Vous perdez en projets les plus beaux de vos jours : si vous voulez passer, jetez-vous à la nage

Vous perdez en projets les plus beaux de vos jours : si vous voulez passer, jetez-vous à la nage

87 / 100

Le propre de certaines âmes est de se complaire dans des désirs et des projets vagues. Quand leurs premiers desseins ont échoué, elles se livrent à des plans plus vastes encore, comme si, sentant doublement leur force, elles voulaient défier la fortune. Avoir un projet et le concrétiser, c'est 100% de réussite. Avoir un projet et ne pas pouvoir le concrétiser, c'est 99,99% de réussite. Nous portons nos regards bien loin dans l'avenir, nous faisons de beaux projets, et nous ne voyons pas, insensés que nous sommes ! l'obstacle qui se dresse ou se creuse là, tout près, sous nos pieds, infranchissable.

Vous perdez en projets les plus beaux de vos jours : si vous voulez passer, jetez-vous à la nage
@dianaunlimitedfaunesetfemmesmagazines /Vous perdez en projets les plus beaux de vos jours : si vous voulez passer, jetez-vous à la nage

Les femmes ont une façon de faire des projets, d’engager l’avenir qui ne manque jamais d’épouvanter les hommes. Ceux-ci préfèrent vivre au jour le jour, sans regarder trop loin. C’est le grand sujet de discorde entre les sexes.

Abonnez-vous pour y accéder

Découvrez la suite de ce contenu dès aujourd’hui en vous abonnant.

J’ai toujours vécu au jour le jour sans projets d’avenir et poursuivant mon but (un seul, la littérature) sans regarder ni à gauche ni à droite. Tout ce qui était autour de moi a disparu, et maintenant je me trouve dans le désert. Bref, l’élément distraction me manque d’une façon absolue.

Notre conviction est simple : si un être humain se sent bien accueilli dès sa conception, qu’il grandit dans un climat d’amour, d’ouverture et de respect de son individualité, qu’il évolue dans un contexte d’appartenance soutenante, qu’il apprend à connaître ses talents et à les mettre en pratique, qu’il apprend à dépasser ses fragilités avec bienveillance et est encouragé à trouver un projet de vie qui fasse sens, il n’y a pas de raison qu’il adopte la violence pour s’exprimer ou se sentir exister.

S’accomplir, c’est laisser l’intelligence secrète s’épanouir, car tout le sens de l’arbre est contenu dans la semence. Aussi, rien de ce qui n’est pas inclus dans la semence ne pourra apparaître dans l’arbre, car celui-ci est le dépliement complet du projet initial.

Tu peux tout accomplir dans la vie si tu as le courage de le rêver, l’intelligence d’en faire un projet réaliste, et la volonté de voir ce projet mené à bien. Mon statut rend le premier coup de téléphone plus simple, mais ensuite, c’est plus difficile de convaincre les gens de vous voir différemment, de vous imaginer à la tête d’un projet de grande ampleur.

Les débuts de la société de consommation s’accompagnent de la naissance d’un nouvel égoïsme, qui voit les individus se retrancher de la sphère publique et se réfugier dans un monde exclusivement privé. Sans projet, otages d’un monde hallucinatoire dopé par le marketing et la publicité, les individus n’ont désormais plus de modèles auxquels s’identifier.

Vidéo du jour :

@Sens Magiques Oracles & Tarots Tirage intemporel à choix : projet professionnel : viable ,réussite, à la recherche de projets…

Ce que je vais vous dire va peut-être vous étonner. Vous considérez que vous avez des défauts ? Eh bien je vous propose de les aimer. Ils sont, dans les contes, comme le chien affamé qui garde le château où est la belle : si le héros lui donne à manger, il le laisse entrer. Quand on s’occupe de ce que nous considérons comme nos défauts, ils perdent leur nocivité. Si nous trouvons la bonne façon de faire la paix avec eux, nous pouvons même les mettre au service de nos projets. Quelle délivrance quand on cesse la guerre intérieure ! Il n’y a pas de dieu, pas de diable pour nous récompenser ou nous punir. Nous ne serons pas jugés.

Et se dire que c’est maintenant qui importe : construire, maintenant, quelque chose, à tout prix, de toutes ses forces. Toujours avoir en tête la maison de retraite pour se dépasser chaque jour, le rendre impérissable. Gravir pas à pas son Everest à soi et le faire de telle sorte que chaque pas soit un peu d’éternité. Le futur, ça sert à ça : à construire le présent avec des projets de vivants.

L’œuvre de nature est celle où forme et fond sont issus d’un même geste. L’œuvre de la vie obéit à ce même rythme. Les projets sont nécessaires, et les succès vont à ceux qui les prévoient longuement. Mais le projet doit rester souple et vacant, prêt à s’infléchir, à se restreindre, ou à s’accroître selon les occasions, les obstacles et les méandres. Les gens d’action assistent à leur vie, en même temps qu’ils la dirigent.

C’est le comble de la folie que de se proposer la ruine des passions. Le beau projet que celui d’un dévot qui se tourmente comme un forcené pour ne rien désirer, ne rien aimer, ne rien sentir, et qui finirait par devenir un vrai monstre, s’il réussissait !

Ce monde dans lequel nous vivons se trouve dans une situation dangereuse. Nous sommes au bord d’un projet d’austérité qui est conduit par des idées que nous appelons néo-libérales, qui risquent de nous amener à la catastrophe. Ces pratiques néo-libérales ont entraîné dans la misère des millions de personnes, de la France au Luxembourg, avec une petite minorité qui s’enrichit de manière honteuse. Il faut dire qu’un autre monde est possible et même nécessaire

Les bonheurs futurs, comme les rivages des tropiques, projettent sur l’immensité qui les précède leurs mollesses natales, une brise parfumée, et l’on s’assoupit dans cet environnement, sans même s’inquiéter de l’horizon que l’on n’aperçoit pas.

L’immensité des projets et des vœux que nous suggère et qu’allume en nous l’ambition nous fait paraître le temps trop rapide et la vie trop bornée. Faute de pouvoir toujours vivre, l’ambitieux tâche de faire durer son nom. La gloire est une dispute contre la mort. On se fait une vie imaginaire du souvenir que vous accorderont les générations qui passent.

Là où se prépare l’avenir d’une nation ou d’une communauté internationale, il importe que le Quart Monde en soit partie prenante. S’il ne l’est pas aujourd’hui au temps des projets, il ne le sera pas demain au temps des changements.

Le meilleur soutien que la direction puisse apporter à un projet, c’est de ne même pas soupçonner son existence avant qu’il ne connaisse la réussite. Il ne faut jamais renoncer à un projet par peur d’échouer. L’échec serait de ne rien tenter.

One thought on “Vous perdez en projets les plus beaux de vos jours : si vous voulez passer, jetez-vous à la nage