La campagne de l’Inter-LGBT contre la transphobie

81 / 100

“On ne naît pas femme, on le devient” ; disait jadis Simone de Beauvoir avec beaucoup de justesse. Avec le temps, et grâce à de nombreux intellectuels comme de Beauvoir, on a fini par comprendre que le genre et le sexe pouvaient être deux choses bien distinctes

La campagne de l'Inter-LGBT contre la transphobie
La campagne de l’Inter-LGBT contre la transphobie

L’enfer est pavé de bonnes intentions, dit-on. Mais cette fois, même en essayant d’être de bonne composition, difficile de les voir. À l’occasion de la Journée de visibilité transgenre le 31 mars, l’Inter-LGBT a produit un clip appelant à soutenir les personnes trans. Le résultat est catastrophique. Cette campagne pose plusieurs problèmes majeurs. Pire, elle est dangereuse. Il nous paraissait impossible de rester silencieuses.

Noémie Grunenwald est traductrice, barmaid et apprentie-chercheuse à l’EHESS, elle travaille sur les politiques d’inclusion et de diversité, sur les violences faites aux femmes, ainsi que sur les pratiques féministes de traduction. Rachel Garrat-Valcarcel est journaliste et autrice de plusieurs articles sur les représentations trans dans les médias. Elles ont décidé de réagir à la diffusion d’une vidéo de sensibilisation à la transphobie par l’Inter-LGBT en collaboration avec l’agence TBWA/Paris.

Le mythe de l’amour contre la violence

Pourquoi ? Tout d’abord parce que, malgré ses bons sentiments, elle valorise la violence éducative « bien intentionnée ». Jusqu’au message final (« aucun parent ne devrait avoir à préparer son enfant à affronter sa vie »), cette vidéo laisse clairement entendre qu’en attendant de meilleures options, violenter sa fille « pour son bien » est une possibilité acceptable. L’idée d’une nécessité surplombante et inévitable, qui viendrait guider les actions du père dans le but d’endurcir sa fille, le dédouane de ses responsabilités et nous laisse entendre que seules les plus fortes méritent de survivre. Les occasions de « s’endurcir », ce n’est pourtant pas ce qui manque, dans la vie des jeunes filles trans, pour peu qu’on s’intéresse un peu à leurs expériences, où la violence a toute sa place. Dans les rares cas où leur entourage les soutient, c’est plutôt de compréhension, de rassurance et de répit dont elles ont besoin. Il aurait été plus pertinent, voire plus responsable, de le montrer. Mais non : cette vidéo se repose sur l’idée répandue que si la violence est motivée par de « bonnes » raisons, elle peut être valorisée, voire encouragée.

On est là en plein dans le mythe de l’amour contre la violence. Ce serait l’amour du père (même exprimé à travers sa violence éducative) qui viendrait combattre la haine des camarades de classe de la jeune fille. Cet amour pourrait se traduire en soutien matériel, on pourrait voir le père accompagner sa fille dans des démarches qui faciliteraient sa transition, ou encore l’accompagner dans un groupe d’auto-support trans. Mais non, cet amour ne s’exprime ici qu’à travers une « éducation » brutale. Pourtant, les analyses des mécanismes de la violence patriarcale démontrent que bien souvent, c’est précisément l’amour qui sert de justification à leur exercice. Le terme de crime passionnel a même été inventé pour minimiser la gravité des meurtres conjugaux, toujours avec cette idée qu’une violence motivée par de l’amour serait soi-disant moins grave. Pourtant, ce type de violence tue tous les jours. La transphobie au sein de la famille n’est d’ailleurs pas toujours une haine assumée et consciente des personnes trans. Il arrive aussi que les parents la justifient par leur volonté d’éviter une « vie compliquée » à leur enfant. Sous prétexte de protéger contre une violence de l’extérieur, on produit de la violence intrafamiliale en décourageant la transition de l’enfant.

Max Ernst

« Sous prétexte de protéger contre une violence de l’extérieur, on produit de la violence intrafamiliale en décourageant la transition de l’enfant. »

Endurcir, donc. Parce qu’aucun doute n’est ici possible : le clip choisi de faire de la jeune fille trans, la victime, la première responsable de son harcèlement scolaire. Une vision des choses qui va à l’encontre de tous les efforts faits contre les harcèlement scolaires, contre des personnes LGBT ou non. Faut-il rappeler que nous ne sommes jamais responsables des violences patriarcales que nous subissons ? Que c’est toujours l’agresseur qui choisit d’agir ? Qu’il n’y a pas LA bonne manière de réagir puisqu’à la base, on n’a rien choisi. C’est irresponsable de blâmer l’adolescente pour son manque de résistance. Les seuls à blâmer sont ceux qui la violentent.

