La femme la plus insouciante ou la plus éperdue n’oublie jamais que le temps passe vite comme l’étoile qui file.

La femme la plus insouciante ou la plus éperdue n’oublie jamais que le temps passe vite comme l’étoile qui file.

85 / 100

Le sentiment du temps qui passe est-il inversement proportionnel au temps qui nous reste ? Le temps s'écoule-t-il plus vite lorsqu'on vieillit parce que le temps qui reste à vivre se réduit, de même que les vacances passent plus vite quand elles tirent à leur fin ? Ou bien cela tient-il aux buts qu'on poursuit ? Est-ce que le temps nous dure lorsqu'on est jeune, parce qu'on attend impatiemment le succès, la considération, la richesse, et file-t-il plus tard à toute allure parce qu'il n'y a plus rien à attendre ? Ou bien les journées passent-elles plus vite parce qu'on en connaît par cœur le déroulement, de la même façon qu'un trajet paraît d'autant plus court qu'on l'emprunte souvent ?

La femme la plus insouciante ou la plus éperdue n'oublie jamais que le temps passe vite comme l'étoile qui file.
@La femme la plus insouciante ou la plus éperdue n’oublie jamais que le temps passe vite comme l’étoile qui file.

La rumeur, cette vérité qui se promène comme un mensonge, de bouche à oreille, qui ne fait pas réfléchir les gens, qui passe comme un soupir au-dessus du vent.

Ne perdez pas de temps. Le temps passe si vite… Il vous file entre les doigts. Parfois, ce n’est qu’une question de secondes et ces secondes, plus tard, peuvent devenir une éternité…

Abonnez-vous pour y accéder

Découvrez la suite de ce contenu dès aujourd’hui en vous abonnant.

Prendre le temps de réfléchir, telle est la manière courtoise et vraie de commencer et de poursuivre une conversation.

Le temps passe, les souvenirs s’estompent, les sentiments changent, les gens nous quittent, mais le cœur n’oublie jamais.

Le mystère de l’amour, qui est celui de la douleur, a une forme mystérieuse, qui est le temps. Nous attachons l’hier au lendemain avec des chaînes d’angoisse, et l’aujourd’hui n’est à dire vrai que l’effort du passé pour deviner l’avenir.

c7b60344bb1015065c97490eb0bd64d5

Vous devez travailler et réfléchir à la façon dont nous pouvons faire de ce monde un meilleur endroit pour tous. C’est ce que j’aimerais vraiment demander à nos jeunes leaders. Nous allons essayer en tant que leaders d’aujourd’hui de minimiser les problèmes que nous vous remettrons. Mais c’est à vous. Vous devez prendre la responsabilité et la direction de demain. Pour que cela soit possible, vous devez renforcer votre capacité et élargir votre vision en tant que citoyen mondial.

La vie est courte. Tout peut arriver, et c’est généralement ce qui se passe, il est donc inutile de rester assis à réfléchir à tous les si et à tous les mais.

En ce moment, beaucoup de gens ont renoncé à vivre. Ils ne s’ennuient pas, ils ne pleurent pas, ils se contentent d’attendre que le temps passe. Ils n’ont pas accepté les défis de la vie et elle ne les défie plus.

Le temps passe et n’attend personne. Toutes les amarres du monde ne sauraient le retenir. Il n’a pas de port d’attache, le temps ; ce n’est qu’un coup de vent qui passe et qui ne se retourne pas.

Parfois, on se fonde sur ce que disent les autres, sans se donner à soi même même le loisir de réfléchir et de juger.

02fa7867afe36864d6401d5939b2b7a4

Les événements graves sont hors du temps, soit qu’en eux le passé immédiat soit coupé de l’avenir, soit que les parties qui les forment semblent ne pas découler les unes des autres.

Il faudrait un jour qu’elle sache dans quel sens s’écoule le temps, s’il est linéaire ou trace les cerceaux rapides d’un hula-hoop, s’il forme des boucles, s’enroule comme la nervure d’une coquille, s’il peut prendre la forme de ce tube qui replie la vague, aspire la mer et l’univers entier dans son revers sombre, oui il faudrait qu’elle comprenne de quoi est fait le temps qui passe.

J’aborde aussi le problème du temps car, malheureusement, nous vivons dans une société où le temps est compté. Le temps pour la communication, le temps pour vivre, pour s’amuser… Le temps en prison est un temps qui passe très vite.

Le moment présent est comme la proue d’un navire qui fonce dans l’océan du temps et transforme le futur incertain en un présent devenant sitôt après un passé immuable. Ce passé contient tout ce que je connais de l’histoire. Tout ce que je sais du temps, c’est que je suis dans le temps.

