Savoir ralentir de ne pas avoir peur d’échouer

Savoir ralentir de ne pas avoir peur d’échouer

“COMMENT NE PLUS AVOIR PEUR D’ÉCHOUER”

LA + EFFICACE DES SOLUTIONS COMMENCE ICI

VOIR LA VIDÉO

16 CAS RÉSOLUS SUR 17

Cette méthode offre un véritable #espoir à celles et ceux qui pensaient ne jamais s’en sortir

La photo mise en légende du présent article n’a rien d’innocent. Il en est ainsi de la société que nous construisons patiemment où l’homme creuse sa tombe. Le même exprime quotidiennement son déni quant à sa peur d’échouer. Avec pour symptôme son anxiété de performance. Face à une telle évidence, l’intéressé préfère mettre sa tête dans le sable. C’est l’expression de son déni. Plutôt que d’agir de façon honnête, adulte et responsable pour lui même. Pour commencer.

Dès lors, l’anxiété de performance, ou peur d’échouer, est le lot commun de femmes et d’hommes perfectionnistes. Lesquels sont soucieux de précision et de concision. Et ce dans chacune de leurs actions et décisions. Ce qui a pour fonction de les rassurer. Mais donne un résultat inversement proportionnel à l’effet désiré puisque ce besoin n’a jamais de cesse. CQFD.

L’anxiété de performance, ou la #peur d’échouer, si l’on se situe dans un cadre socio #professionnel, est un trouble généralement constaté chez les adultes. Et ce dans la période qui précède une évaluation importante. Et, justement, soit écrit en passant, à propos de ces entretiens d’évaluation, je ne suis pas convaincu que ce soit fait dans les règles de l’art. C’est toujours un supérieur hiérarchique qui évalue. Inéluctablement, les paramètres subjectifs sont autant de biais susceptibles d’aggraver la peur d’échouer. La peur de ne pas être à la hauteur. Partant, d’avoir à en subir les conséquences. Quant à les assumer, c’est une autre histoire.

Dans cet article, découvrez la définition de ce trouble anxieux qu’est la peur d’échouer. Ainsi que ses origines. Pour conclure, je vous offre une #solution particulièrement efficace pour traiter l’anxiété de #performance. En bref, pour lâcher prise!

Sommaire

Définition de la peur d’échouer

Peur d’échouer: Prise d’otages en cours

Peur d’échouer dans le monde du travail

Les origines de la peur d’échouer

Comment affronter la peur d’échouer

Peur d’échouer: Comment ne plus avoir peur de l’échec

Peur d’échouer: Comment réussir

Définition de la peur d’échouer

Si l’on reste dans le cadre professionnel, l’anxiété de performance liée à la peur échouer est définie comme une anxiété liée aux situations de test et d’évaluations. Elle diffère d’une crise d’anxiété simple. Ou d’un stress. Et ce par le fait qu’elle est motivée par une peur irrationnelle de l’échec.

Notre société est de plus en plus rigoureuse envers les personnes. Elle exige en quelque sorte qu’elles soient “parfaites”. Comme irréprochables. Dès lors, qu’elles aient une vie et une situation sociale intéressante stables.

Du coup, beaucoup d’hommes et de femmes sont guidés par le paraître. Moins par l’être. Beaucoup ne semblent motivés que par le besoin de se revendiquer à propriétaire de la voiture technologiquement la plus représentative de ce qui se fait de mieux. Du poste le plus rémunérateur. Et aussi le plus valorisant possible socialement. Et aussi d’être un(e) chef de famille représentatif d’un certain nombre de valeurs. Rouler carrosse. Porter des vêtements à la mode. Et j’en oublie surement.

Peur d’échouer: Prise d’otages en cours

Otage de ces nombreuses exigences, l’être humain se lance dans une concurrence inconsciente entre les autres et lui. Voire contre lui-même. Il tient à obtenir toutes ces choses pour démontrer qu’il réussit.

L’intéressé devient donc hyper exigeant avec lui-même. Dans certains cas, il n’hésite pas à piétiner les autres pour se faire sa place au soleil. C’est le moyen qu’elle a de se protéger des ses angoisses. C’est aussi cette sorte d’ivresse que procure le pouvoir. En l’espèce, d’aucuns persistent à confondre autorité et pouvoir.

Les symptômes de la peur d’échouer sont beaucoup plus accentués lorsque la personne intéressée connait des succès dans le domaine de son challenge actuel. Elle veut à tout prix conserver son “palmarès”. Cette même personne a donc toutes les raisons de s’inquiéter d’en perdre les bénéfices.

Ainsi, nous nous rendons compte que cet homme, ou cette femme, ne fait plus d’efforts au travail pour le plaisir et la satisfaction que cela lui procure. Beaucoup plus pour les honneurs et les bénéfices qu’il ou elle en tire.

