Qu’elle Journée une formidable catastrophe, La SNCF en crise de coronavirus.

Journaliste : Diana ABDOU Rédactrice en chef Le 10/07/2020

Départ de Nancy 14 h 30 arrivée à l’aéroport de Luxembourg à 18 H 42

Selon SNCF en raison de la situation il peuvent donner plus d’information pour les voyageurs, je me suis rendue à ce jours dans l’enceinte de la gare de Nancy, faute de communication de leur part, pour ce faire l’idée, de partir de notre domicile un peu plus tôt, plus de cinq heures de trajet entre Nancy et Luxembourg la fatigue qui et la j’ai pas tellement dormie de la nuit, j’ai eu beaucoup de choses à régler je vais pas me plaindre c’est la vie.

Le trajet auto car de Nancy à Luxembourg cela étais un peux compliqué ben voyons, comme elle dit la loi ou bien les règlement du covid-19. Nous devons être aux Maximin 10 pars groupe que la le car étant déjà remplis gondé de beaucoup de voyageur plus de 2 H 30, d’attente pour attendre des autres voyageur qui ce permettez de venir tout les 20-25 min et moi le tempérament, étais un peux si compliqué que cela avec mes 8 de système nerveuse, j’ai du envoyer boulet une jeune femme qui demandé ou ont étais.

Non mais ALLO C’est lu en gros gare de pont à mousson et elle ose demandé ben ou ont vas ma cocotte c’est écrit Nancy- Metz. La route étais si longue je termine mon temps à écouté de la musique à courir pour aller prendre mon correspondance, en arrivant sur Metz et ben dis donc ont nous à déposer très lointain de la gare de Metz j’ai du marché avec mes Louboutin qui fait un mal de chien, la beauté et si difficile que vos mieux en souffrir pour être belle mes c’est le cas je suis joyeuse et fière de ce que je suis de ce que je fais mes sans doute pour moi c’étais une très bonne expérience car j’ai pas l’habitude de me mélanger avec du monde vu je suis bien solo, je suis très contente de faire cette voyage à Londres, pour moi cela sera l’occasion de prendre un nouveau départ voir plus loin que les expériences connue sur Nancy sans succès.

Je suis très fière de ce que je suis entrain de faire de ce que je suis entrain de vivre en ce moment même comme moi que j’ai pas être indépendante d’un homme qui puisse m’offrir de ce que j’ai toujours voulue mes pour cela il ne faut pas découragé faut toujours d’aller de l’avant ont peux pas ce permettre de laisser le passer derrière soit et de continuer à souffrir comme si que quand ont te dit je te veux ensuite te blesser car cette homme veulent juste profiter de toi de ce que tu as bref moi je suis partie très loin je parle de la situation SNCF, je fini part parler des blessures des hommes qui ne compte plus pour moi qui en vaut pas la peine de voir de que il ont envie mes de la façon exacte il et temps de voir les choses différentes.

Après tempête, l’orage tourne dans la région de Luxembourg pas beaucoup de voyageur dans l’aéroport pas beaucoup de chat ni de sourit à part des beau hommes cela et un peux fascinant de ce que je suis entrain de penser mes vaut mieux pas y penser de ce que je pense vraiment je suis tellement fatiguée de cette voyage enfin je la commence seulement je ne suis pas encore partie que je suis déjà assez fatiguée..

Mon vol et prévu pour 21H05 j’arriverai vers les coups de 22H50 enfin c’est que la compagnie dit toujours…

Je ne sais plus quoi penser ni quoi dire à part que je fais faire une agréable bon voyage et que je vais profiter à fonds de mon voyage sous le soleil londonienne et que je vais m’y habituer comme avant car cela fait vraiment un moment que je n’es pas vu Londres..

Les 4 nuits à Londres étais pour moi une expériences pas comme tout les autres voyages que j’ai effectué, mais une choses et sur j’ai une grande hâte de repartir pour Londres, ce pendant pour une destination définitive, j’ai pu découvrir des choses en moi que j’ai jamais connue part exemple goûter à toute leur spécialité.

Les pubs

Outre le fait que l’on boive souvent sa bière sur le trottoir quel que soit le temps, les Anglais pratiquent beaucoup le pub crawling. Lorsqu’ils sortent à plusieurs, le 1er paie une tournée dans un 1er pub, le 2e en paie une autre dans un pub différent et ainsi de suite. Le tout, c’est de se rapprocher de chez soi pour être sûr de pouvoir rentrer, surtout si l’on est 15 à payer une tournée !

Boissons

– Si l’on en croit la légende, toute l’Angleterre s’arrête vers 17h pour le teatime. Les Anglais en boivent en fait toute la journée !
Autre rituel, à essayer au moins une fois, dans les hôtels chics ou les salons de thé londoniens : les fameux afternoon teas et high teas (prévoir tout de même une grosse poignée de livres) avec un grand choix de thés aux arômes différents, des sandwichs et toute une cohorte de gâteaux.