Les personnes trans, perpétuelles faire-valoir

Responsable mais tout de même au second plan. Cette campagne échoue à placer les personnes trans au centre du dispositif. Cela pourrait paraître paradoxal ou surprenant, mais c’est malheureusement un classique. Les personnes trans ne sont qu’un objet sur lequel s’appuyer pour diffuser un message, mais ne sont à aucun moment sujets du propos. Rien que dans le titre « Soutenons les personnes trans  », on voit qu’elles ne sont que complément d’objet. Comme trop souvent, les récits sur les vies trans sont portés à travers les yeux de proches, ici les parents. Où sont les outils forgés par des personnes trans pour elles-mêmes ?

Si la cible de la campagne ce sont les transphobes, alors pourquoi alors s’éterniser de manière aussi exhibitionniste sur ce que « aucun parent ne devrait avoir à faire  » plutôt que de donner des pistes d’actions positives qu’ils pourraient entreprendre ? Pourquoi accentuer cette idée de fatalité et nous montrer les larmes du père pour qui on serait censées éprouver de l’empathie ? Pourquoi la jeune fille n’est-elle que le faire-valoir, celle qui subit, celle qui obéit ? Pourquoi n’est-elle qu’une victime à sauver ? Où est sa force à elle ?

Alors, nous sommes malheureusement obligées de constater qu’il y a du vrai dans ce qui est montré : la plupart des violences patriarcales se produisent bien au sein de la famille et de l’entourage. Elles sont une réalité. Mais ces choix-là, ces images-là nous paraissent disempowering. Elles appuient sur trop de vécus douloureux sans proposer la moindre alternative, sans laisser entrevoir la moindre autre possibilité, tant pour la famille que pour l’adolescente.

Une campagne détachée du réel, dans le fond et dans la forme

Le « courage exceptionnel », la «  détermination admirable »… sont pourtant des poncifs habituels des représentations médiatiques des femmes trans. Ainsi, certaines femmes trans se construisent aussi dans cette idée d’être des « femmes fortes », qui en ont vu d’autres et que rien ne peut plus atteindre. Leur entourage les y renvoie constamment. Finalement, ce que nous dit l’Inter-LGBT, c’est qu’être trans, ça se mérite, ça se construit dans la douleur. Résultat : les personnes trans ne reconnaissent pas toujours les violences qu’elles subissent comme telles et ça complique leur accès aux ressources d’aide, d’accueil et de prévention. Cet imaginaire de « résistance  » accroît leur vulnérabilité aux violences.

« Finalement, ce que nous dit l’Inter-LGBT, c’est qu’être trans, ça se mérite, ça se construit dans la douleur. »

C’est grave. Que la principale organisation LGBT de ce pays en vienne à porter de tels messages en dit long sur la manière dont on considère les combats trans, y compris dans le milieu LGBT. Comment aller si loin dans l’erreur ? Aller si loin à côté de la plaque ? Car il ne s’agit pas là de maladresses : ce sont des fautes. Nous le répétons : le message véhiculé nous paraît, pour toutes les raisons expliquées plus haut, dangereux. C’est toute une stratégie qui est à reconstruire. Avec à la base, pour une fois, non pas les médecins de la Sofect, mais les personnes et les associations trans elles-mêmes. Elles en sont capables. Pour tout dire, elles le font déjà. Faut-il encore faire l’effort de leur prêter attention.

Enfin, cette campagne n’arrive même pas à véhiculer un message féministe. Les autres femmes de la famille (la mère et la sœur de l’adolescente, semble-t-il) ne jouent qu’un rôle minime et passif en début de clip, servant uniquement à faire planer le doute sur la violence du père. On est très loin du réel des vécus des femmes trans : l’expérience féministe a démontré que bien souvent, c’est justement entre femmes que le soutien est le plus fréquent, que ce sont les femmes de la famille qui peuvent faire figure de role models pour les jeunes filles trans, et que ce sont elles qui sont les plus à même de partager leurs propres outils de défense contre les violences.

Les intertitres sont de la rédaction.


Lire aussi

One thought on “La campagne de l’Inter-LGBT contre la transphobie