La vie m’intéresse au plus haut point. Jusqu’à 25 ans, je ne savais pas quoi en faire, je la vivais, mais je n’en comprenais pas vraiment le sens. Aujourd’hui, j’observe le temps qui passe.

Aussi étrange que cela puisse paraître, plus on connaît quelqu’un, plus ses contours deviennent flous, comme si le temps passé ensemble effaçait ce qui le distingue de vous.

5aa9ca2d8fcf19c5dc16ca8688af807e

Le temps continue à s’écouler dans l’avenir, mais s’il n’existait pas réellement?

Tout dans l’univers à ce moment précis et le temps n’existe pas, du moins selon la théorie quantique. L’idée que le temps s’écoule est en fait assez absurde.

Bien sûr, nous avons accepté le temps comme une réalité jusqu’à il y a 100 ans quand Einstein a décidé de tout remettre en question avec sa théorie de la relativité. Maintenant, ce concept est remis en question, et pour une bonne raison.

« On constate que le temps disparaît de l’équation Wheeler-DeWitt », explique Carlo Rovelli, physicien à l’Université de la Méditerranée de Marseille. « C’est un problème qui laisse perplexes de nombreux théoriciens. Ils se peut que la meilleure façon de penser à la réalité quantique soit en abandonnant la notion du temps car la description fondamentale de l’univers doit être intemporelle. »

« Si vous essayez de mettre la main sur le temps, il vous file toujours entre les doigts, » dit Julian Barbour. « Les gens sont sûrs que le temps existe, mais ils ne peuvent pas mettre la main dessus. J’ai l’impression qu’ils ne peuvent pas mettre la main dessus parce que celui-ci n’existe pas du tout. »

Barbour a voulu réconcilier la relativité d’Einstein avec la mécanique quantique, ceci en utilisant l’équation de Wheeler-DeWitt (1967) où le paramètre temps n’intervient pas. Qu’a donc imaginé Barbour à partir de ce constat? Voilà ce qu’il nous dit:

« L’univers n’a pas besoin du temps. Les objets sont là d’abord et le temps en est déduit après coup.
L’ensemble du temps existe dans des tranches d’espace. Notre passé est un autre monde ou une autre configuration possible de l’univers. C’est un autre « Maintenant ».
L’instant n’est pas le temps, le temps est dans l’instant.

Il n’y a pas de passé unique en mécanique quantique et si l’on veut réconcilier la relativité d’Einstein avec la mécanique quantique, on s’aperçoit que le paramètre temps n’existe pas.
Au niveau de réalité le plus profond, il n’y a pas de temps, ce qui compte c’est la façon dont les objets interagissent dans des arrêts sur image d’espace.
Ma vision de l’univers, c’est une collection d’instantanés richement structurés. Ils ne sont pas en communication les uns avec les autres. Ce sont des mondes à eux seuls.
Notre cerveau assemble ces arrêts sur image et les repasse dans notre esprit de la même manière que des photographies passées à 24 images par seconde font que vous avez l’impression que les images que vous voyez en ce moment sont en mouvement.
Mais rien ne bouge.
Ce qu’on appelle le temps est une illusion. L’univers quantique est statique. Rien ne change. Tous ces instantanés de l’univers existent simultanément. »

CARLO ROVELLI  : « Il faut oublier le temps »

Entretien Du comportement des particules élémentaires à l’évolution des galaxies, peut-on décrire le monde sans invoquer le temps ? C’est possible, et c’est même une nécessité aux yeux de Carlo Rovelli. Selon ce théoricien, il faut revoir notre conception du temps.

LA RECHERCHE : Dans un article intitulé « Forget time »,vous affirmez que le temps n’existe pas : qu’entendez-vous par là ?

CARLO ROVELLI : Je veux dire qu’au niveau le plus fondamental nous n’avons pas besoin de ce paramètre pour décrire le monde qui nous entoure. Le cadre théorique que je propose permet de ne pas l’utiliser : c’est celui de la gravité quantique à boucles. Cette théorie cherche à concilier la relativité générale qui explique les lois de la physique à très grande échelle et la mécanique quantique qui, elle, explique le comportement de l’infiniment petit. Ce n’est pas la première théorie capable de se passer du temps. Car l’idée, en soi, est ancienne. En effet, on peut tout à fait interpréter le formalisme mathématique de la mécanique classique newtonienne sans jamais considérer le temps comme une variable particulière. En réalité, ce paramètre existe au même titre que d’autres variables, comme la valeur du champ électrique, ou la position de la Lune, par exemple. Et ce sont des relations entre toutes ces variables que donne la théorie classique. On peut ainsi tout formuler sans attribuer au temps un caractère spécial. Cette idée a donc été avancée bien avant la relativité générale.

