Les femmes au POUVOIR seront toujours l’avenir de l’Humanité 2020….

Les femmes au POUVOIR seront toujours l’avenir de l’Humanité 2020….

76 / 100

Comment ne pas avoir, quand on feuillette l’histoire, une grande admiration pour la Femme? Est-ce une bataille de genre qui est menée entre les Femmes et les Hommes ou est-ce quelque chose de plus profond sociétalement parlant? N’est-ce pas, derrière ce communautarisme de genre, l’histoire de tous les communautarismes et des pouvoirs qu’ils pensent acquérir ou conserver?

Jennifer Lopez
Haney Prêt-À-Porter Automne-Hiver 2020-2021 - tendances mode, beauté, mannequins et inspirations

Par Humanité je désigne bien l'ensemble de nos différences qui justement fait des nous des être à part entière. Si nous n'étions pas différents, nous serions uniquement des objets constamment reproductibles à l'infini. Hors une naissance, c'est la création d'une innovation. Nos enfants ne naissent pas avec la moitié de l'âge de leur parents et la chevelure moitié brune ou blonde...

Pourtant les femmes étaient essentielles pour la reproduction de l’espèce, l’élevage et l’éducation des enfants, tout en pourvoyant à l’économie du foyer (travaux ménagers et de cuisine, jardinage, élevage des animaux, travaux agricoles, gestion du foyer), puis aux apports par des travaux dans les entreprises et usines. La première guerre mondiale a pu être aussi longue et meurtrière parce que les femmes (plus les vieillards et les enfants) ont remplacé les maris et les frères dans les administrations, dans les travaux agricoles pour nourrir les populations et les soldats, dans les travaux en usines devant les machines pour produire massivement des obus, des cartouches, des grenades et des matériels militaires, et dans les fonctions d’ambulancières et d’infirmières ( plus quelques médecins et chirurgiennes). Les femmes étaient alors des hommes comme les autres civils. Après la guerre, avec la paix, les hommages ont été surtout rendus aux soldats, à leurs chefs qui parfois les avaient envoyé “à la boucherie”. Les Femmes ont été doublement remerciées, pour leurs contributions jugées patriotiques et normales, et surtout en leur “donnant le droit” de retourner à leurs fourneaux, à leurs enfants, à leurs taches journalières, à leur devoir de remonter le moral des anciens combattants et de donner un grand nombre d’enfants (futurs soldats) à la France. Pour le droit de vote, pour les droits civils, civiques et patrimoniaux, aucune récompense pour les femmes !

Par Humanité je désigne bien l’ensemble de nos différences qui justement fait des nous des être à part entière. Si nous n’étions pas différents, nous serions uniquement des objets constamment reproductibles à l’infini. Hors une naissance, c’est la création d’une innovation. Nos enfants ne naissent pas avec la moitié de l’âge de leur parents et la chevelure moitié brune ou blonde…

Pour moi, la jupe n’a aucun attribut qui peut la différencier d’une cravate ou d’un beau costume pour un autre ou une autre. On essaie tous de se mettre en valeur, d’attirer le regard des autres, nous sommes grégaires et ce n’est pas seulement un attribut féminin. Quelle différence peut-il y avoir entre le plaisir d’un homme à regarder une belle femme en photo et le plaisir d’une femme quand elle voit un bel homme bien habillé ou pas?

La Femme, avec heureusement son utérus, sera donc toujours l’avenir de l’Homme…Tant qu’elle ne lui ressemblera pas….Les Femmes, au contraire des Hommes ont toujours donné plus de vies qu’elles n’en prennent. Mais est-ce vraiment une opposition de genre?

Le pouvoir! car c’est cela que les hommes détestent, les femmes ont le pouvoir de dire NON alors que nous quémandons toujours leurs faveurs. Certes, il y a des hommes qui disent NON, mais avouez que c’est moins fréquent quand même. Donc, la question n’est pas ici la Femme ou l’Homme. C’est en fait une question sociétale profonde qui n’est pas une question de genre, mais bien une question de comment les uns peuvent assurer un pouvoir sur les autres…Car, si nous réglons un jour cette fausse problématique entre la femme et l’homme, pensez-vous que nous aurons réglé de quelque manière que ce soit notre difficulté à faire vraiment société au delà de nos si nombreuses différences?

Donc finalement, que cela soit de manière religieuse ou laïque, il ne devrait pas exister un combat pour ou contre la femme , un communautarisme féminin, mais bien une lutte pour la construction d’une société qui donne les même droits à tout le monde. Et, ce n’est pas du tout la même approche !

En effet, si l’on commence à lister les inégalités de droit qui foisonnent dans le monde, si nous nous trompons de combat, nous allons simplement créer une multitude de communautarismes et donc amplifier encore plus finalement la haine des autres alors que c’est le contraire que nous semblons rechercher.

Bored

L’enfer est pavé de bonnes intentions :l’erreur est de croire qu’il n’y a que les minorités qui forme un communautarisme, les majorités aussi ! Nous sommes tous, et pas forcement consciemment, des communautaristes !La vrai réponse à cette problématique n’est pas d’avoir enfin le pouvoir sur les autres qui l’avaient avant, mais de faire en sorte que les autres aient le moins de pouvoir possible sur NOUS.

