L’amour c’est 1+1=1 quand une femme désire son homme qui malgré la distance

L’amour c’est 1+1=1 quand une femme désire son homme qui malgré la distance

82 / 100

L’amour c'est la générosité du cœur, il ne connait pas l'apparence physique, ni l'argent, c'est le fait de penser à quelqu'un malgré la distance ; ce qui fait le plus souffrir c'est le mensonge et les faux espoirs. Un jour l'amour a dit à l'amitié : Pourquoi existes-tu puisque je suis là ? L'amitié lui répond : Pour amener un sourire là ou tu as laissé des larmes.

L'amour c'est 1+1=1 quand une femme désire son homme qui malgré la distance
@dianaunlimitedfaunesetfemmesmagazines / L’amour c’est 1+1=1 quand une femme désire son homme qui malgré la distance

Être heureuse, pour l’âme conjugale, c’est être pénétrée, possédée, assimilée toujours plus et toujours mieux; c’est se difforme dans l’amour. La suppression de toute distance est l’éternel vœu du cœur; l’isolement est sa tristesse, l’individualité son supplice. Voyager est un palliatif dérisoire à la routine. La vie est trop courte. C’est une erreur de croire qu’on peut l’étirer en transportant son ennui dans ses bagages.

L’amitié ne consiste pas dans ces démonstrations excessives, dans cette ardeur effrénée qui n’appartiennent qu’à l’amour. C’est un feu doux, mais toujours égal, qui nous échauffe sans nous consumer. Il ne s’allume que lentement; mais la lenteur même de ses progrès les rend plus certains ; le temps ne sert qu’à l’accroître.

Il est bien des choses qui ne paraissent impossibles que tant qu’on ne les a pas tentées. Nul obstacle n’inquiète l’amour, nul effort ne l’épouvante; il tente plus qu’il ne peut, car il ne connaît rien d’impossible. L’amour croit en sa force, et que tous les succès lui sont assurés.

L’ardeur ne se mesure pas à la quantité de fois de faire l’amour ; l’amour est tout le long des jours, dans la quiétude du silence, dans le sourire, le ton de la voix, dans l’absence, l’éloignement. Les plus belles choses du monde ne peuvent être vues ou même touchées. Elles sont ressenties avec le cœur.

 L'amour c'est 1+1=1 quand une femme désire son homme qui malgré la distance

Est-il donc vrai que dans tout amour, il y a une souffrance en éclosion ? Pourquoi devons-nous toujours payer d’une incertitude, d’un doute, d’une angoisse même, nos plus petits bonheurs ?

La notion de la distance est comme une fourmi dans une relation amoureuse si les amours sont sincères. L’absence diminue les médiocres passions, et augmente les grandes, comme le vent éteint les bougies, et allume le feu.

Le sentiment amoureux se mesure à l’ampleur du manque, à l’état fiévreux dans lequel l’absence de l’autre nous plonge.

Toute la culture actuelle fonctionne encore sur une ancienne définition du désir. Celle d’un patriarcat et d’un système masculin où l’amour ressemble à la guerre. Le désir s’entretient par la distance, la tension et la conquête.

L’être est toujours dans cette distance, quelque part entre un soi insondable et l’autre en soi. Dans la sensation du temps. Dans l’amour, qui est l’impossibilité de la fusion entre soi et l’autre.

Le temps passe beaucoup plus lentement quand la personne que vous aimez est loin de vous.

Du civilisé au sauvage, il y a tout juste la distance qu’il y a de l’amour à la jalousie. On trouvera un jour des instruments pour mesurer ces infiniment petits. Dans l’amour d’un couple, trouver la distance juste est essentiel. Cela demande beaucoup de patience, de perspicacité et d’imagination, en un mot, d’esprit.

L’épreuve de la distance donne à une relation une profondeur qui ne peut être que difficilement égalée. Quand on aime vraiment quelqu’un, l’âge, la distance, la taille, le poids ne sont que des chiffres. Il n’y a qu’un seul bonheur dans la vie, d’aimer et d’être aimé.

Se reposer, c’était accueillir sans jugement tout ce qu’offrait le monde. Un bain dans la mer, l’amour avec un soldat qui jamais ne connaîtrait votre nom. Tendresse à l’égard de l’inconnu, de l’anonyme, qui est tendresse pour soi-même.

On dit beaucoup de sottises sur l’amour. Mais, pour la plupart, ce sont ceux qui ne l’ont jamais connu, ou qui n’ont pas su l’inspirer.

L’aveu d’un amour qu’on partage est un trait de lumière qui porte un nouveau jour dans nos idées. Un charme inconnu se répandit sur tout ce qui m’environnait ; les objets changèrent à mes yeux.

Je ne souhaite pas passer inaperçu ! Au contraire ! Je souhaite être reconnu dans la rue. C’est pour cela que je fais ce métier. Et quand les gens m’abordent, c’est toujours pour me donner de l’amour ! Vous ne pouvez pas imaginer combien cela me touche.