Parmi les afternoon teas les plus connus, ceux des hôtels prestigieux tels que le Ritz, le Savoy, le Hyde Park Hotel, le Dorchester ou le salon de thé Fortnum & Mason… Tous proposent un rituel souvent aussi drôle que leurs gâteaux sont bons, à grand renfort de vaisselle délicate, d’ustensiles compliqués et de règles à respecter.

– Côté boissons alcoolisées, vous pourrez goûter aux ciders, tout comme le sherry (xérès), très apprécié des vieilles dames. N’oubliez pas le port (porto), et évidemment le whisky. Du scotch tourbé d’Écosse au pur malt irlandais en passant par le bourbon américain, il y en a pléthore.

– Les Anglais se passionnent également pour le café. Vous trouverez pour preuve des centaines de coffee shops et autres où l’on sert des expressos, bien sûr, mais également des cafés spéciaux assez originaux.
Rien à voir avec le jus de chaussette servi dans les grandes enseignes si l’on opte pour un regular.

– Si vous aimez les liqueurs douces, goûtez le Drambuie, au whisky, ou l’Irish cream, au café.
Au rayon cocktails, essayez un dry martini ou une vodka and lime.

– Les amateurs de vin seront surpris : l’Angleterre produit à nouveau du vin (et même les effervescents), du Kent au nord du pays de Galles… La production reste confidentielle, et sa consommation l’est encore plus. Certains bars et restos londoniens l’ont inscrit à leur carte.
Les wine bars sont à la mode mais restent assez chers. En revanche, les cartes mêlent les crus classiques du Vieux Continent aux domaines du Nouveau Monde. On trouve aussi dans tous les pubs branchés et les restaurants une sérieuse sélection de vins au verre.

– Goûtez au Pimm’s, boisson à base de plantes et de quinine. Typiquement anglais, servi avec du concombre. Très bon aussi avec de la limonade.

Bière

La boisson « mythique », c’est évidemment la bière. Les non-amateurs goûteront à la ginger ale, plus douce.
Parmi les bières les plus populaires, la goûteuse London Pride, ou la toute simple mais désaltérante Carling.
Pour un demi, commander half a pint mais, proportionnellement, une pint (demi-litre) coûte moins cher.

Que manger, où manger Londres

Variété culinaire londonienne

– À Londres, du point de vue culinaire, vous aurez une palette de choix comme nulle part ailleurs en Europe. Ce n’est pas pour rien qu’elle a été désignée capitale mondiale de la gastronomie pour sa diversité !

– On y recommande les fameux gastropubs, établissements hybrides nés du désir de conserver l’atmosphère si riche et conviviale des pubs en proposant une cuisine plus élaborée qu’une saucisse-purée ! En quelques années, Londres a vu fleurir un peu partout ces néopubs souvent plus chers et toujours plus branchés que leurs grands frères. Par ailleurs, la grande tendance des nouveaux restaurants a des influences méditerranéennes ou asiatiques. Quelques bonnes surprises en perspective. À commencer par la viande de bœuf ! L’élevage est aujourd’hui considéré par les spécialistes comme l’un des meilleurs au monde. Des races de petits gabarits, sélectionnées pour la qualité de leur viande, et élevées selon les règles de l’art dans la belle campagne anglaise ; des viandes persillées, maturées 30 à 60 jours, et cuites à la perfection, « bleu » ou « rare » (bleu ou saignant), voilà qu’ils pourraient nous donner des leçons ! On aime vanter aussi le local, et mettre en avant ses producteurs.

– Pensez aussi aux célèbres fish & chips, qui permettent de manger sur le pouce pour vraiment pas cher. Le pire côtoie le meilleur en la matière ! On en trouve souvent au menu des pubs.

– Sinon, à part les pubs, de nombreux cafés ont essaimé un peu partout, surfant sur la vague bio en proposant de bonnes soupes du jour, des sandwichs préparés avec des ingrédients frais et originaux, et des suggestions plus soignées annoncées sur l’ardoise. Impeccable pour un déjeuner de qualité à prix maîtrisé.

– Il serait dommage de repartir sans avoir mangé chinois, japonais, pakistanais, jamaïcain ou indien. Ces restaurants offrent une cuisine de qualité inégale, comme partout, mais les meilleurs d’entre eux sont dignes d’éloges. Les meilleurs restos chinois ou indiens d’Europe sont à Londres et offrent un véritable dépaysement.

– Sinon, il reste des petites adresses pas chères du tout, qui nourrissent leur homme, qui laissent le porte-monnaie quasi intact mais qui s’avèrent un peu frustrantes pour les papilles. Elles servent en général un peu de tout (spaghettis à la bolognaise, steak bouilli-frites, soupe aqueuse, poisson pané, beans…).

