Rien n’est plus libérateur que de se battre pour une cause plus grande que soi-même

Rien n’est plus libérateur que de se battre pour une cause plus grande que soi-même

84 / 100
Rien n'est plus libérateur que de se battre pour une cause plus grande que soi-même

Dans les banlieues chics tout le monde a besoin d'une jolie maison, surtout pour que les voisins ne puissent jamais soupçonner ce qu'il se passe à l'intérieur. Derrière ces murs fraîchement repeins, vous trouverez des parents rongés par la culpabilité, des épouses fatiguées de se battre, des femmes amoureuses auxquelles on a menti. Oui, dans les banlieues chics, tout le monde a besoin d'une jolie maison, ne serait-ce que pour avoir un « chez soi » où rentrer.

Un bonheur que rien n’a entamé succombe à la moindre atteinte ; mais quand on doit se battre contre les difficultés incessantes, on s’aguerrit dans l’épreuve, on résiste à n’importe quels maux, et même si l’on trébuche, on lutte encore à genoux. C’est tellement plus simple de fuir que de se battre pour ce qu’on veut vraiment.

S’émanciper, c’est, pour moi, se battre pour obtenir un bonheur autre que celui pour lequel la plupart des femmes ont été éduquées. C’est par conséquent à chacune de trouver seule le moyen de sortir de ce cliché. Mais, pour l’essentiel, c’est à l’homme et à la femme de se montrer sincères dans leurs rapports, de devenir, ensemble, de véritables partenaires.

– Si votre relation est aussi compliquée, pourquoi ne pas laisser tomber ? C’est peu vraisemblable que ça fonctionne un jour.

– Quand on aime quelqu’un, se battre vaut le coup, peu importe les probabilités.

Cependant, il y a une autre façon de se battre : célébrez votre vie. Ce n’est pas le temps qui reste, qui compte. C’est ce que l’on en fait.

 Rien n'est plus libérateur que de se battre pour une cause plus grande que soi-même
@dianaunlimitedfaunesetfemmesmagazines / Rien n’est plus libérateur que de se battre pour une cause plus grande que soi-même
 Rien n'est plus libérateur que de se battre pour une cause plus grande que soi-même

Je suis personnellement frappée de voir combien la peur a longtemps imprégné la plupart de mes rapports, de mes relations humaines : peur de ce que l’autre pense, peur de ce qu’il ne pense pas, peur de ce qu’il dit, peur de ce qu’il ne dit pas, peur d’un excès de paroles, peur d’un silence trop long, peur d’un manque d’amour, peur d’un excès d’amour, peur de parler, peur de taire, peur d’être seule, peur d’entrer en relation, peur de n’avoir rien à faire, peur d’être débordé de travail, peur de plaire, peur de déplaire, peur de séduire… Bon sang, que de peurs ! Et que d’énergie consacrée à combattre ces peurs !

L’amour n’est pas tout fait. Il se fait. Il n’est pas robe ou costume prêt à porter, mais pièce d’étoffe à tailler, à monter et à coudre. Il n’est pas appartement, livré clefs en main, mais maison à concevoir, bâtir, entretenir, et souvent réparer.
Il n’est pas sommet vaincu, mais départ de la vallée, escalades passionnantes, chutes dangereuses, dans le froid de la nuit ou la chaleur du soleil éclatant.

Il n’est pas un solide ancrage au port du bonheur, mais levée d’ancre et voyage en pleine mer, dans la brise ou la tempête.
Il n’est pas OUI triomphant, énorme point final qu’on écrit en musique, au milieu des sourires et des bravos, mais il est multitude de oui qui pointillent la vie, parmi une multitude de non qu’on efface en marchant.
Ainsi être FIDELE, vois-tu ce n’est pas : ne pas s’égarer, ne pas se battre, ne pas tomber, c’est toujours se relever et toujours marcher.

C’est vouloir poursuivre jusqu’au bout, le projet ensemble préparé et librement décidé. C’est faire confiance à l’autre au-delà des ombres de la nuit.

C’est se soutenir mutuellement au-delà des chutes et des blessures. C’est avoir foi en l’Amour tout-puissant, au-delà de l’amour. Pourquoi dit-on tomber quand il s’agit d’amour ? – Parce que quand ça fait mal, il faut bien se relever. – Et quand ça fait du bien ? – Je suppose qu’on ne tombe plus, on aime tout court.

Chacun de nous a un ange, un gardien qui veille sur nous. On ne sait pas quelle forme ils vont prendre. Un jour c’est un vieillard, le lendemain une petite fille. Mais les apparences sont trompeuses. Ils peuvent être aussi féroces que des dragons. Pourtant ils ne sont pas là pour se battre à notre place. Mais pour chuchoter depuis les feux de la rampe, pour nous rappeler que c’est nous, chacun de nous, qui détenons le pouvoir dans les mondes que nous créons.

La vie est une lutte, tant qu’on n’a pas le dos au sol, il faut continuer de se battre. Leur regard portait une étrange mélancolie qui les accompagnerait toute leur vie, disparaissant par moments pour revenir plus loin, à la croisée du chemin, tel un zombie facétieux contre lequel ils ne cesseraient de se battre. Ne laissez personne parler pour vous, et ne comptez pas sur les autres pour se battre pour vous.

Avant de pouvoir réaliser quoi que ce soit dans la vie, vous devez savoir ce que vous voulez. Vous devez décider que votre objectif est important pour vous, que cela en vaut la peine. Et si ce n’est pas le cas, il est temps de se fixer de nouveaux objectifs plus significatifs.

Si vous êtes passionné par quelque chose, vous serez plus susceptible de vous engager et de vous fixer des objectifs puissants. Concentrez-vous donc sur ce que vous voulez vraiment accomplir, et cela rendra le voyage encore plus agréable. 

L’unique but de la vie est d’en avoir entièrement conscience au fur et à mesure qu’elle s’écoule. Seuls ceux qui ont acquis l’art de savoir profiter du moment présent ont intérêt à faire des projets d’avenir, car lorsque ceux-ci se réaliseront, ils sauront en jouir. 

Si une chose vaut la peine d’être faite, elle vaut la peine d’être bien faite. Si cela vaut la peine de l’avoir, cela vaut la peine d’attendre. Si cela vaut la peine d’être atteint, cela vaut la peine de se battre. Si cela vaut la peine d’être vécu, cela vaut la peine de réserver du temps.

One thought on “Rien n’est plus libérateur que de se battre pour une cause plus grande que soi-même