De tels comportements laissent penser que cette personne est mue, de façon paradoxale, à la fois par le besoin de réussir, mais aussi par la peur d’échouer. Il devient aisé d’imaginer que l’intéressé(e) souffre d’anxiété de performance. De peur de l’échec. Ce qui fait écho au besoin de reconnaissance. A la peur de ne plus être aimé. Comme à l’absence de confiance en soi. Lesquels ne sont pas sans rappeler des petits troubles #narcissiques.

Peur d’échouer dans le monde du travail

Le monde du travail est l’environnement le plus touché par la peur d’échouer. Le contexte économique est de plus en plus difficile. Pour ne pas écrire instable. Les objectifs fixés aux salariés sont particulièrement élevés. Alors que les moyens mis à leur disposition diminuent. Ces salariés semblent sur un siège éjectable. Ce qui alimente un sentiment d’insécurité). Comme le veut l’adage, ils sont pressés comme des citrons. Puis jetés quand ils ne remplissent plus leur office. C’est d’ailleurs dans ce cadre qu’il arrive fréquemment que des salariés sont victimes de harcèlement.

“COMMENT SE DONNER LES MOYENS DE RÉUSSIR”

LA + EFFICACE DES SOLUTIONS COMMENCE ICI

VOIR LA VIDÉO

16 CAS RÉSOLUS SUR 17

Cette méthode offre un véritable espoir à celles et ceux qui pensaient ne jamais s’en sortir

Pour faire monter la pression, certains dirigeants mettent en jeu d’éventuelles promotions. Des augmentations de salaire. Plus certains avantages déterminés de façon souvent arbitraire. Ou fondés sur des questions de représentation sociale. Autant de comportements  qui accentuent rivalités et ressentiments entre salariés. Ce qui n’est pas de nature à favoriser leur état mental. D’ailleurs, certains d’entre eux finissent par faire un burnout.

Les signes ou symptômes de la peur d’échouer, ou de peur de l’échec, sont les suivants:

  • Piètre image de soi
  • Autocritique négative
  • Remise en cause perpétuelle
  • S’auto-désigner coupable de chaque problème survenu
  • Évitement de certaines tâches
  • Sueurs froides
  • Transpiration abondante
  • Problèmes digestifs
  • Douleurs intestinales
  • Migraine
  • Blackout
Les origines de la peur d’échouer

Dans la plupart des cas, la peur d’échouer trouve ses origines dans l’enfance:

  • Une éducation trop stricte: Les parents croient souvent bien faire en étant très exigeants avec leurs enfants. Ils mettent la barre très haute pour “les pousser” à donner le meilleur d’eux-mêmes
  • Ces mêmes parents n’hésitent pas à faire des comparaisons entre leurs enfants et leurs camarades. Lesquels, parfois, excellent dans un domaine ou dans un autre. Un tel #comportement est on ne peut plus #toxique

Même si l’enfant est éduqué dans un environnement qui lui donne confiance en lui-même, l’école #participe à le #déstabiliser. A lui faire #adopter un #comportement #inapproprié. Cela se produit lorsque ses performances sont comparées avec celle des autres élèves. Ou lorsqu’il est dévalorisé par les enseignants. Généralement devant les autres élèves. C’est tellement plus porteur… Ou lorsqu’il se sent méprisé parce-que non écouté.

En effet, cela crée dans l’esprit de l’enfant une comparaison malsaine. Teintée de jalousie. Il grandit avec. C’est ainsi qu’il rentre dans la vie active. Constamment, cet enfant passe son temps à se comparer aux autres. Il n’a jamais été encouragé pour ses efforts personnels. Il en vient alors à se dévaloriser. Même quand il réussit. C’est un éternel insatisfait.

Le fait de grandir dans un environnement où l’on est constamment jugé par rapport à ses notes, et/ou à l’ensemble d’un comportement scolaire donné, prédispose à vivre une vie adulte au cours de laquelle l’on se juge en fonction de ses performances extérieures. Dès lors, on ne s’évalue pas par rapport à soi. On s’évalue par rapport à sa peur du jugement des autres.

Comment affronter la peur d’échouer

Dès lors, si vous souhaitez #agir vite et bien, et retrouver la #paix de l’esprit en moins de 2 mois.

La première des difficultés consiste à accepter que vous vous ne faites plus que réagir par peur. De façon empirique. Non sur la foi d’objectifs précis. Quantifiables. Qualifiables. Vérifiables (ou very fiables… Oups!). En bref, il s’agit de reconnaître, et accepter, que vous avez perdu le contrôle.

Le Programme ARtUS a pour vocation de vous permettre de reprendre #confiance en vous. Partant, de retrouver la #sérénité, l’estime et l’autonomie que vous #méritez. Il est donc tout à fait adapté à votre besoin.

Ce programme thérapeutique et comportemental en ligne est composé de 5 modules. Chaque module contient plusieurs exercices comportementaux que vous suivez de façon progressive. Pour chaque module, comme pour chaque exercice, vous bénéficiez de l’intitulé de l’exercice. Cet présentation est suivie de textes applicatifs accompagnés de vidéos. Vous bénéficiez enfin de toutes les consignes pédagogiques dont vous avez besoin. Ceci afin de vous aider à réussir les exercices au mieux de vos intérêts.

Peur d’échouer: Comment ne plus avoir peur de l’échec

La peur de l’échec naît à l’intérieur de vous. Puis, ce sentiment occupe vos pensées au point de vous convaincre que vous ne valez rien et échouerez toujours. Pour vous en sortir, il est donc  essentiel de réfléchir différemment, de porter un autre regard sur votre situation.

Vous devez notamment vous convaincre que vous pouvez réussir ; que l’échec n’est pas votre seul modus operandi.

Mais comment y parvenir concrètement ? Eh bien, pourquoi ne pas appliquer ces différentes suggestions :

  • Avant d’entreprendre un projet, répétez intérieurement ou en chuchotant l’expression « Je peux le faire ! ». Cela peut vous sembler puéril mais à force, vous vous convaincrez de votre capacité à affronter la difficulté.
  • N’écoutez plus ceux qui vous découragent et démoralisent. Il peut s’agir de collègues, d’amis ou de parents. S’ils ont le don pour vous décourager, ne les mettez plus au courant de vos projets ; ou ne le faites que bien plus tard, lorsque les résultats de votre projet sont disponibles.
  • Lisez les histoires de personnes qui ont réussi dans la vie, alors que tout était contre elles. Les biographies d’Einstein ; d’Henri Ford ; de Michael Jordan ou d’autres personnes que vous connaissez peut-être peuvent être particulièrement inspirantes, et contribuent à réduire la peur de l’échec. Dans un autre article je vous expliquait notamment l’importance d’avoir des mentors pour vous inspirer.

Peur d’échouer: Comment réussir

J’espère que vous avez déjà réussi à percevoir l’aspect positif présent dans chaque échec. Selon elle, les personnes qui se trouvent des excuses pour ne pas agir se divisent en trois grandes catégories :

  1. Les défaitistes : C’est bien connu, moins on a d’exigences, moins on a de chance d’être déçu. Se dire qu’au moins on a un travail alors que l’on n’aime pas du tout ce que l’on fait ou accepter de rester dans une relation qui ne nous convient pas du tout par peur d’être seul.e,  voilà des exemples d’actes manqués dûs à une trop grande résignation face à son destin. Savoir relativiser ses problèmes, c’est bien. S’en servir comme excuse pour ne pas agir, c’est juste dommage.
  2. Les perfectionnistes : Vouloir que tout soit absolument parfait avant d’entreprendre quoi que ce soit est aussi une très bonne excuse pour ne pas agir. On peut s’illusionner longtemps en attendant le moment idéal, les circonstances parfaites ou une idée de génie. Tout cela n’arrivera bien évidemment pas. La perfection n’est qu’illusoire. Elle n’existe que dans la tête de celui qui s’impose cette notion absurde.
  3. Les complexés : Supposer que l’on n’est pas assez bon. Croire que d’autres personnes ailleurs sont meilleures que nous, plus compétentes, plus motivées, ont des meilleures idées, etc.

Peut-être vous reconnaissez-vous dans l’une de ces catégories ? Si oui, rassurez-vous selon Brook Castillo, nous sommes tous amenés à douter de nous et à rentrer dans l’une de ces catégories à un moment ou un autre.

On peut en conclure que savoir transformer une expérience jugée négative en une expérience constructive et positive, c’est ce qui fait vraiment la différence entre ceux qui accomplissent leurs rêves et ceux qui ne font rien.

Si vous avez peur de l’échec, il y a beaucoup de choses que vous vous empêcherez de faire. Certaines femmes par peur de l’échec refusent de reconnaître et de s’engager auprès d’un éventuel partenaire.

D’autres ratent ou refusent d’exceptionnelles occasions professionnelles. La peur de l’échec n’épargne pas les jeunes élèves et les étudiants, qui finissent vraiment par échouer parce qu’ils ne parviennent pas à donner le meilleur d’eux-mêmes. Il est donc essentiel d’apprendre à vaincre cette peur paralysante.  Tout le monde connaît des échecs. Certains savent en tirer parti, d’autres non. Soyez du bon côté !


A LIRE AUSSI


#coronavirus #londres #mieuxetre #sesentirbien #pleineconscience #santenaturelle #developpementpersonnel #bienveillance #sophrologie #bienetreaunaturel #prendresoindesoi #bienêtre 20 minutes actu.orange.fr Actualité Actu santé Amour-sexualité Avenir Bien-être Confiance en soi Conforama Cosmopolitain Covid-19 Célébrité DIANA ABDOU Diana ABDOU Rédactrice En Chef Développement-personnel elleMagazine Fait divers France Info International L'amour psychotique La vie des people Le Figaro le journal des femmes Le mag Le Parisien Litérature Londres L’express Marie Claire Mode Monde Nancy Psychologie SAVERNE Sephora Shopping Société Série Transgenre Versace.com vogue Voici