– Il ne faut pas négliger non plus les restaurants végétariens. Il y a nombre de restos végétariens où l’on mange bien à des prix plus que raisonnables… pour Londres. Les restaurants proposent presque systématiquement un menu végétarien (voire végane), tout comme les hôtels et B & B, qui offrent généralement une alternative au traditionnel full English breakfast. Les produits veggies sont estampillés « V ».

Sheriff hôtels 115 Warwick Way, Victoria SW1V 4HT

Nids douillets, auberges bon marché et bon plan pour poser ses valises en toute sérénité.

Vous êtes à la recherche d’une gamme de services conçus pour sublimer votre séjour à Londres ? Alors le Sheriff Hôtel vous apportera entière satisfaction. C’est le quartier préféré des voyageurs visitant Londres, selon les commentaires clients indépendants.

Le Sheriff Hotel est un hôtel familial situé à moins de 5 minutes à pied des stations de métro victoria. Le Sheriff Hotel propose des chambres avec salle de bains privative avec téléviseurs LCD de 26 pouces et wi-fi gratuit.
Toutes les chambres sont équipées de lits de ressort de poche et de puissants systèmes de douche Grohe. D’autres caractéristiques de salle de bains incluent des rails chauffants de serviette, des lumières de miroir de moins. Les voyageurs individuels apprécient particulièrement l’emplacement de cet établissement. Ils lui donnent la note de 8,5 pour un séjour en solo.

Londres est également connu pour ses célèbres musées militaires, dont Churchill War Rooms, Imperial War Museum et Royal Air Force Museum London, qui sont tout près du Sheriff Hotel.

Le Sheriff Hotel est situé à 25 minutes à pied des Chambres du Parlement, de Big Ben et de l’abbaye de Westminster. La Tate Britain est accessible à 20 minutes à pied.

Environs de l’hôtel

Très bon emplacement – voir la carte Les clients ont adoré se promener dans le quartier !

Lieux à proximité *

  • Gare routière Victoria 0,3 km
  • Métro Victoria 0,5 km
  • Gare Victoria 0,5 km
  • Apollo Victoria Theatre 0,6 km
  • Cathédrale de Westminster 0,6 km
  • Théâtre Victoria Palace 0,7 km
  • Vincent Square 0,7 km
  • Chelsea Bridge 0,8 km
  • Métro Sloane Square 0,8 km
  • Métro Pimlico 0,8 km

Aéroports les plus proches *

  • Aéroport de London City 13,5 km
  • Aéroport de Londres Heathrow 21,4 km
  • Aéroport de Londres Gatwick 37 km

Londres est une ville formidable pour une expatriation en famille et faire des activités avec des enfants. Par exemple, à l’Observatoire Royal de Greenwich vous pourrez prendre des photos du premier méridien, explorer des galaxies lointaines dans le planétarium Peter Harrison et admirer les galeries astronomiques de Weller.

Activités en plein air à Londres

Le climat de Londres peut être imprévisible et sombre, aussi, lorsque le soleil pointe le bout de son nez, il est apprécié à sa juste valeur ! Instantanément, les Londoniens, plus joyeux, vivants et bruyants s’emparent des spots en plein air de la capitale. Walthamstow Wetlands, la plus grande réserve naturelle de zones urbaines d’acclimatation européennes, est une oasis située à 15 minutes en métro du centre de Londres. Si vous souhaitez vous rapprocher de la nature sans quitter la ville, certaines zones d’acclimatation proposent de nombreuses activités pour les enfants et les adultes, notamment destinées à sensibiliser le public à la durabilité de l’eau et à la conservation de la faune.

– Il y a enfin les grandes chaînes de qualité honnête, pas trop chères, comme les restaurants des grands magasins, souvent de bons plans, pratiques et rapides.

Marchés et shopping à Londres

Liberty London, qui a ouvert ses portes en 1875 avec trois membres du personnel, avait pour ambition de « créer de nouvelles tendances » selon Arthur Liberty. Aujourd’hui, les articles de mode et de design Liberty London sont répartis sur six étages et donnent vie à des histoires de lieux mystérieux et lointains.

Oxford Street et Harrods occupent une place importante dans l’univers commercial londonien, mais le consumérisme local se manifeste souvent dans les endroits les plus imprévisibles et les plus cachés. Carnaby Street, rue piétonne, située derrière les rues Oxford et Regent, regorge de petites boutiques indépendantes, de restaurants et de bars.

Des vêtements vintage aux antiquités en passant par l’alimentation et les fleurs, les marchés londoniens sont des destinations de choix pour les acheteurs patients et créatifs, qui recherchent des pièces uniques. Le Borough Market de London Bridge est l’un des marchés alimentaires les plus anciens de Londres (son histoire remonte au XIIIe siècle), tandis que le marché de Portobello Road à Notting Hill est le lieu de prédilection des amateurs de brocante et d’antiquités.

