Une tristesse d’une femme transgenre

Nostalgie et tristesse

Je ne me sens pas bien du tout présentement. J’étais tranquillement assise à écouter des vieux fun des années 2000 pour tenter de me changer les idées en lien avec ma solitude. Soudainement, je me suis mise à pleurer. Je me sens affreusement triste.

Je fonds en larmes à l’idée que j’ai « raté » une grande partie de ma vie et j’ai l’impression que j’ai réalisé beaucoup trop tard ma dysphorie de genre. Près d’une vingtaine d’années qui aurait dû être mémorable envolée.

J’ai été ensevelie de flashback provenant de mon adolescence. J’ai revécu les sentiments terribles de l’époque de ne pas être bien dans ma peau et de sentir ma vie comme une prison physique. Je me suis revue dans le passé à tout détester, m’isoler volontairement des autres et ne jamais être contente avec quoi que ce soit. J’ai vu les opportunités manquées de vivre des expériences sociales uniques qui ne vont probablement jamais se reproduire.

Ma vie de jeunes adultes a été mixe. J’ai rencontré des gens formidables. J’ai repris contact avec des amis d’enfance. Mais, je m’en veux de ne pas avoir pensé à moi-même et d’avoir même tenté de m’effacer. J’ai détesté voir cette personne dans le miroir pendant des années. Cette personne qui s’est lâchement oublié pour ne pas s’affronter elle-même.

A LIRE AUSSI

Je commence à souffrir de solitude. Autant que la mise en quarantaine m’empêche socialement de voir mes amis et famille (au risque de les infecter). Je tente encore de combler ce vide en discutant avec les gens par messagerie électronique. J’ai décidé d’exprimer mon sentiment dans mon journal.

J’ai tenté dans le passé de ne pas écrire à personne et espérer que quelqu’un allait entrer en contact avec moi. Mais, après plusieurs semaines sans succès, j’ai recommencé à écrire aux gens. Déçu que personne ne m’ait écrit et mon sentiment de solitude était encore plus fort.

Le problème est que seulement écrire aux gens ne semble pas me satisfaire. Mais, depuis longtemps j’ai un poids sur le cœur qui ne fait que resurgir. Je suis toujours la première à écrire aux gens. À prendre des nouvelles. J’ai malheureusement l’impression de déranger les gens quand je fais ça. Des fois, j’ai le sentiment que si quelqu’un voudrait me parler et bien que cette personne va m’écrire d’elle-même. Mais en vain.

Les gens ne réalisent pas qu’écrire à quelqu’un peut éclaircir sa journée. Mais je suis peut-être trop bavarde et trop demandante.

Aujourd’hui, je suis contente d’avoir fait mon coming out. Mais j’ai le cœur gros. Je désire m’excuser à moi-même pour tous les tord que j’ai commis.

New In 100% Wool Cozy Fall Scarves Time-Limited 60% Off!

C’est un moment par lequel de nombreuses personnes transgenres sont déjà passées, la dépression. Le fait de ne pas se sentir bien dans son corps, l’incompréhension de l’entourage, le regard des autres et la critique perpétuelle sont des aspects qui peuvent faire très mal, voir même parfois détruire. Même si certain(e)s réussissent parfois à se créer une carapace et passer outre, de très nombreuses personnes transgenres finissent par s’enfermer et s’isoler. Parce-que la dépression est quelque chose de grave et qu’elle peut aller jusqu’à tuer, nous allons essayer au travers de cet article de vous aider à ne pas sombrer en cas de moment difficile. Des petits conseils qui nous l’espérons, pourront vous aider au moins un petit peu à vous sentir mieux.

Qu’est-ce que la dépression ?

Le terme dépression a été très généralisé dans le temps. Aujourd’hui on utilise le mot dépression à tord et à travers. Pour un petit coups de blues, un déception amoureuse ou par exemple une défaite suite à une rencontre sportive, on parlera parfois de « dépression ».

Pourtant, il est important de comprendre que la dépression est bien plus forte qu’un simple petit passage triste de la vie. La dépression est une maladie mentale. Elle va affecter votre humeur de manière très générale, la façon dont vous vous sentez dans votre tête et votre corps, votre perception des autres, et vos relation avec votre environnement.

A VOIR SUR WEB

Bellelily Anniversary Sale Get Up To $30 Discount!

La France, Et si les femmes avaient « Le Pouvoir » ?
simone beauvoir

La France, Et si les femmes avaient « Le Pouvoir » ?

Au rapport : l’agriculture biologique la Cour des comptes dénonce des moyens de l’Etat «insuffisants»
l’arrosage des tomates

Au rapport : l’agriculture biologique la Cour des comptes dénonce des moyens de l’Etat «insuffisants»

A Singapour pour les passionnés de culture
7c5728ae4d5e28f14ff4780848026c0d

A Singapour pour les passionnés de culture

mentalgame 2
mentalgame 2

Mode de vie : de quoi parle-t-on ? Peut-on l’adopté

Le style d'Anne Hathaway est la cascousse s'habille en Prada, et on adore
c33c2f35bcc6283bc69112f411ac02ba

Le style d’Anne Hathaway est la cascousse s’habille en Prada, et on adore

La démocratie en béton
Muzharul islam chittagong university

La démocratie en béton

A LIRE SUR FAUNES ET FEMMES MAGAZINE

d356ccd8623cd711ff0adf73d20571e5
d356ccd8623cd711ff0adf73d20571e5

Une page se tourne mais un nouveau chapitre commence

ac4470cc1d5b81bcc4c11c0595513a6e
ac4470cc1d5b81bcc4c11c0595513a6e

Pays-Bas : une découverte exceptionnelle d’un temple romain “ intact et complet ”

91a64e0dc918381dd3299175bb86a9ea
91a64e0dc918381dd3299175bb86a9ea

Toucher vaginal, spéculum… À quoi doit ressembler un examen gynécologique normal ?

baea97ebd6a84c5a72978e94bd5fb888
baea97ebd6a84c5a72978e94bd5fb888

En Moselle : enquête ouverte pour tentative de féminicide après un incendie dans un appartement à Metz

7f5e35e075a209ba741cec2ff946f0a1
7f5e35e075a209ba741cec2ff946f0a1

Le bonheur auquel chacun aspire : le désir, le plaisir, la morale

drapeau lgbt lutte homophobie transphobie 1 1024x693
drapeau lgbt lutte homophobie transphobie 1 1024×693

En 2022 l’obsession anti-LGBTQI+: Son fonctionnement, ses causes, ses inconséquences peut-on y échapper

cover 2 13

Hebdo

Magazine Diana Unlimited

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :