Le vol en bande d’organisé des réseaux sociaux passe au Drop Shipping

Le principe du « dropshipping » consiste à revendre des articles sur des sites internet à des prix bien plus élevés que leur valeur réelle.

Le vol en bande d’organisé des réseaux sociaux passe au Drop Shipping
Le grossiste des réseaux sociaux passe au Drop Shipping / @Dianaunlimitedfaunesetfemmesmagazines / @Presse

Revendre des boucles d’oreilles à 2 euros, au prix de 45 euros ou encore des montres à 15 euros, au prix de 70 euros, en faisant miroiter une qualité luxueuse. C’est le principe du « dropshipping ». Les vendeurs adeptes de ce mode de vente qui prend de plus en plus d’ampleur sur internet ne gèrent pas de stocks ou de livraisons. Ils se contentent de faire l’intermédiaire entre le fournisseur et le client et empochent au passage de très grosses marges, en toute légalité.

Un mode de vente qui prend d’assaut les réseaux sociaux

Des publicités sur Facebook, Instagram, des influenceurs qui font la promotion de ces sites, la popularité du « dropshipping » est impressionnante sur les réseaux sociaux. Sur ce type de site, on vend des produits « de luxe » et à prix cassés. En réalité, il s’agit simplement de marchandises provenant de Chine, vendues pour quelques euros, voire quelques centimes par des géants du e-commerce comme Alibaba ou Wish.

Les vendeurs ne mentionnent pas que les produits viennent de tel ou tel grossiste, ils s’occupent de la vente et font livrer l’article chez le client. En cas de problème de livraison, ou de produit défectueux, il n’y aucune garantie. Les sites créés en quelques minutes via des plateformes comme Shopify, peuvent disparaître aussi rapidement. Il faut donc être particulièrement vigilant avec ce type d’achat.

A LIRE >>  David Diop : La porte du voyage sans retour

« Les consommateurs se font arnaquer »

« Les consommateurs se font arnaquer ; ils ont un produit et un service après-vente qui ne sont pas du tout à la hauteur. Et les gens qui se lancent dans le business du ‘dropshipping’ sont persuadés qu’ils vont gagner quelque chose. Mais les seuls qui y gagnent, ce sont les intermédiaires : Shopify [qui permet de créer un site marchand en quelques minutes], Facebook et les gens qui vendent des formations », déclarait au Monde Baptiste Boisseau, du site Signal-Arnaques.

%d blogueurs aiment cette page :