Londres, la nuit

Pour les expatriés qui aiment vivre la nuit, Londres les accueille à bras ouverts. Printworks London, dans le sud-est de la ville, est une zone polyvalente composée de six espaces d’événement insonorisés, répartis sur plusieurs niveaux. Ce dédale de couloirs et de salles était autrefois celui d’une presse où l’on imprimait les quotidiens gratuits locaux de Londres, Metro et Evening Standard. Aujourd’hui, on y assiste à des spectacles de musique live et électronique.

Soho, situé au cœur du West End de Londres, est le lieu où il faut se rendre pour passer une bonne soirée. Commencez par un délicieux repas dans l’un des nombreux restaurants, qui offrent tous les types de cuisines. Offrez-vous ensuite une pièce de théâtre de classe mondiale puis allez vous désaltérer avec un cocktail ou une bière artisanale dans l’un des pubs uniques de Soho.

Profitez d’une multitude de choses à faire et à voir pendant votre séjour. Que vous visitiez la capitale pour la première fois ou que vous soyez un habitué, il y a toujours plus de choses à visiter à Londres.

Des attractions touristiques aux recoins cachés, et des restaurants traditionnels aux activités pas chères, retrouvez les meilleures choses à faire à Londres en famille, en couple, en solo ou entre amis avec nos bons plans ci-dessous.

Le trajet de retour, en arrivant à l’aéroport de Luton à Londres magnifique voyage destination Portugal une chaleur confortable soleil qui brie cela me donne envie d’y voyager et d’aller en vacances au bord du lac.

Une journée catastrophes-en pensant qu’avoir des amies et l’une des bonnes choses, mais en fait non, j’ai passé mon temps à rendre service aux autres que des personnes ne veulent pas rendre service, il y a un quelqu’un qui va se sentir concerné, car cela mon rendu un service, je l’espère qu’il ne se sentirera pas viser vu l’appel téléphonique d’aujourd’hui, c’est que je passe mon temps à être disponible pour faire plaisir qu’il en fait pas autant du coup, il est temps pour moi de faire une dynastie construire mon avenir sans être à la disposition de qui se soit à part les rendez-vous professionnels.

Je me sens mal de dire ça mais j’ai du faire 13 H de voyage de Londres en bus jusqu’a l’aéroport Luton qui à durer 3 Heures, départ 12H20 arrivée à L’ aéroport de Porto 14H, également connu sous le nom d’ Aeroporto Francisco Francisco Sá Carneiro, est le deuxième aéroport du Portugal. Il n’est pas situé directement à Porto, mais plus au nord, dans la ville de Maia. deux heures vingt d’attente pour repartir pour la destination de Luxembourg pour arrivée à 20h55 Mais avant de prendre l’avion juste un service à quelque amie pour venir me cherché à l’aéroport chacune deux mon sortie des excuse pas possible mes je vais de l’avant en prenant les resposabilité car je suis dans la presse et je savais ce qu’il aller m’attendre comme trajet de Luxembourg à Nancy le même sckesh que en aller j’ai du arrivée à Nancy à 01h 05 du matin sur Nancy ainsi que la marche à pieds de Nancy gare à Vandoeuvre avec des bagages 45 min en plus alors je remercie à ce que je rends service qui ne que je ne reçois pas en retour.

Mais maintenant que cette voyage à Londres ma fait comprendre que ont ne peux que compter sur soit même. cela ma montrer les ongles positif que aujourd’hui je suis une dirigeante et c’est ta moi de poser ma propre dynastie et de faire les choix. Amies ou Non je dois savoir faire la pars des choses que cela blesse ou non beaucoup mon déçue que cela soit les hommes maintenant les amies.

En tant que présidente de Faunes et Femmes Magazine en tant que jeune éditrice, je dois être celle qui dois être une journaliste mais pas une potiche à la demande d’être à la disposition de qui ce soit.

La vie fait mal mais si je dois faire autant d’autres dois faire autant que moi cela veux dire retour de la monnaie.

A LIRE SUR FAUNES ET FEMMES MAGAZINE

La France, Et si les femmes avaient « Le Pouvoir » ?

La France, Et si les femmes avaient « Le Pouvoir » ?

La France, les femmes et le pouvoir est le fruit d’une longue enquête destinée à comprendre l’origine et les caractéristiques de l’«exception française» en la matière. On sait que l’Hexagone fut le dernier des grands pays occidentaux à accorder le droit de vote aux femmes, et qu’il était à la fin du XXe siècle en queue de peleton de l’Europe et au 65e rang mondial pour la place qu’il leur réserve dans son Parlement. Mais si les faits sont connus, les raisons de cette situation n’ont jamais fait l’objet d’études approfondies. Parfois attribuées à un mystérieux «retard français», elles font surtout l’objet d’un tabou historique.