Qu’apporte sur ce sujet la relativité générale ?

C.R. : Elle change complètement la donne. Ce qui était seulement une possibilité avec la mécanique classique devient une nécessité : en relativité générale, il n’y a pas « un » temps physique, car chaque objet possède son temps propre. C’est-à-dire que chaque objet décrit une trajectoire dans l’espace-temps. Et c’est la géométrie de cet espace qui définit son temps propre. Celui-ci ne s’écoule donc pas de la même façon si l’objet se trouve à l’intérieur de la galaxie ou en dehors. Ce temps n’a plus rien à voir avec le temps de Newton. Ce dernier peut être vu comme une grande horloge extérieure à l’Univers dont les aiguilles indiquent un même temps absolu pour tout le monde. Alors qu’en relativité générale le temps n’est pas externe à la théorie puisqu’il dépend de la géométrie, par conséquent du champ gravitationnel dans lequel on se trouve. Il s’agit là d’un tout autre temps que celui de la physique usuelle.

Et le problème se corse encore quand on cherche à prendre en compte la mécanique quantique.

C.R. : En effet ! et cela de façon considérable puisqu’à l’échelle où la mécanique quantique devient importante pour l’espace-temps, au-dessous de la longueur de Planck 10-33 centimètre, les trajectoires n’existent plus ! Les particules élémentaires ne suivent plus des trajectoires mais des superpositions de différentes positions. On ne peut même plus utiliser les temps propres ! Aucune variable n’est une bonne horloge au-dessous de la longueur de Planck. Pour expliquer toutes les échelles, c’est assez contre-intuitif, mais le monde réel doit être une superposition d’états quantiques. Il n’y aurait pas un temps dans lequel les choses passent, mais des superpositions de temps propres différents. Cette fois encore, écrire les équations fondamentales de la physique sans faire référence à la variable temps n’est plus une simple possibilité mais une nécessité.

Alors, peut-on se passer du temps, aujourd’hui ?

C.R. : Plusieurs étapes ont été franchies. On a d’abord montré que formuler la relativité générale dans ce langage sans temps était possible. Aujourd’hui, on cherche à le faire pour la gravité quantique. Le formalisme existe. La gravité quantique à boucles en est un exemple. Elle prédit des relations entre variables physiques qui permettent de décrire l’évolution du monde, sans recourir au temps. Mais nous n’avons pas encore de théorie complète crédible.

Concrètement, comment cette théorie sans temps rend-elle compte des changements ? Comment décrit-elle notamment le mouvement des planètes ?

C.R. : Classiquement, pour décrire le mouvement des planètes du système solaire, j’utilise une horloge. À chaque instant indiqué par mon horloge, la théorie me donne la position de chacune des planètes. Maintenant, je jette l’horloge : la théorie sans temps m’indique pour chaque position du Soleil où se trouve Vénus, où est Mercure, où est Jupiter, etc. Au final, je décris le même mouvement. À un niveau fondamental, cette variable temps au statut si particulier n’existe donc pas.

C’est ce qui vous fait dire que le temps, tel qu’on le conçoit comme variable particulière, est un « truc » inventé par Newton ?

C.R. : Pour expliquer cela, j’aime bien raconter comment Galilée a découvert que le pendule était une bonne horloge. La légende dit que, dans l’église de Pise, observant un grand chandelier suspendu osciller lentement, il a compté le nombre de ses battements cardiaques entre chaque oscillation. Comme c’était toujours la même, il en a conclu que le pendule est une bonne façon de mesurer le temps. Depuis, la plupart des horloges utilisent un pendule : dans une horloge mécanique il y a un petit pendule qui oscille, dans une horloge atomique, c’est un atome qui oscille. Et aujourd’hui, on mesure le pouls grâce à une horloge. En réalité, que mesurait Galilée ?

La durée de l’oscillation par rapport à son pouls. Finalement, on ne mesure jamais le temps mais une variable par rapport à une autre ! L’idée de Newton a été d’imaginer une variable temps, que l’on ne mesure pas, mais par rapport à laquelle on décrit toutes les équations. Le mouvement du pendule, etc. Toute la physique utilise ce « truc ». Or, quand on cherche à allier la relativité générale à la mécanique quantique, ce truc ne marche plus, et on ne peut plus prétendre qu’une variable gouverne la danse de toutes les autres.