec et tirez-en plutôt les conséquences, donnez-vous le droit de douter ou de vous tromper. Bref, agissez en connaissance de cause sans vous leurrer ni vous sous-estimer.

try { new KwankoSDKLoader.getSlot(« S51189F5763111B9 »); } catch(e) {}
L’avis de DianaUnlimited

Réparer ses souffrances, aller de l’avant, en finir avec des réactions de stress inadaptées et font de notre existence un calvaire n’est pas une mince affaire. Pourtant, des solutions existent et rendent la vie bien plus douce. Les exercices de « lâcher prise » peuvent vous aider à gérer votre stress et vos angoisses au quotidien. Néanmoins, vous pencher aussi sur la face cachée de l’iceberg et aller chercher au plus profond de vous ce qui vous rend si vulnérable serait un plus.

Le but ? Évaluer votre stress et interpréter ses impacts sur votre santé physique et psychique, calmer vos émotions, savoir se rendre imperméable à ses pensées défaitistes, modifier votre comportement face aux situations stressantes, retrouver votre sérénité… pour longtemps. En fait, lâcher prise, c’est commencer à être vraiment heureux, car le bonheur, c’est comme un sillage, il suit fidèlement celui qui ne le poursuit pas. Si l’on s’arrête pour le contempler, pour le saisir, il s’évanouit aussitôt.

À partir du moment où l’on peut lâcher prise, où l’on ne désire plus être heureux à tout prix, on découvre que le bonheur, c’est cette capacité de garder les mains ouvertes plutôt que de les laisser agrippées sur ce que nous croyons nous être indispensable.

cover_2-2

Diana Unlimited Hors série

Toute l’actualité en France et à l’international, décryptages et débats. L’Humanité, ♦ Désintoxication ♦ Invention ♦ Diabolisation ♦ Diversion. Si la non-violence est la loi de l’humanité, l’avenir appartient aux femmes. Qui peut faire appel au coeur des hommes avec plus d’efficacité que la femme..

8,48 €

2 thoughts on “Lâcher prise, c’est accepter ses limites car la douleur est intense

%d blogueurs aiment cette page :