La France, Et si les femmes avaient « Le Pouvoir » ?
Aurore Bergé (c) députée et nouvelle présidente du groupe Renaissance à l’Assemblée nationale, avec les députés Renaissance élus aux législatives, le 22 juin 2022 à Paris Aurore Bergé (c) députée et nouvelle présidente du groupe Renaissance à l’Assemblée nationale, avec les députés Renaissance élus aux législatives, le 22 juin 2022 à Paris afp.com – Christophe ARCHAMBAULT

Ce tabou s’éclaire lorsqu’on saisit que l’exception française ne date pas d’hier, qu’elle a eu longtemps un tout autre visage, et que ceux qui ont le plus travaillé à l’exclusion des femmes des positions de pouvoir ne sont pas ceux que l’on croit généralement.

Du début à la fin du Moyen Âge, en effet, la France s’est plutôt signalée par un ample partage des responsabilités entre les sexes. C’est à ce partage que s’attaquèrent, le jugeant incongru, les troupes d’hommes grossissantes qui s’investirent dans la construction de l’État et le commentaire de la vie politique, en se donnant les moyens de gagner à leur point de vue des groupes de plus en plus nombreux. Cette histoire n’a pourtant rien de linéaire. Elle est au contraire remplie de conflits, de polémiques, de reculs et d’avancées, de mises au point de stratégies, de batailles perdues ou gagnées… dont l’Histoire qui s’enseigne à l’école ou à l’université ne dit généralement rien, ou rien de compréhensible.

Lorsque la parité n’est pas imposée par la loi, la proportion des femmes dans le personnel politique est minoritaire. Des effets territoriaux sont toutefois constatés : la proportion de communes dont une femme est maire est plus importante dans l’Ouest de la Métropole, dans le Sud du bassin parisien et en Rhône-Alpes que dans le reste du territoire. Ainsi cette proportion, qui est de 20 % dans l’ensemble du pays n’atteint pas 14 % dans le département du Var mais dépasse 25 % dans celui des Landes.

Les écarts territoriaux concernant les parts de femmes parmi les cadres et les dirigeants salariés des grandes entreprises obéissent davantage à une opposition entre l’Ile-de-France et la Province. En région parisienne, la part de femmes parmi les dirigeants d’entreprises de plus de 250 salariés est pratiquement de 30 % alors qu’elle est située au-dessous de 25 % dans toutes les autres régions.

Trois femmes au pouvoir, de Matignon à l’Assemblée, une donne historique

Fraîchement choisies par la majorité pour les plus hautes fonctions à l’Assemblée nationale, Aurore Bergé et Yaël Braun-Pivet forment, avec Elisabeth Borne à Matignon, un trio de femmes au pouvoir, un tel alignement constituant une première, encore à l’épreuve.

Bien que fragilisée après les législatives, Mme Borne, deuxième femme à la tête d’un gouvernement après Edith Cresson il y a trente ans, a été « confirmée » samedi par Emmanuel Macron « dans la durée ».

Aurore Bergé, elle, a été élue mercredi dernier à 35 ans présidente des députés Renaissance (ex-LREM). C’est la première fois sous la Ve République qu’une femme devient patronne du groupe majoritaire à l’Assemblée.

Autre première: la présidence de l’institution doit revenir mardi à une femme également, Yaël Braun-Pivet, via un vote de l’ensemble des députés. Elle succèdera à Richard Ferrand, un proche d’Emmanuel Macron défait dans les urnes.

Novice en politique en 2017 et bombardée alors présidente de la commission des Lois au Palais Bourbon, l’élue de 51 ans ne sera restée qu’un mois ministre des Outre-Mer. Elle a quitté ce week-end le gouvernement en vue du perchoir.

Réélue députée des Yvelines le 19 juin, elle a profité d’une fenêtre d’opportunité pour se présenter mercredi à une primaire interne pour la présidence de l’Assemblée, l’emportant sur un autre ex-président de commission LREM, Roland Lescure.

Une observatrice des deux scrutins constate au sein de la majorité « un vrai élan » assez irrépressible en faveur des femmes, dans un Palais Bourbon qui a accueilli en 2016 pour la première fois une statue de personnage historique féminin, au milieu des figures d’hommes et allégories. Il s’agit d’un buste d’Olympe de Gouges, féministe guillotinée sous la Terreur.

Laurence Rossignol, ancienne ministre socialiste des Droits des femmes, reprend Simone de Beauvoir: « il suffira donc d’une crise… pour qu’on laisse les femmes monter au feu ».

Pour la députée sortante de la majorité Valérie Petit également, il s’agit du « Glass Cliff Effect » ou effet « falaise de verre », soit « la surreprésentation des femmes dans les postes de pouvoir en période de crise aigüe ». « Ceux qui d’habitude ignorent leur talent se disent +On a tout essayé, faisons quelque chose qu’on n’aurait jamais imaginé: nommons une femme+ », a-t-elle relevé sur Twitter.

– revanche –

Ces victoires ont aussi l’allure d’une revanche sur les procès en incompétence ou le sexisme ambiant à l’Assemblée. « Certains députés ont pu me dire +Ne faites pas votre maîtresse d’école+, ou +Merci pour vos réflexions quasi maternelles+ », rapportait en 2019 dans Elle Mme Braun-Pivet, avocate de profession et mère de famille nombreuse.

La féminisation de l’Assemblée, avec un record de quelque 39% de députés femmes en 2017, a cependant eu « beaucoup d’effets », relevait-elle auprès de l’AFP il y a quelques semaines. « De facto, certains comportements sexistes ont disparu et les femmes prennent davantage la parole ».

Or la proportion de députées a légèrement reflué avec les dernières élections législatives, passant à 37%.

« La faute à la fois au RN qui a présenté beaucoup de femmes dans des circonscriptions perdues d’avance, et à LR dont le féminisme n’a jamais été la tasse de thé », pointe à l’AFP la politologue Mariette Sineau, co-autrice de « Femmes et République ». Et la poussée de LFI, qui avait investi légèrement plus de femmes que d’hommes, « n’a pas suffi » à inverser la tendance.

« Ce recul du nombre des femmes à l’Assemblée, ça fait mal », lâche la chercheure Marlène Coulomb-Gully. Selon cette spécialiste des questions de genre, « quelque chose doit radicalement changer si l’on veut rendre l’engagement politique désirable pour les femmes », notamment les horaires de travail.

Elle espère toutefois que « l’ordre du jour, la priorité du type des questions » – le « care », l’enfance, les seniors, plutôt que le régalien – puissent « être infléchis par une assemblée où le nombre de femmes est relativement élevé même s’il est en baisse, et où des femmes occupent des postes décisionnels ».

Deux autres femmes président des groupes d’opposition, Mathilde Panot (LFI) et Marine Le Pen (RN). Cyrielle Chatelain codirige le groupe écologiste. La majorité espère atteindre cette semaine la parité à d’autres postes clés au Palais Bourbon.

Au rapport : l’agriculture biologique la Cour des comptes dénonce des moyens de l’Etat «insuffisants»

Au rapport : l’agriculture biologique la Cour des comptes dénonce des moyens de l’Etat «insuffisants»

Au rapport : l’agriculture biologique la Cour des comptes dénonce des moyens de l’Etat «insuffisants»
Une exploitation bio détruite au glyphosate dans les Bouches du Rhône @gettyimage

Ce rapport tombe à point nommé pour la filière bio. Alors que l secteur est confronté à une baisse de la consommation, la cour des comptes pour la première fois de son histoire publie enfin ce jeudi son rapport sur «le soutien à l’agriculture biologique», qui dresse un portrait sévère des aides publiques et du soutien accord à la filière. La cour des comptes l’affirme sans détour : «La politique de soutien à l’agriculture biologique s’avère insuffisante au regard des ambitions affichées, tant au niveau des aides financières, que du soutien à la structuration de la filière, de la communication sur les bénéfices du bio et de la recherche et développement» et n’est «pas à la hauteur».

Fait notable : une très large partie du rapport est consacrée aux bénéfices de l’agriculture biologique (AB). S’appuyant sur une analyse détaillée de la littérature scientifique, la Cour des comptes juge que la politique de soutien est «justifiée par les bénéfices de l’agriculture biologique pour la santé et l’environnement»«Si elle présente quelques faiblesses (usage du cuivre, travail profond du sol, etc.), l’agriculture biologique a néanmoins un effet bénéfique sur la qualité de l’eau et des sols en raison de l’interdiction de l’usage de pesticides et d’engrais azotés de synthèse et du moindre usage d’antibiotiques et d’additifs prévu par son cahier des charges.

Elle contribue également à l’amélioration du bien-être animal, a un impact plutôt favorable sur le climat et crée plus d’emplois», est-il résumé. Le président de la Cour Pierre Moscovici a enfoncé le clou ce jeudi en présentant le rapport : «Le rôle de la Cour c’est d’apporter un regard objectif et impartial qui manquait […] L’agriculture biologique est le meilleur moyen [de réaliser] la transition écologique et agricole.» Malgré des rendements encore inférieurs à ceux de l’agriculture conventionnelle d’environ 18 %, la productivité du bio «présente un potentiel d’amélioration, qui dépend de l’investissement en recherche et développement».