Dans le passé des femmes ont montré clairement leur pleine capacité à se substituer aux hommes  : citons Blanche de Castille, Jeanne d’Arc, Catherine II de Russie, La reine Victoria, de nombreuses écrivaines et artistes, les “veuves” Clicquot et Pommery, Coco Chanel, Marie Curie… mais elles sont considérées comme des exceptions qui ne remettaient pas en cause le patriarcat dominant la société.

Depuis la seconde guerre mondiale, il y a eu -du moins en Occident- les retombées du développement des sciences, des techniques, avec l’extension des droits civiques, patrimoniaux et financiers aux femmes, avec en particulier l’accès au divorce et aux moyens contraceptifs (pour maîtriser sa fécondité, pour accéder à sa liberté sexuelle et en retour donner libre cours aux pulsions sexuelles des maris et des hommes). Il y a eu surtout un fort développement de l’instruction et de la formation professionnelle tant pour les divers métiers que pour les professions dites intellectuelles (ingénieurs, architectes, médecins, pharmaciens, économistes, publicitaires, avocats, juges, administrateurs, financiers, instituteurs et professeurs en secondaire et en supérieur).

Les retours de bâton !

L’emprise de plus en plus égalitaire des femmes, en nombre et en compétences, dans la vie économique active de production de richesses matérielles, de gestion et administration, de services à la personne et aux entreprises, est certes une plus-value pour la Nation, mais elle génère quelques frictions :

– Les inégalités de salaire (souvent de 15% à travail et compétences égales) ne sont plus tolérables moralment et socialement. Dans les bas salaires (SMIC et un peu plus) les salaires sont réduits au minimum pour les deux sexes. Par contre, au niveau intermédiaire et supérieur, la décôte “féminine” est un avantage pour les entreprises qu’elles maintiennent afin de conserver les salaires élevés pour les hommes encore majoritaires. Les inégalités sont souvent maintenues en justifiant des différences de promotion (souvent sans rapport avec les compétences et l’efficacité). Le cheminement vers une sensible égalité en nombre à compétences égales et donc en salaires devrait conduire à une réduction relative des salaires des hommes, qui perdraient ainsi un facteur de leur suprématie. Les hommes jouent déjà des coudes entre eux pour les promotions et les primes, ils devront prendre en compte les collègues femmes, les abaisser ou se présenter/proclamer meilleurs qu’elles sans paraître pour un affreux macho !

– Les pertes d’autorité du mâle dominant, du chef de famille, du Maître ayant autrefois droit de vie (et de mort) (et encore maintenant dans le cadre rétrograde et fondamentaliste de certaines religions), au vu du salaire supérieur de sa femme, de son indépendance financière, de sa possible liberté sexuelle, de son succès, de sa considération sociale et sociétale et de sa beauté,…. sont un facteur aggravant de son comportement naturellement violent envers sa femme, sa compagne ou la gent féminine en général. Mais en aucun cas cela ne vaut excuse de son comportement.

– les femmes, avec la maternité, ont encore l’obligation, la possibilité, le privilège de développer en leur sein, dans leur utérus, un blastocyte en embryon, foetus puis bébé. Le mâle dans la phase de conception n’étant qu’un donneur de spermatozoïdes fécondeurs. Les technologies de la génétique et de l’embryologie font de tels progrès que la dualité complémentaire père/mère ou mâle/femelle n’est plus indispensableAvec le clonage une mère peut se reproduire à l’identique sans spermatozoïdes. Avec la PMA la femme se libère des relations sexuelles physiques avec un homme, mari ou compagnon à durée limitée. Avec la GPA et les enfants à trois parents (pour pallier les défauts de l’ADN mitochondrial), la tâche de gestation est “confiée” à un utérus prêté ou loué le temps de la gestation. On dissocie de plus en plus la maternité/gestation de la fonction reproduction de l’espèce, avec en plus la sélection des caractéristiques de l’enfant à naître, dont le sexe, la couleur de peau, des cheveux, des yeux etc… Alors qui décidera des caractères sélectionnés du blastocyte à implanter dans un utétus ??? Du fait que les femmes spécialistes de ces techniques sont aussi compétentes que les hommes et sont choisies de préférence aux spécialistes hommes, les femmes pourront évoluer vers la forte prédominance d’un monde de filles et de femmes capables de toutes les activités humaines, avec moins de testotérone et de pulsions guérrières.

Le monde de demain sera-t-il un monde de femmes ??? Cette évolution pose des problèmes pas assez pris en compte par l’humanité pour sa nécessaire réduction démographique dans le cadre d’une croissance économique respectueuse des capacités de la planète.

Le contraire d’un pouvoir n’est pas un autre pouvoir mais bien un contre-pouvoir légitime

Les femmes aussi, comme tous ceux qui sont considérés comme autre chose que des personnes humaines seront toujours l’avenir de l’Humanité.

Arrêtez d’être communautaristes, battez-vous pour être des Humains


Sur le même thème


SOUTENEZ LE MAGAZINE DIANA UNLIMITED FAUNES ET FEMMES MAGAZINE FAITE UN DON !


Articles les plus lus

2 thoughts on “Les femmes au POUVOIR seront toujours l’avenir de l’Humanité 2020….