Afrique subsaharienne : faible croissance et augmentation de la pauvreté en perspective pour 2021

Afrique subsaharienne : faible croissance et augmentation de la pauvreté en perspective pour 2021

88 / 100

Régulièrement, l'ONU publie des rapports mettant en lumière l'ampleur des inégalités sur la planète.  La croissance devrait atteindre les 2,7% en 2021, après une chute de 3,7% en 2020. Cette légère reprise ne suffira pas à empêcher la baisse du niveau vie.

Afrique subsaharienne : faible croissance et augmentation de la pauvreté en perspective pour 2021
@dianaunlimitedfaunesetfemmesmagazines / Afrique subsaharienne : faible croissance et augmentation de la pauvreté en perspective pour 2021

“Les prévisions d’une croissance atone en Afrique subsaharienne (en 2021) sont dues à la persistance de l’épidémie de Covid-19 dans plusieurs pays, qui fait obstacle à la reprise de l’activité économique”, écrit la Banque mondiale dans son communiqué, pourtant mis sous presse avant la nouvelle aggravation de la situation sanitaire, qui touche actuellement la plupart des pays du continent, tout particulièrement l’Afrique du Sud.

Abonnez-vous pour y accéder

Découvrez la suite de ce contenu dès aujourd’hui en vous abonnant.

L’Afrique subsaharienne devrait connaître une reprise de son Produit intérieur brut (PIB) de 2,7% en 2021, après une chute de 3,7% en 2020, selon des prévisions publiées le 5 janvier 2021 par la Banque mondiale (BM). La région a connu en 2020 sa première récession depuis 25 ans. Entre 2000 et 2019, le PIB de l’Afrique subsaharienne a augmenté en moyenne d’environ 4% par an, selon l’institution basée à Washington.

Les pays agricoles portés par la hausse des cours

“La reprise devrait être légèrement plus rapide – bien qu’inférieure aux moyennes historiques – dans les pays exportateurs de produits agricoles. Le niveau élevé des cours mondiaux des denrées agricoles stimulera probablement l’activité”, poursuit l’institution financière.
Elle cite parmi les exportateurs de produits agricoles le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Malawi et l’Ouganda, des Etats où l’économie a déjà “marqué un moindre repli” l’année dernière.

Cette reprise sera en revanche plus difficile pour les pays exportateurs de métaux ou de pétrole, note-t-elle. Parmi ces derniers, le Nigeria, pays le plus peuplé et première économie du continent, devrait afficher une croissance de 1,1% en 2021, après une chute de 4,1% de son PIB en 2020.

“Des dizaines de millions de personnes ont, de ce fait, basculé dans l’extrême pauvreté au cours de l’année écoulée ou se retrouveront cette année dans cette situation”Banque mondiale 

Global Economic Prospects

La Banque mondiale souligne que la pandémie va mettre “les objectifs de développement durable encore moins à la portée de nombreux pays de la région”

Nouveaux pauvres

Le Nigeria, avec 200 millions d’habitants, comptait déjà 88 millions de personnes vivant avec moins de 1,90 dollar par jour. Ils seront 7 millions de plus cette année, selon les projections de l’institution américaine. De nouveaux pauvres “plus urbains” et “plus éduqués”, premières victimes du coronavirus et de ses effets dévastateurs sur la première économie du continent, selon la BM.

Dans Kano, la deuxième ville du pays, par exemple, le nombre de citadins souffrant de la faim a été multiplié par trois entre le début de l’année et l’été 2020, pour atteindre 1,5 million de personnes.

De même, la Banque mondiale estime que près de 1,9 millions de Malgaches supplémentaires vont tomber sous le seuil de pauvreté, portant le taux de pauvreté à près de 78% de la population, le taux le plus élevé du pays depuis 2012.

Pour 2021, le FMI est un peu plus optimiste, puisqu’il prévoit un rebond de 3,1% pour l’Afrique. Mais la population va continuer à s’appauvrir, puisqu’elle continue à augmenter plus rapidement que le PIB.

Le revenu par habitant devrait chuter de 6,1% en 2020 et de 0,2% en 2021. Cette stagnation du pouvoir d’achat en 2021 reste conditionnée à l’arrivée rapide des vaccins sur le continent.

Au vu de la hausse de la pauvreté extrême en Afrique, l’objectif de la Banque mondiale et de l’ONU de « mettre fin à l’extrême pauvreté », à l’horizon 2030, ne sera pas atteint.

« En Afrique subsaharienne, même dans les hypothèses les plus optimistes, le taux de pauvreté restera à deux chiffres en 2030 », estiment les économistes de la Banque mondiale. Selon ces experts, les raisons de cette exception africaine sont : l’absence de contrôle des naissances, les conflits ethniques, les catastrophes écologiques et la corruption des gouvernements et des élites locales.


Le choix de la rédaction

2 thoughts on “Afrique subsaharienne : faible croissance et augmentation de la pauvreté en perspective pour 2021