Les agences de l’eau en première ligne

Alors que les agriculteurs bio se battent depuis des mois pour réclamer une meilleure revalorisation de leurs aides dans le cadre de la future PAC, qui entrera en vigueur en 2023, on reste cependant loin d’atteindre les objectifs fixés en termes de part de la surface agricole dévolue à l’AB : 15 % en 2022, et 18 % en 2027 selon les objectifs français, et 25 % d’ici 2030 au niveau européen. D’ailleurs, «l’ambition environnementale» du plan français pour la prochaine PAC reste trop «modeste», regrette la Cour des comptes, qui juge que le budget prévu par la France pour les éco-régimes – un nouveau système de paiements qui vise à rémunérer les agriculteurs en fonction des bénéfices environnementaux – est «inférieur de près de 20 %» au dispositif jusqu’ici en vigueur. «Fortement incitatives», les aides au bio sous la précédente PAC ont aussi été «sous-dimensionnées».

«Près de la moitié de l’enveloppe» prévue pour les aides à la conversion et au maintien de l’agriculture bio pour 2015-2020, «a été consommée dès la première année». Autre preuve du manque d’engagement de l’Etat sur la transition vers le bio : au niveau national, les agences de l’eau sont le premier financeur de l’AB, devant les aides au maintien et à la conversion et les aides des régions. Alors que la pollution de l’eau d’origine agricole «continue de s’aggraver», «la prévention s’avère bien moins coûteuse que la décontamination de l’eau potable». Les agences de l’eau l’ont bien compris, et ont donc «fortement développé leur soutien», en mettant en œuvre de nombreux projets pour développer le bio dans les zones de captage d’eau potable.

Financement «limité»

Et pourtant, malgré ces aménités incontestables, les moyens de financement du bio sont maigres. La France, premier pays européen en termes de surface agricole dévolue à l’agriculture biologique (10,3 % en 2021, soit 2,8 millions d’hectares), ne consacre que 4,9 % de son budget dévoué au développement rural à l’AB, contre 6,4 % pour la moyenne des pays européens. «La politique de soutien à l’agriculture biologique paraît donc présenter un rapport coût /bénéfice intéressant en termes d’environnement, bien supérieur à celui d’autres dispositifs aux effets plus incertains en termes de réduction des pollutions agricoles», écrit la Cour des comptes, pointant notamment le coût des plans Ecophyto successifs, qui visent à réduire les pesticides depuis 2009 et dont le coût est estimé à 400 millions par an malgré une absence de résultats.

Au total, le «financement de l’Etat à hauteur de 35 millions d’euros en 2020 [pour les aides à la conversion et au maintien en AB] apparaît encore plus limité lorsqu’il est rapproché des coûts de dépollution des eaux contaminées par les produits phytosanitaires et nitrates d’origine agricole (entre 540 et 970 millions d’euros par an), à la charge des usagers». Quant au ministère de l’Agriculture, sa «politique aurait pu être davantage motrice dans le développement de l’agriculture biologique, qu’elle a, au mieux, accompagné et parfois freiné», fustigent les Sages.

«Réorienter les soutiens publics»

«Le sous-dimensionnement des enveloppes d’aides, leur manque de lisibilité et l’insuffisante prise en compte des bénéfices environnementaux associés à ce mode de production […] conduisent à s’interroger sur la pérennité à terme des exploitations biologiques», alerte enfin la Cour des comptes.

Pour que la France se donne les moyens de son ambition, les Sages ont formulé douze recommandations visant notamment à «mieux éclairer les citoyens et les consommateurs sur l’impact environnemental et sanitaire» de l’AB et «réorienter les soutiens publics à l’agriculture au profit de la filière bio». Par exemple en instaurant une «rémunération pour services environnementaux de l’agriculture biologique» dans la future PAC. Les derniers arbitrages du gouvernement sur ce dossier devraient d’ailleurs être rendus publics en fin de semaine.

A Singapour pour les passionnés de culture

A Singapour pour les passionnés de culture

Singapour est une destination qui encourage à la découverte. Véritable ville-jardin, ancrée dans une histoire et un patrimoine multiculturels continuellement renouvelés par un esprit d'exploration et d'innovation. Elle offre une myriade de possibilités pour les voyageurs.

A Singapour pour les passionnés de culture
La chic petite cité état, nichée au sud de la Malaisie, charme immanquablement le visiteur.

Singapour ne laisse aucun passionné indifférent : Férus d’arts en tous genres ? Découvrez les chefs-d’œuvre locaux et internationaux dans de nombreux musées et galeries. Apprenez-en plus sur la culture multi-ethnique de Singapour, laissez-vous porter par les récits racontés par les chants et danses traditionnels des communautés chinoise, malaise et indienne.

Pour les visiteurs désireux de ramener un peu de Singapour chez eux, ils pourront participer à des ateliers animés par une nouvelle vague de designers et d’artisans pour créer leurs propres œuvres d’art. Passionnées par les arts, l’artisanat ou les rencontres, c’est ici que convergent les créateurs de culture, maestros, artisans, artistes et bien sûr voyageurs du monde entier.

Lorsque Sir Stamford Raffles fonda au 19ème siècle ce qui deviendra la Singapour moderne, rien ne permettait de penser que cette ville connaitrait un destin culturel aussi prometteur !
Les nombreuses populations qui ont immigré sur l’île ces deux derniers siècles ont chacune apporté leur spécificité. Malais, Chinois, Indiens, Européens ont d’abord fait quartier à part mais peu à peu la fusion s’est effectuée pour donner naissance à une culture hybride unique pour une si petite superficie.

A Chinatown, on peut apprécier les nombreuses allées de boutiques au-dessus desquelles flottent dragons et lanternes de papier guidant le visiteur vers des restaurants à ciel ouvert, des herboristeries à l’ancienne, des marchés locaux « wet markets », un véritable opéra chinois, des pagodes écarlates, des musées comme le Chinatown Heritage Center, des incroyables temples comme celui du de la Relique de la Dent de Bouddha, ou l’énorme temple Hindou Sri Mariamman…

Dans les allées plantées de palmiers royaux de Kampong Glam, l’architecture malaise et l’hospitalité musulmane sont à l’honneur. Les demeures sont gaiement colorées, les mosquées sont historiques les boutiques locales concentrées autour de Haji Lane et Arab Street regorgent d’épices, de soieries et de boutiques de souvenirs.

Toutes les symphonies de l’Inde sont présentes à Little India : agitation joyeuse, débauche de fleurs et d’offrandes s’étalent sur les trottoirs des rues Serangoon ou Hindon, à quelques pas du grand centre commercial Mustafa ouvert jour et nuit. Ne pas manquer le Tekka market, marché ouvert tous les matins, pour les odeurs et les saveurs de l’Inde.

Pour tout savoir de l’histoire incroyable de Singapour qui s’est construite avec la passion de ses habitants, un passage par le Musée National de Singapour, le plus ancien de la ville, s’impose, ou dans le passionnant Musée Peranakan qui décrypte le mode de vie de la population sino-malaise.

A ne pas manquer non plus : la Galerie Nationale de Singapour qui présente des trésors de l’art asiatique au cœur d’un cadre exceptionnel d’un bâtiment restauré depuis l’Hôtel de Ville et l’ancienne Cour Suprême, ou encore le Musée des Civilisations Asiatiques, l’un des premiers musées de la région à présenter l’ensemble des cultures et civilisations d’Asie. Il présente les collections historiques de Chine, d’Asie du Sud et d’Asie occidentales.

D’autres musées tel que le Singapore Art Museum, le Gillman Barracks ou le très rouge Red Dot Design Museum sont à noter.

Le Singapore Art Museum (SAM), présente l’art contemporain de la scène singapourienne et de la région du sud-est asiatique et asiatique. En plus d’une collection permanente, ce musée organise des évènements, des ateliers et expositions temporaires. Le Gillman Barracks est une enceinte d’art visuel créée dans une ancienne caserne militaire and entouré d’une végétation tropicale.

Cet endroit unique est une véritable plateforme de galeries d’art et d’artistes du monde entier, il développe l’art visuel de Singapour, de l’Asie du Sud-est et au-delà. En parallèle, il y a 7 cafés et restaurants dans cet établissement hors du commun. Enfin quant à lui, le Red Dot Design Museum sur la Marina Bay, réjouira les passionnés d’art et de culture contemporaine. Pour les plus mélomanes, une sortie concert s’impose au Théâtre de l’esplanade en forme de durian.

Des centres labellisés « Heritage » permettent d’en savoir plus sur les diverses traditions des populations immigrées. Pour une expérience encore plus immersive, l’attraction « Images of Singapore live » sur l’île de Sentosa plongera le visiteur au cœur du Singapour des années 1800 parmi des acteurs grimés comme à l’époque : Un véritable saut dans le passé.

Tout au long de l’année, la palette de propositions d’événements et de festivités à Singapour est incomparable. Expositions artistiques, concours culinaires, compétitions sportives, soirées musicales, festivals cinématographiques, fashion weeks, Grand Prix de Singapour, il y en a pour tous les goûts. Le plus difficile est de faire son choix mais il est toujours riche de sens de faire coïncider un voyage avec un événement faisant écho aux passions du voyageur.

En images…

  • gal 7025056
  • xxx of xxx competes in]] singapore marathon
  • gal 7025040
  • gal 7025041
  • gal 7025042
  • gal 7025043
  • gal 7025045
  • gal 7025046
  • gal 7025048 1
  • gal 7025049
  • gal 7025050
  • gal 7025051
  • gal 7025052
  • gal 7025054
  • gal 7025053
  • gal 7025055

cover 2 13

Hebdo

Magazine Diana Unlimited

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :