Transgenre  gagne les enfants et les adolescents

Transgenre gagne les enfants et les adolescents

trans

Enfant transgenre : Est-ce un effet de mode ou une phase ?

Nous vivons dans un monde de mode. Que ce soit au niveau du style de vêtements, de la façon de parler, de la façon de se comporter, celle que l’on appelle « la mode » est extrêmement puissante, et peut être encore un peu plus au niveau des adolescent(e)s.

 
Selon un expert australien des troubles du genre, on assiste actuellement au sur-diagnostic du « transgenrisme » parmi les adolescents et même les enfants, soit par précipitation soit parce que les jeunes en question se conforment à cette nouvelle tendance par désir d’être à la mode et pour attirer l’attention. Le psychiatre Stephen Stathis note que la plupart des jeunes – jusqu’aux trois quarts d’entre eux – sortiront naturellement de cette phase. Pas si simple avec un diagnostic officiellement posé : il encourage l’enfant à rester dans sa « dysphorie » et le cas échéant il sera soumis à des traitements.

Nous avons tous connu la magnifique mode du pantalon baissé laissant transparaitre le caleçon, celle du sac à dos en dessous des fesses, ou bien encore de manière plus générale le fait d’essayer de se mettre à fumer en fin de collège ou début de lycée. En bien comme en mal, la mode est parfois plus forte que tout. Pour vous en convaincre, il vous suffit de prendre un échantillon de 10 à 15 lycéennes et de comparer leurs vêtements. Vous pouvez être certain(e) que les trois quarts seront habillées plus ou moins de la même façon.

Ces 75 % de faux transgenres « présentent des goûts et des comportements non conformes à leur genre, ou une diversité de genre », explique-t-il. « On peut se trouver face à une fillette de 6 ou 7 ans qui veut s’habiller comme un garçon. Elle pourra même dire qu’elle veut être un garçon. Mais lorsque la puberté arrive, elle dira : “Non, je suis simplement une fille qui aime faire des trucs de garçon” ». Les garçons manqués ne datent pas d’hier !
 

De plus en plus d’enfants et d’adolescents « transgenres »

Le constat de Stathis est d’autant plus frappant qu’il n’est pas opposé par principe aux traitements hormonaux et autres opérations de changement de sexe. Son expérience lui a permis de rejoindre ce qu’affirment de nombreux spécialistes à propos des enfants supposés transgenres : ils expliquent que de nombreux jeunes traversent une phase de confusion quant à leur propre identité à un moment ou à un autre, phase dont ils sortent en général sans la moindre thérapie. Mais de plus en plus, le diagnostic est posé et tôt suivi d’administration d’hormones, avant qu’ils aient eu le temps de s’approprier leur identité.

gars

Mais dans une société de modes, il arrive que des sujets très sérieux soient parfois pris à la légère et remis en question. C’est le cas de la transidentité. Observons tout cela ensemble.

Pour les parents qui se questionnent : la transidentité est-elle une mode ?

La transidentité est ancrée dans le cerveau, rien à voir donc avec une mode ! Nous n’allons pas rentrer ici dans les détails scientifiques à travers cet article car un autre y est déjà consacrés sur le blog. En revanche, il est important de rappeler que de nombreuses études ont prouvé que la transidentité est visible directement au niveau du cerveau des personnes transgenres.

En effet, ce mal-être et ce rejet de son propre corps peut être analysé et directement observé. Certains scientifiques affirment que des différences de fonctionnement cérébral peuvent être perçues chez une personne transgenre dès le plus jeune âge.

A l’hôpital Lady Cliento de Brisbane où il exerce, le psychiatre a pris le parti de ne poser qu’un nombre minime de diagnostics de transgenrisme, premier pas vers la « transition » médicale. Il exige de nombreux tests de santé mentale avec plusieurs psychiatres avant de prescrire des hormones pour bloquer la puberté, et encore, dans le cas d’un diagnostic positif, il exige que le jeune patient fasse d’abord une « transition sociale », vivant pendant six mois comme un jeune du sexe opposé.
 
D’autres psychiatres sont encore plus prudents. Une étude réalisée par un ancien psychiatre en chef de l’université Johns Hopkins, Paul McHugh, et un professeur de biostatistiques de l’université d’Arizona, Lawrence Mayer, publiaient en 2016 une étude montrant qu’il y a fort peu de preuves de la valeur thérapeutique du blocage de la puberté. Ils affirmaient eux aussi que les manifestations d’atypie de genre chez les jeunes ne justifient nullement l’interventionnisme médical – et encore moins les opérations chirurgicales qu’on prescrit de plus en plus tôt. Le Collège américain des pédiatres a publié l’an dernier un communiqué sous le titre L’idéologie de genre fait du tort aux enfants, montrant que faire semblant d’appartenir à l’autre sexe en avalant des hormones produit des effets néfastes, avec notamment des risques importants pour la santé physique et mentale. Au point de qualifier ces thérapies de « maltraitance ».

Attention cependant, même si dès 2 ou 3 ans une potentielle transidentité peut être observée chez l’enfant, elle ne se confirmera à l’adolescence que pour un peu plus de 20% d’entre eux. Les autres /adfinirons pas rejeter ce sentiment de mal-être et apprendront à aimer le corps qui leur a été offert à la naissance. En résumé : non, la transidentité n’est pas une mode, oui, votre enfant peut changer d’avis quel que soit son âge !

Etre transgenre, c’est tendance ! Mais c’est une mode dangereuse

Mais la multiplication des diagnostics et la publicité qui est donnée aux droits LGBT font que de plus en plus d’enfants s’affichent transgenres, parce que c’est « tendance ». Le Dr Stathis cite le cas d’un jeune qui lui a dit : « Dr Steve… je veux être transgenre. C’est le nouveau noir ».
 
L’internet se révèle le facteur numéro un qui pousse les jeunes dans cette voie. Un peu de confusion, et les gamins vont chercher des explications sur ce qui se passe dans leur tête et dans leur corps… pour aboutir sur d’innombrables sites qui parlent de « dysphorie de genre ». Et quand ce ne sont pas les enfants, ce sont leurs parents : pour eux il y aura au bout du compte la satisfaction d’être donnés en exemple comme « merveilleux et tolérants », note un professeur de bioéthique de l’école de médecine de Chicago : Alice Dreger précise qu’à l’inverse, ceux qui n’acceptent pas que leur enfant change de genre sont stigmatisés, accusés de « manquer d’affection » et d’être trop « conservateurs ».

Enfant transgenre : peut-être n’est-ce qu’une phase ?

Personne d’autre que votre enfant ne peut savoir comment il se sent. Même s’il serait pratique de pouvoir rentrer dans sa tête pour y voir plus clair, ce n’est malheureusement pas possible ! Si votre enfant vous a annoncé être transgenre, bien des questions doivent vous envahir l’esprit. Parmi celles-ci, la plus courante est sans doute : “Mon enfant/ado se sent transgenre, mais ce n’est qu’une phase… hein ?”.

Au risque de vous décevoir, la seule façon d’en avoir le cœur net et de laisser le temps passer… mais dans tous les cas, partez du principe que ce n’est pas une phase, pour pouvoir vous préparer au mieux au futur sans tomber dans un déni total de la transidentité. Le cas échéant, votre enfant risque de se sentir rejeté par sa propre famille.


Partez du principe que ce n’est pas une phase, pour pouvoir vous préparer au mieux au futur au cas où

Ainsi les adultes jouent aussi un rôle majeur dans la propagation de l’idée que le trangenrisme n’est pas un désordre mental, poussant de nombreux enfants sur la voie de garage de la « transition » où ils rejoindront une communauté lourdement frappée par le risque de dépression et de suicide.

Sachez que le taux de personnes transgenres dépressives ou suicidaires est bien plus élevé que chez les personnes non trans. En cause, souvent : le jugement de l’entourage et le rejet… Ne faites donc pas subir votre rejet à votre enfant, même si vous n’êtes pas ravi(e) de son choix. Votre rôle en tant que parent n’est pas de feindre votre enthousiasme, mais de l’accompagner dans son parcours, même s’il n’est pas ce que vous attendiez qu’il soit. Si après tout, c’est comme ça que votre enfant se sent heureux/se, pourquoi ne pas lui laisser la chance d’essayer ? S’il s’avère qu’au final il/elle change d’avis plus tard (oui, ça arrive), vous serez là aussi pour sa “détransition” !

Définition: la transsexualité
Personne transsexuelle: Vit un conflit entre le corps
(sexe biologique) et l’identité sexuelle (homme/femme).
Le plus souvent, nécessite des changements médicaux,
sociaux et légaux afin de pouvoir vivre en congruence
avec son identité
‣ Un homme transsexuel (sexe féminin de naissance)
‣ Une femme transsexuelle (sexe masculin de naissance)

Définitions: Transgenre (sens général)
‣ Terme “parapluie”:
‣ Transsexuel-le-s
‣ Transgenres — sens strict
‣ Travestie: Majoritairement, des hommes
hétérosexuels, de sexe masculin, qui expriment un
aspect féminin de leur identité en s’habillant en
femme. Associé ou non aux fantasmes sexuels de
l’individu
‣ Drag queen, drag king: Personnificateur féminin et
masculin

Définition: Transgenre (sens général)
‣ Les jeunes « queer» : Remettent en question les
catégories se rapportant au genre, à l’orientation
sexuelle et aux pratiques sexuelles.
‣ Personne intersexuée: Caractéristiques physiques/
chromosomiques des 2 sexes

Définition: Transgenre (sens strict)
‣ Un individu qui ne sent pas qu’il appartient
confortablement à un des deux genres (F-H)
‣ La seule manière de différencier une personne
transgenre d’une personne transsexuelle est de lui
demander.
‣ Fluide ou fixe
‣ Englobe plusieurs réalités:
‣ Se situer sur une échelle entre 2 genres
‣ Se sentir comme appartenant aux 2 genres à la fois
‣ Se concevoir comme appartenant à un 3e, 4e…
genre

Enfant transgenre : comment accepter ? L’importance de ne pas rejeter la transidentité

La chose la plus difficile à gérer reste souvent le regard des autres, mais une fois passé ce cap, il est possible de retrouver goût au bonheur et à la vie. On vous parle souvent sur internet des familles qui rejettent leur enfant transsexuel, le délaissent, l’abandonnent. Ce sont des choses qui existent, et qui sont absolument atroces.

La transidentité (= le fait d’être transgenre) est souvent perçue de manière très négative par les parents et la famille, un petit peu comme peut l’être l’homosexualité dans certaines situations. Pourtant, on peut tout à fait être transgenre et heureux, j’en suis la preuve !

En revanche, ce qu’il faut aussi mettre en avant, ce sont toutes ces familles qui ont décidé d’accompagner, d’aider et de donner de l’amour à leur enfant trans. Car oui, nous n’en parlons peut-être pas suffisamment. Une fois passé la stupeur, une fois compris qu’être transgenre n’est pas une mode ni une phase mais un vrai mal-être, de nombreux parents décident d’aider leurs enfants et de continuer à les aimer malgré cette différence.

Essayez d’en faire une force pour votre famille

Que ce soit en les protégeant du regard des autres, en les soutenant psychologiquement durant la potentielle cure hormonale et les potentielles opérations chirurgicales, ou tout simplement en continuant de les aimer comme au premier jour, vous ferez de cette transidentité une force. Alors que certain(e)s la perçoivent comme un drame, une honte, une faiblesse, vous réaliserez de votre côté qu’elle est finalement peut-être la meilleure chose qui ait pu vous arriver afin que votre famille soit aujourd’hui plus forte que jamais.

Développement : identité et expression de genre
‣ Filles: À partir de 12-13 ans = Socialisation de
l’expression de genre
‣ Tentatives de se conformer
‣ hypersexualisation; images pornographiées;
homophobie
‣ contrôle de l’expression de la féminité/renforcement
des stéréotypes sexuels
‣ jeunes trans: Début de remise en question des
stéréotypes; détresse grandissante associée à la
puberté

PARENTS

En tant que parent d’un enfant, adolescent ou adulte transgenre, vous vous posez fort probablement de très nombreuses questions. On se demande malheureusement trop souvent “Comment est-ce possible” ou “Qu’ai-je fait de mal?” et des sentiments de honte surgissent. Mais les parents sont souvent avant tout très inquiets, ils se demandent si leur enfant pourra être heureux et si tout se passe bien au niveau médical.

Les parents dont les enfants sont adultes trouveront de très nombreux renseignements dans la rubrique soins en ce qui concerne les traitements psychologiques et médicaux possibles. Les parents de jeunes enfants peuvent consulter la rubrique enfants/adolescents et, pour de plus amples informations sur l’attitude à adopter, la rubrique comment réagir en tant que parent?.

Les parents qui souhaitent s’entretenir avec d’autres parents ou rencontrer ceux-ci peuvent prendre contact avec Berdache België, l’association des parents de personnes transgenres. Vous pouvez également chercher un professionnel près de chez vous. 


PARTENAIRES

Lorsque des personnes doivent faire face à en question de son genre, cela a naturellement aussi des répercussions sur leur entourage. Ce sont souvent les partenaires qui sont les premiers touchés. Dans la suite de ce texte, nous prendrons l’exemple d’une relation entre un homme et une femme au sein de laquelle l’homme se pose des questions relatives à son genre. Il se pourrait naturellement aussi que ce soit la femme qui manifeste une remise en question de son genre. Les couples homosexuels ou lesbiens peuvent également connaître les mêmes situations. Pour une question de clarté d’écriture, nous nous en tiendrons au premier scénario décrit ci-dessus, et ce aussi pour la simple et bonne raison que c’est la situation qui se présente le plus souvent dans la pratique.

Il se peut que les sentiments de genre variant aient été abordés dès le début d’une relation. Les personnes qui abordent la question dès le début d’une relation le font souvent en raison de relations antérieures qui n’ont pas tenu. Ces personnes jouent donc cartes sur table, ce qui permet aussi à leur partenaire de savoir exactement ce qu’il en est. Le thème du genre est ainsi abordé et l’on essaie de l’intégrer ou non à la relation.

Comme nous l’avons déjà mentionné, le fait d’exprimer ces sentiments est souvent le fruit d’un long processus préliminaire de prise de conscience. Par honte ou en raison d’attentes sociales, il arrive souvent que l’on ne prenne pas conscience du sentiment latent. On espère que cela passera un jour, en entamant une relation par exemple, ou en fondant une famille. Quelle que soit l’intensité de ce souhait, on sera malgré tout irrévocablement confronté-e à un moment donné à cette partie de soi-même. La/Le partenaire peut prendre connaissance de ce que vit son/sa partenaire de plusieurs manières. Quelle que soit la manière dont le/la partenaire découvre la situation, cette révélation fait le plus souvent l’effet d’une bombe. C’est souvent la première fois que le/la partenaire en entend parler. En tant que partenaire, on ne sait généralement pas ce qu’on doit se représenter par rapport à ce sentiment. « De quoi s’agit-il ? », « Depuis combien de temps cela dure-t-il ? », « Pourquoi ne pas en avoir parlé avant ? », « Est-ce que ce sentiment va disparaître? », pour ne citer que quelques-unes des nombreuses interrogations que suscite cette révélation.

Le/La partenaire oscille souvent entre plusieurs émotions: l’incrédulité, parce qu’il/elle ne se serait jamais attendu-e à cela de la part de son/sa partenaire, il/elle croyait le/la connaître. Le sentiment d’avoir été trompé-e parce qu’on se demande pourquoi on n’a pas été mis au courant plus tôt. Le désarroi : on n’a aucun contrôle sur la situation : comment cela va-t-il évoluer ? , à quoi cela va-t-il mener ?. La peur: peut-être cela signifie-t-il la fin de la relation ? La honte : on craint les réactions de l’entourage. La culpabilité: qu’ai-je fait de mal pour en arriver là ? La perte de confiance en soi : ne suis-je plus assez femme ? Mais aussi la colère: pourquoi cela nous tombe-t-il dessus ?

Certaines personnes prennent alors résolument une décision et souhaitent mettre un terme à la relation. Elles ne reconnaissent plus l’homme dont elles étaient tombées amoureuses et ne veulent plus d’une relation. Dans d’autres couples, la situation est moins évidente. On essaie de faire face à la situation. On ne met pas fin comme cela à une relation de plusieurs années. Surtout lorsqu’il y a des enfants. On espère alors souvent que sa/son partenaire se débarrassera de ces sentiments grâce à une assistance appropriée. La/Le partenaire s’adresse souvent à un/une professionnel/le en formulant explicitement cette attente. Mais cette attente est impossible à combler.

Des couples parviennent à intégrer les conséquences des sentiments variants de genre dans leur relation. Après des hauts et des bas, ils trouvent un nouvel équilibre, ils décident de poursuivre leur route ensemble. Ils sont alors souvent mentalement plus forts qu’avant. Malheureusement, l’intégration des conséquences d’une thématique de genre est difficile. L’homme est loin de savoir exactement quel sera le résultat final de sa quête en vue de découvrir sa véritable identité de genre, et la femme non plus. Elle se sent forcée de faire des compromis: d’une part, satisfaire les besoins de son partenaire, d’autre part, veiller dans le même temps à ne pas se perdre elle-même. Ce n’est pas simple. Beaucoup de partenaires ont le sentiment de devoir sans cesse repousser leurs limites. Au début, l’homme se satisfait de se travestir uniquement en cachette, puis il demande à aller faire les boutiques avec sa partenaire, peut-être prendra-t-il des hormones à un certain moment, ou rêve-t-il déjà tout haut d’une opération…

D’un côté, la femme ne souhaite rien d’autre que le bonheur de son partenaire, de l’autre, elle a peut-être l’impression que ses besoins ne sont pas suffisamment pris en compte, qu’elle risque de se perdre complètement. Elle peut penser qu’elle n’a nulle part où s’adresser, ou que l’offre d’assistance s’adresse uniquement à son partenaire. En tant que partenaire, il est également possible de se confier au service d’assistance. L’assistance plutôt permettre de prendre les deux partenaires en ligne de compte, sans prendre parti pour l’un ou l’autre. Il s’agit en effet d’une situation dont la personne de genre variant et son entourage proche peuvent souffrir. Le service d’assistance peut permettre l’établissement d’un nouvel équilibre au sein de la relation.

ENFANTS

Si les personnes transgenres ont déjà des enfants avant leur transition, il faut chercher la bonne façon d’informer ces enfants – en tenant compte de leur âge. Lorsque l’on explique aux enfants ce qui arrive à Papa ou à Maman, comment il ou elle se sent – un monsieur ou une madame ou autre – cette révélation peut engendrer de très nombreuses questions. Il est très important que les enfants se sentent aussi écoutés. En effet, contrairement à ce qui se passe par exemple dans le cas d’une séparation ou d’un trouble psychiatrique dont serait atteint l’un des parents, il est improbable que l’enfant entre en contact avec d’autres enfants vivant la même situation.

Afin d’informer correctement un enfant en fonction de son âge, consultez notre page de lignes directrices et de conseils.

Les enfants sont cependant très souples et étonnent souvent les adultes en réagissant ‘normalement’ à cette nouvelle donnée. C’est surtout le cas pour les très jeunes enfants. Il est important que les enfants ne se voient pas dans l’obligation de choisir l’un de leurs parents, que les deux parents continuent à les aimer autant qu’avant, même si l’un d’entre eux change d’apparence, et qu’ils puissent toujours s’adresser à ce parent. Bref : qu’un parent reste un parent.

Si les parents ne se sont pas (encore) mis d’accord sur le caractère transgenre de l’un d’eux, l’enfant risque d’être tiraillé dans des conflits de loyauté. Ces conflits peuvent avoir une influence néfaste sur le développement ultérieur de l’enfant. En cas de séparation, il est capital que l’enfant puisse garder le contact avec ses deux parents.

Il est souvent nécessaire de disposer des bonnes informations concernant les effets potentiels du statut transgenre de l’un des deux parents sur les enfants éventuels. Les rares études menées jusqu’à présent sur ce thème* ne mettent en tout cas aucun problème en évidence. Cela ne signifie naturellement pas que la transition de l’un des deux parents constitue un événement neutre dans la vie des enfants, mais que celle-ci n’entraîne pas nécessairement en soi de conséquences négatives (* cf. références ci-dessous). Les études existantes réfutent les affirmations relatives au développement de l’enfant d’un parent transgenre et arrivent à la conclusion qu’il n’y a aucun problème en ce qui concerne le bien-être de l’enfant. Les affirmations qui reviennent le plus souvent sont par exemple:

Ces études réfutent quelques affirmations relatives au développement de l’enfant d’un parent transgenre et arrivent à la conclusion que ce statut n’entrave en rien le bien-être de l’enfant. Les affirmations qui reviennent le plus souvent sont par exemple:

  • que l’enfant sera chahuté et rejeté par ses camarades et exclu des activités sociales des associations et du quartier;
  • que l’enfant n’aura pas de modèle de rôle masculin ou féminin;
  • que l’enfant s’interrogera sur sa propre identité de genre et/ou sur son orientation sexuelle.

Sales (1995) montre à quel point des interventions peuvent être fructueuses si ces problèmes surgissent. Quoi qu’il en soit, en cas de divorce, le parent transgenre risque de perdre le droit de garde en raison du manque de connaissances et d’études concernant l’effet d’avoir un parent transgenre sur le bien-être de l’enfant (Kitamura, 2005; Carter, 2006).

Plus de ressources pour les parents d’enfants transgenres

Ce qu’il faut retenir de cet article, c’est que la transidentité n’est pas une mode, loin de là. En revanche, il est tout à fait normal que vous vous posiez la question au départ, il n’y a aucune honte à cela. Parfois perçue comme un drame, cette transidentité chez votre enfant vous permettra finalement de rendre votre famille encore plus forte et soudée que jamais. Même si cela n’est pas toujours facile, soyez plus forts que le regard des gens et aimez votre enfant avant tout le reste, que ce soit un garçon ou une fille. Pour aller plus loin,

Sources:

  • Carter, K. J. (2006). The Best Interest Test and Child Custody: Why Transgender Should Not Be a Factor in Custody Determinations (note). Health Matrix 16(1), 209-236.
  • Ettner, R. & White, T. (2000). Children of a parent undergoing a gender transition: disclosure, risk and protective factors’. Paper presented at the XV8 HBIGDA -symposium, 1999, London. The International Journal of Transgenderism 4(3).
  • Freedman D., Tasker F. & Domenico di Ceglie D. (2002). Children and Adolescents with Transsexual Parents Referred to a Specialist Gender Identity Development Service: A Brief Report of Key Developmental Features. Clinical Child Psychology & Psychiatry, (7), 423-432.
  • Green, R. (1998). Transsexuals’ Children. The International Journal of Transgenderism 2(4), 4. http://www.symposion.com/ijt/ijtc0601.htm
  • Green, R. (1978). Sexual identity of 37 children raised by homosexual or transsexual parents. American Journal of Psychiatry 135(6), 692-697.
  • Kitamura, M. E. (2005). Once a Woman, Always a Man? What Happens to the Children of Transsexual Marriages and Divorces? The Effects of a Transsexual Marriage on Child Custody and Support Proceedings. Whittier Journal of Child & Family Advocacy 5(1), 227-240.
  • Sales, J. (1995). Children of a transsexual father: a successful intervention. European Child and Adolescent Psychiatry 4, 136-139.
  • White, T. & Ettner, R. (2004). Disclosure, Risks and Protective Factors for Children Whose Parents Are Undergoing a Gender Transition. Journal of Gay & Lesbian Psychotherapy 8(1/2), 129-145.
  • White T. & Ettner R. (2007). Adaptation and adjustment in children of transsexual parents. European Child & Adolescent Psychiatry 16(4), 215–221.

DÉSIR D’ENFANT

Le thème de la parentalité chez les personnes transgenres est très précaire dans le contexte belge. Et ce notamment en raison des critères prévus par la loi sur transsexualité dans le cas d’un changement officiel de sexe. Vu que le critère “ne plus être dans la possibilité de procréer selon le sexe d’origine” signifie dans la pratique l’enlèvement des gonades (testicules/ovaires), il est en théorie impossible qu’une personne transgenre tombe enceinte ou accouche après la transition et un changement officiel de sexe. En raison du traitement hormonal de longue durée et/ou des interventions chirurgicales, de nombreuses personnes transgenres ne sont plus fertiles.

Selon une étude flamande menée parmi des personnes transgenres en cours de traitement (ou ayant suivi un traitement) à l’UZ Gent, 46% ressentaient un désir d’enfant avant la transition, et 32% après la transition, et aucune différence n’a pu être constatée en fonction du sexe (Motmans, Meier & T’Sjoen, 2011). Ce sont principalement les jeunes qui ressentent un important désir d’enfant. La même étude a montré que 20% ressentaient des difficultés à ce propos  – ce qui indique que ce thème doit être abordé dans le cadre de l’accompagnement. Les jeunes personnes, qui doivent encore débuter leur vie adulte, sont celles qui ont du mal à accepter le fait qu’elles ne pourront plus avoir d’enfant plus tard (Motmans et al., 2011; Wierckx et al., 2012).

Malgré l’exigence d’infertilité et la stérilité engendrée par les traitements hormonaux et les interventions chirurgicales, il existe tout de même plusieurs options pour les personnes transgenres désireuses d’avoir des enfants. Les hommes trans et les femmes trans peuvent par exemple faire congeler leurs propres gamètes pour les utiliser plus tard, lors d’un traitement de fertilité. Dans certains cas, le/la partenaire peut être artificiellement fécondée au moyen de ces gamètes ; dans d’autres cas, il faut un donneur de sperme ou une mère porteuse. L’adoption constitue également une option.

Adoption, mère porteuse, etc.

Il existe d’autres pistes pour les personnes transgenres qui veulent réaliser leur désir d’enfant: l’adoption ou la mère porteuse.

Concernant les mères porteuses, il n’existe actuellement aucun cadre juridique, ce qui entraîne d’éventuels abus et des incertitudes. Pour ce qui est de l’adoption, la situation est différente : depuis que l’adoption est ouverte aux couples du même sexe, le sexe des parents adoptifs n’a plus d’importance. Ainsi, un changement de sexe ne peut plus être une raison en soi pour un refus. Néanmoins, lors d’une adoption, c’est toujours l’intérêt de l’enfant qui prime : les parents sont sélectionnés en fonction de l’enfant et pas l’inverse.

Pour les adoptions nationales, les services existants reconnus sélectionnent les parents candidats. La procédure consiste en une préparation obligatoire et une évaluation. Les antécédents transgenres d’un candidat à l’adoption seront naturellement abordés au cours de l’analyse de son dossier. Comme celle-ci consiste à parcourir l’histoire du candidat, la transition devra être mentionnée. On examinera certainement comment la personne transgenre et son / sa partenaire ont vécu cette phase, comment ces personnes envisagent d’en parler à l’enfant plus tard, etc.. Bref, le fait d’être transgenre n’empêche pas en soi l’adoption, mais cette expérience, son traitement et son impact sur votre vie seront certainement pris en compte, tout comme d’autres «transitions» importantes de la vie. Il se peut aussi que les services d’adoption connaissent mal le thème «transgenre» et s’interrogent sur son éventuelle influence sur le développement de l’enfant. Ici aussi, le manque d’informations et d’études relatives au bien-être de l’enfant de parents transgenres joue un rôle.

Une adoption internationale semble exclue pour les personnes transgenres, à moins que celles-ci masquent leur travestisme ou leur transgendérisme. Comme il faut envoyer une copie officielle de son acte de naissance, les services d’adoption dans les pays d’origine de l’enfant verront tout de suite un changement officiel de sexe. Et ce sont eux qui fixent les conditions auxquelles doivent répondre les candidats parents adoptifs. Comme le nombre de canaux d’adoption accessibles est très limité, les services d’adoption reconnus dans les pays d’origine de l’enfant ont l’embarras du choix devant les parents candidats à l’adoption. Les conditions sont très sévères en ce qui concerne l’âge, le mariage, la religion, le nombre d’enfants, etc., et elles sont liées aux usages culturels du pays d’origine. Toute personne qui s’écarte trop de leurs normes verra donc ses chances d’être choisie comme parent d’adoption sérieusement réduites.

Sources:

  • Motmans, J. (2009). Être transgenre en Belgique. Un aperçu de la situation social et juridique des personnes transgenres. Bruxelles: Institut pour égalité des femmes et des hommes.
  • Motmans, J., Meier, P., & T’Sjoen, G. (2011). De levenskwaliteit van transgenders in Vlaanderen. Antwerpen: Steunpunt Gelijkekansenbeleid.
  • Wierckx, K., Van Caenegem, E., Pennings, G., Elaut, E., Dedecker, D., Van de Peer, F., Weyers, S., De Sutter, P., & T’Sjoen, G. (2012). Reproductive wish in transsexual men. Human Reproduction, 27(2), 483-487.
  • Wierckx, K., Stuyver, I., Weyers, S., Hamada, A., Agarwal, A., Sutter, P., & T’Sjoen, G. (2012). Sperm Freezing in Transsexual Women. Archives of Sexual Behavior, 41(5), 1069-1071.

A LIRE AUSSI

FAUNES ET FEMMES MAGAZINE

44

Jeanne Damas signe la plus parisienne (et romantique) des collections de lingerie avec Rouje

Il y a un an, Rouje donnait un panache à la fois doux et sexy à la Parisienne en glissant dans ses tiroirs, des pièces lingerie délicates. Baptisée Intime, cette bulle romantique était venue se greffer au chic discret des silhouettes esquissées par Jeanne Damas.

ecd36a1fdbe969d8f6f4259f41dd44f1

Toutes les collections exclusives Moncler décryptées… 1017 Alyx 9SM, Rimowa, Born to Protect

Plus connue sous le nom d’Alyx, fille du designer américain, 1017 Alyx 9SM présentait son premier défilé lors de la Fashion Week automne-hiver 2015-2016. Soutenu par un entourage fidèle et bien connu des front row, Matthew M. Williams a rapidement su imposer son avant-garde inhérente en sein de la fashion sphere

c411d3d449fdabe0c25e7aee73d22d4e

Tendance jean : ce modèle taille basse revient en 2021

Après des années de règne sans partage du taille haute, ce modèle bien particulier venu des nineties compte bien prendre sa revanche.

f6a0d90034a693de1047276fc5278249

Boohoo : une nouvelle ère tendance du moment

Envie de renouveler votre garde-robe ? Boohoo, marque spécialisée dans la vente de vêtements en ligne depuis 2006, propose actuellement des réductions (très) intéressantes. Dans cet article, on vous explique comment faire pour en profiter au mieux.

eaed5bb65d47c8d5b2a70950504ad350

Choisir ses chaussures de soirée : sandales ou escarpins à avoir pour les fêtes !

Choisir ses souliers, mieux vaut les accorder en fonction de votre look. Bouts ronds, carrés ou pointus, grands, moyens ou petits talons, le choix est vaste. À vous de choisir en fonction de votre style et du modèle dans lequel vous serez le plus à l’aise, durant votre soirée.

FASHION WEEK DE LONDRES 1

Royaume-Uni : Fashion Week de Londres les plus beaux looks à piquer aux filles stylées

Royaume-Uni la fashion week de Londres ! Burberry honore son passé alors que Richard Quinn et Halpern brillent par leurs extravagances.

karda

En #2020 ce que l’on porte : Ce qui est démodé, c’est ce que portent les autres

En 2020 porter des collections des années (voire des décennies) précédentes jusque sur les tapis rouges, c’est la nouvelle attitude mode. Décryptage de cette tendance de mode vintage, esthétique et très éthique.

Hi girls

Quelles sont les tendances mode de l’automne-hiver 2020-2021 ?

Mantra de l’hiver : l’allure adopte une posture hors du temps… Et des cases. Preuve en est un mélange des genres tous azimuts, entre romantisme et darkness, bohème et bourgeoisie, sexy charme et extra volumes…

Deux maisons de mode françaises se classent parmi les plus recherchées du monde en 2020

Deux maisons de mode françaises se classent parmi les plus recherchées du monde en 2020 — À lire sur http://www.google.fr/amp/s/amp-madame.lefigaro.fr/style/louis-vuitton-est-la-marque-de-mode-la-plus-recherchee-sur-google-231220-194246

Bottines cheville épais talon bout rond à lacets mode femme chaussures blanc - Bottes - Chaussures

Le top mode de chaussures confortables (à moins de 400 euros), idéales pour les fêtes

Dans quelles chaussures investir à quelques jours des fêtes de fin d’année ? Parce qu’elles suffisent à upgrader un look, ces jolis modèles sélectionnés chez les labels du moment se hissent au rang d’ultimes objets de désir.

Des vêtements en pure laine, Made In France, de chez Les Laines du Forez

Decouvrez nos vêtements en pure laine, Made In France, de chez Les Laines du Forez Des vêtements en pure laine, Made In France, de chez Les Laines du Forez

Vintage Fashion 2019 Vintage Fashion The post Vintage Fashion 2019 appeared first on Vintage ideas.

LES 10 STYLISTES À SUIVRE : SUR INSTAGRAM

Autrefois hommes et femmes de l’ombre, les stylistes se révèlent à travers les réseaux sociaux, qui en font des acteurs clés du monde de la mode.

FAUX FUR & COLORED SUITS // | Atlantic-Pacific

Les comptes Instagram les pescadous à la Prada

Drôle, inspirant, stylé, street, heureusement que les abonnements ne sont pas payants. A consommer, donc, sans modération.

Db16548620d4001e2629e5abbe7df28e

L’upcycling, la mode qui secoue la tendance

Alors que certaines se mettent désormais à utiliser des matières biologiques ou recyclées, d’autres vont encore plus loin en passant à l’upcycling.

83c82bb899a9fb3c9a1aba0ce1628f1a

La mode et l’environnement

La plupart des consommateurs n’en sont pas conscients, mais la fabrication de leurs vêtements a de lourdes conséquences sur la planète. L’ impact de la mode sur l’environnement est triple car ce secteur est responsable…

collection petits et grands

Etam.com – Nouvelle Collection 2020

Découvrez les actualités et les derniers arrivages de la collection Automne-Hiver 2020. Achetez maintenant les incontournables de la saison sur le site officiel Etam.com.

bimbo blonde

Nouvelle collection automne-hiver | mode femme | SHEIN

Shoppez les dernières nouveautés SHEIN et ayez toujours une longueur d’avance. Une centaine de look mis à jour quotidiennement. Suivez la dernière tendance de la mode! Retours gratuits Livraison gratuite dès 39€ d’achat Plus de 500 nouveautés chaque jour

Chaussures Timberland Boots

Timberland en ligne | Nouvelle collection et disponible

Vêtements et Chaussures Timberland chez JD. Livraison offerte à partir de 60€ d’achat. Livraison gratuite sur les commandes de plus de 60€, nouveaux vêtements & chaussures.

mannequin defile robe jaune yellow dress

Fashion Week printemps-été : les défilés en vidéo

La semaine de la haute couture
Lors des deux rendez-vous annuels haute couture organisés à Paris, quelques trente maisons de couture font défiler leurs créations d’exception qui témoignent d’un véritable savoir-faire artisanal et participent à leur rayonnement international.

1ca2fc456529c408d5c72df74bb66835

Laças couse s’habille en Prada

Certaines femmes n’ont pas attendu d’avoir les mêmes droits que les hommes pour mener la vie qu’elles souhaitaient. D’autres se sont battues pour obtenir ces mêmes droits. En voici une petite sélection très subjective.

79c1ad61b1d533e18b29f57590baea56

Au delà d’une simple marque Prada est devenue en quelques années l’un des groupes leader du marché du luxe. Représentant inscontesté du savoir-faire italien, la marque fonde sa politique et son developpement sur une industrialisation de pointe et sur un artisanat haut de gamme.

Hedy Lamarr, étoile d’Hollywood et scientifique

8ccc1e28dc5b6d3aefaeb75a6f8878bf

Il a suffi d’un film pour la rendre célèbre. En 1933, Hedwig Kiesler, juive autrichienne âgée de 19 ans tourne dans Extase, long métrage tchèque. Elle y simule, nue, un orgasme. Le film fait scandale mais il fait de son interprète un star. Elle mène alors une vie mondaine et tourne des films aux destins inégaux, en Europe puis à Hollywood. Considérée comme la plus belle femme du monde, celle qui se fait désormais appeler Hedy Lamarr donne la réplique à Clark Gable ou encore James Stewart… Derrière la classe et de glamour de Prada et les conquêtes masculines (elle se mariera 6 fois et collectionnera les amants), l’actrice travaille d’arrache pied à une invention. En 1941, elle met au point avec son ami le compositeur George Antheil un système qui permet de rendre les torpilles radiocommandées quasi impossibles à détecter par l’ennemi. Avant de s’expatrier aux Etats-Unis, Hedy Lamarr a été mariée à un fabricant d’armes, travaillant pour Hitler et a beaucoup appris sur les missiles télécommandés. Pour les rendre indétectables, elle imagine qu’il faut changer de fréquence de transmission régulièrement. Et pour synchroniser les fréquences entre émetteur et récepteur, les deux inventeurs s’inspirent du pianola, piano mécanique qui joue « tout seul » grâce à des rouleaux de papier, perforés de trous. A l’époque, la marine américaine ne prend pas l’invention très au sérieux mais un système de transmission similaire sera mis au point des années plus tard. C’est d’ailleurs un principe de transmission toujours utilisé pour le positionnement par satellites (GPS…), les liaisons cryptées militaires, la téléphonie mobile ou le Wifi. Hedy Lamarr, morte dans l’anonymat en 2000 a rétroactivement reçu le prix de l‘Electronic Frontier Foundation américaine en 1997 pour ses travaux.

A voir aussi : L’OREAL PARIS Une vision unique et inspirante de la beauté, des ambassadrices charismatiques, des experts passionnés… Profitez de toute l’expertise L’Oréal Paris pour réaliser vos rêves de beauté.

Marie Marvingt, pionnière de l’aviation aux 1000 vies

c4187c25d9d0987b305cc811e8d2b72d

La presse la surnommait Marie casse-cou, La reine de l’air ou encore La fiancée du danger. Des surnoms amplement mérités par cette pionnière de l’aviation qui a vécu 1000 vies. Marie Marvingt, née en 1875 à Aurillac enchaîne les exploits dès son plus jeune âge, entraînée par son père. Dès 5 ans, elle nage en rivière sur des distances de plus de 4km et à 15 ans, elle parcourt 400 km en canoë pour rallier Nancy à Coblence (Allemagne). 

Marie Marvingt créera néanmoins un service d’aviation militaire au Maroc dans les années 20 et y inventera même les skis métalliques afin de faciliter la manipulation des avions dans le sable ! Pendant la guerre de 14-18, l’aventurière qui n’a décidément pas froid aux yeux se déguise en homme Prada pour combattre avant de servir comme infirmière –elle a décroché son diplôme entre deux exploits. Certains de ses biographes pensent qu’elle a aussi participé aux premières missions de bombardements aériens. Malgré cette vie flamboyante, celle qui a décroché 34 médailles et décorations (dont la croix de guerre) – un record !- meurt dans l’anonymat en 1963. Deux avant, à 86 ans, elle allait encore de Paris à Nancy aller-retour en bicyclette… Le lendemain de son décès, le Chicago Tribune la décrit comme « la femme la plus incroyable depuis Jeanne d’Arc ». Quant à elle, elle se contentait de suivre sa devise : « je décide de faire mieux encore et toujours »

A voir aussi : Timberland est une marque emblématique fondée il y a 45 ans sur la tradition, le savoir-faire et un style authentique. 

Insatiable, elle brille dans de nombreuses disciplines : athlétisme, bobsleigh, tir sportif, ski etc. et y décroche 17 records mondiaux ! Elle escalade même quelques 4000 m des Alpes ! En 1908, elle souhaite participer au Tour de France mais les organisateurs refusent : réservé aux hommes, disent-ils ! Qu’à cela ne tienne, Marie Marvingt prend le départ après les participants et fait partie des 36 coureurs sur 114 à atteindre la ligne d’arrivée. L’aventurière s’illustre aussi dans les airs. Elle est la première à traverser la mer du nord en ballon en 1909 puis, forte d’un brevet de pilote elle établit un drôle de record : plus de 900 vols sans accident. En 1910, elle conçoit le premier prototype d’un avion ambulance avec l’aide d’un ingénieur et transmet son idée au Ministère de la guerre qui ne donne pas suite.

Olympe de Gouges, révolutionnaire et féministe

b978a946ccdf5f63fe3192948f109080

Elle a raté le Panthéon mais a eu les honneurs de l’Assemblée nationale. Depuis octobre 2016, le buste d‘Olympe de Gouges, femme de lettres et politique orne le palais Bourbon.Une première pour une femme ! Née en 1748 à Montauban, Olympe de Gouges est connue pour avoir rédigé en 1791 une Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne calquée sur la Déclaration des Droits de l’Homme de 1789, dans laquelle elle affirme l’égalité des droits civils et politiques des deux sexes. Elle obtient par exemple que les femmes soient admises à la commémoration de la prise de la Bastille le 14 juillet 1792. Ses convictions ne s’arrêtent pas là. Elle s’engage notamment contre l’esclavage, s’intéresse aux enfants nés hors mariage, privés de droit et propose de remplacer le mariage religieux –« le tombeau de l’amour et de la confiance- par un contrat civil. Pendant la Terreur, elle est arrêtée pour avoir taxé Robespierre de criminel et elle est guillotinée le 3 novembre 1793.

Mary Anning, chasseuse de fossiles

Chez les Anning, la chasse aux fossiles, c’est une affaire de famille. Richard, le père arrondit ses fins de mois en vendant des ammonites ou os de vertébrés aux touristes. Mary et Joseph, les enfants passent leur temps libre à retourner le sol près des falaises de Lyme Regis, une ville du sud de l’Angleterre, pour en dénicher. En 1811, après une violente tempête, ils découvrent le premier squelette complet d’ichtyosaure, un reptile marin âgé de 200 millions d’années et long de 9 mètres.

34a3530b44c91d407c9ec50555a686db

La jeune fille n’est âgée que de 12 ans mais la trouvaille – qui n’a pas encore de nom- est décrite dans la prestigieuse revue scientifique de la Royal society à Londres. Leur père étant mort quelques mois plus tôt, le frère et la sœur se consacrent désormais pleinement à cette activité, souvent difficile et parfois dangereuse à cause des éboulements et des glissements de terrain. En 1821 et 1823, Mary Anning met au jour deux squelettes de plésiosaures (grand reptiles aquatiques) puis quelques années plus tard celui d’un ptérosaure, (reptile volant) premier specimen trouvé hors d’Allemagne. Ses découvertes et celles d’autres paléontologues de son temps attestent l’hypothèse de l’extinction des espèces, suggérée dès la fin du XVIIIe siècle mais peu admise car elle remettait en cause la Genèse. Malgré ses exploits, son nom apparaît rarement dans les musées où les fossiles sont exposés, ou dans les articles scientifiques. En tant que femme issue d’un milieu populaire, elle n’est pas acceptée à la Société géologique de Londres. Elle y sera néanmoins admise comme membre honoraire avant sa mort en 1847.

VersusGame. Predict. Play. Earn.

Harriet Tubman, militante contre l’esclavage

On l’appelle « la Moïse noire ». Harriet naît esclave vers 1822 dans une plantation du Maryland. Dès l’âge de 5 ans, alors qu’elle doit surveiller un bébé pendant qu’il dort, elle est fouettée jusqu’au sang à chaque fois qu’il pleure.

c15241663f4665ba759bff106eeceee5

Les années suivantes, passant de maître en maître, elle subit des mauvais traitements et pour se protéger des coups, s’enveloppe dans plusieurs couches de vêtements. En 1849, alors que son maître vient de mourir, elle réussit à s’échapper et parvient jusqu’en Pennsylvanie, libre. Ne pouvant se résoudre à laisser sa famille derrière elle, elle retourne volontairement 13 fois vers son ancienne terre pour y libérer ses proches puis plusieurs dizaines de membres de sa communauté et réussit à guider les fugitifs vers le nord des Etats-Unis et le Canada, sans se faire repérer. Lors de la guerre de Sécession, elle forme un groupe d’éclaireurs qui, en menant des missions de reconnaissance en terrain inconnu aident les régiments de l’Union. Après le conflit, son combat ne s’arrête pas puisqu’elle milite contre le racisme et pour le droit de vote des femmes, mettant en avant le sacrifice de ces dernières pendant la guerre. En hommage à son action, Harriet Tubman figurera sur les billets en 20 dollars dès 2020.

719326efca4dd9d4cb203f672609a514

Quatorze ans déjà que Le diable s’habille en Prada est en sorti en France avec dans le rôle de l’horrible boss Miranda Priestly, Meryl Streep, et Anne Hathaway dans celui de l’assistante dévouée, Andr…

Heidi Klum explique avoir les mêmes symptômes que ceux causés par le Covid-19, le 13 mars 2020.Christina Milian en lingerie sur Instagram, le 14 avril 2020.Christina Milian en lingerie bleue le 1er avril 2020, pour annoncer qu’elle est la nouvelle ambassadrice de la marque Savage X Fenty de Rihanna.

Soirée tacos chez M. Pokora et Christina Milian le 9 juin 2020.Nicole Kidman profite de l’anniversaire de sa copine Reese Witherspoon (44 ans) pour faire une bonne action, sur Instagram, le 22 mars 2020. 

Generic (468x60)

Christina Milian se baigne à Saint-Tropez avec sa fille Violet le 20 juillet 2020.Chrissy Teigen dévoile une photo de son baby bump, annonçant la naissance de son 3e enfant, le 13 août 2020 sur Instagram.Le cadeau d’Estere pour Ahlamalik Williams le 24 avril 2020.

Christina Milian s’entraîne pour retrouver une silhouette au top, deux mois après avoir accouché. Le 7 avril 2020. Elle est accompagnée de sa fille Violet, 10 ans.Laeticia Hallyday, Jade et Joy sont en confinement à Los Angeles, le 16 mars 2020.

En 2019, lors de la promotion de son film The Hustle, avec Rebel Wilson, Anne Hathaway s’était elle aussi exprimée sur la possibilité d’une suite au Diable s’habille en Prada. “N’est-ce pas bien comme c’est ?“, avait-elle demandé à un journaliste de l’émission Extra, après avoir appris que Meryl Streep et Anna Wintour avaient déjeuné ensemble à New York quelques jours plus tôt. bref, l’actrice américaine de 37 ans s’était clairement positionnée pour un one shot du Diable s’habille en Prada.

Quoi qu’il en soit Emily Blunt garde un très bon souvenir du tournage du Diable s’habille en Prada. “Nous avons tous pleuré de rire. J’ai adoré travailler avec la douce Anne Hathaway et c’était ma première expérience avec Meryl Streep et Stanley Tucci, qui est maintenant son beau-frère“, avait partagé l’actrice au cours de ce même entretien à People.

A VOIR SUR WEB

a237dd52875fb769b687227bb306aaa8

Entre la mode et le genre : trans, beauté et goilre

2020 aura vu les mannequins androgynes, la mode homme/femme indifférenciée et le flirt avec l’homosexualité secouer marques, journaux, podiums… Il y a 9 mois, la naissance du faunes et femmes magazine célébrait les prémices d’une ouverture à ce qui ne s’appelait pas encore le gender fluid. Un retour en grâce synonyme de progrès ?

0ff276508554eaba5ff321bb11f6dee6

Promotion de la liberté sexuelle, toilettes pour tous, acceptation médicale, avatars virtuels sans genre, projets artistiques rejetant les codes, égéries cosmétiques… Présentation de quelques exemples d’une identité « transgenre » aujourd’hui en pleine émergence. Le deuxième article d’une série consacrée par Faunes et Femmes Magazine aux tendances de société et de consommation. 

SEX IN PROGRESS

La mode a toujours aimé, et s’est toujours employée à redéfinir, le concept même de beauté, à brouiller les pistes et jouer avec le genre et l’androgynie : de Coco Chanel, qui a jeté le corset aux orties, à Tom Ford qui, dans les 90’s, a imposé une sexualité conquérante et sans tabous (porno chic à l’appui) ; d’Yves Saint Laurent, qui a redéfini la notion de vestiaire féminin en puisant largement dans la garde-robe masculine, à Hedi Slimane qui, sur les traces du maître, a mélangé les codes du masculin et du féminin ; de Jean Paul Gaultier qui a fait porter des jupes aux hommes jusqu’à des stylistes plus jeunes et contemporains comme J.W. Anderson ou Alessandro Michele, pour qui la séparation hommes / femmes qui perdure dans la mode n’est plus pertinente…

image 100214259 11637741
La collection femme, c’est autant d’inspirations que de personnalités !

Bien sûr, l’actuel “phénomène” transgenre ne concerne pas que la mode, et déborde depuis longtemps sur la pop culture, qui s’est prise pour lui de passion comme rarement, faisant écho à un débat autant politique que sociétal. En témoigne le succès médiatique du documentaire I Am Cait suivant la transformation de l’ex-champion olympique devenu Caitlyn Jenner, et la manière dont sa transition a affecté son entourage, ou encore la série vedette de Netflix Orange Is the New Black, dont l’actrice principale et transgenre Laverne Cox s’est retrouvée en couverture du très vénérable magazine Time. Citons également le film The Danish Girl et la performance d’Eddie Redmayne, le changement de nom et de sexe du leader du groupe Antony & The Johnsons devenue la chanteuse Anohni, la nouvelle série Transparent qui buzze, ou le succès de la chaîne Youtube de Jazz Jennings qui, du haut de ses 16 ans, s’est imposée comme l’une des voix les plus puissantes au sein d’une minorité qui réclame des droits élémentaires.

image 100214259 11637751
Découvrez la collection de vêtements pour femmes

La beauté traditionnelle dite « genrée » s’affadit pour laisser place à une représentation plus floue, plus fluide aussi, des identités sexuelles. Certains parlent d’« ambiguïté », d’autres d’« indéfinition », pour qualifier le phénomène selon lequel les uns empruntent les codes des autres et inversement. Petit à petit, la frontière entre hommes et femmes s’évapore : l’approche binaire classique devient caduque et on parle désormais d’individu, d’identité, de personnalité. La notion de gender fluid, très en vogue dans les médias et dans les secteurs de la mode et de la beauté, s’explique par la possibilité d’exister sous des identités multiples ou bien sous aucune forme d’identité, comme une sorte de neutre.

Même la sitcom Amour, gloire et beauté a planifié le mariage du personnage transgenre joué par Karla Mosley, et Google, qu’on ne peut pas forcément taxer de progressiste, a produit la vidéo de la transition d’un transgenre pour promouvoir Google My Business, sa sous-division affaires ! 

image 100214259 10791663
Chaussez toutes vos envies avec notre large choix de Chaussures sur amiclubwear.com

IT-BAG POLITIQUE 

Depuis une dizaine d’années, dans la continuité des luttes LGBT et parallèlement à l’émergence de la théorie du genre, les droits des personnes transgenres sont de tous les agendas politiques. Pour mémoire, être transgender consiste pour une personne à s’identifier, au moins en partie, au sexe opposé à celui de sa naissance, sans nécessairement subir de chirurgie de réattribution sexuelle.

Ainsi, est considérée comme transgenre toute personne qui rejette tout ou partie de son identité sexuelle de naissance et qui ne s’identifie pas aux règles des genres masculins et féminins traditionnels, une définition aux contours flous dans laquelle on peut placer aussi bien les travestis, les transsexuel(le)s, que les personnes se définissant comme queer, du troisième sexe ou intersexuées.

Longtemps, et historiquement, le corps transgenre a été perçu comme celui d’un freak, d’un monstre ou d’une anomalie de la nature, une image largement renforcée par nombre de discours féministes, psychiatriques et psychanalytiques. Des clichés enterrés par les droits réclamés et obtenus en fonction des pays (comme la liberté de changer d’état civil), la prise en charge des traitements hormonaux, la suppression de la notion de sexe sur les papiers d’identité, l’accès aux traitements hormonaux et à la chirurgie de réassignation sexuelle pour ceux qui le désirent, la transformation du cloisonnement homme / femme traditionnel des toilettes publiques, le choix de son identité de genre, etc.

Des revendications politiques et sociales rendues possibles par l’émergence d’intellectuels, de militants et d’artistes transgenres qui se sont réapproprié un discours qui leur avait été confisqué, mais aussi par l’édification de figures transgenres populaires, reconnues, désirables, esthétisées et valorisées. Des rôles modèles en quelque sorte, qui représentent des médiations positives, notamment pour les plus jeunes. Car la présence de ces nouvelles stars en couverture des magazines de mode ou en héroïnes de série à succès ne doit pas masquer la triste réalité. À savoir que, pour la majeure partie des personnes transgenres dans le monde, le quotidien est tout autre et tient plus de la survie face aux violences subies que des paillettes de Hollywood.

Une réalité que rappelle souvent Andreja Pejic, citant l’histoire de Tara Hudson, cette Américaine de 26 ans, emprisonnée pendant un an dans une prison pour homme, et ce malgré son opération chirurgicale de réattribution sexuelle, juste parce que ses papiers d’identité mentionnaient “homme” à la case “sexe”. Car si l’agenda des transgenres est pop, il est aussi, et heureusement, politique.

image 100214259 10791659
Découvrez la collection

Changement de paradigme, les transgenres sous les spotlights cumulent à la fois le rôle de portemanteau et de porte-parole, à l’image d’Andreja Pejic, qui a fait le pont avec élégance entre la futilité supposée de la mode et le militantisme, avec son discours percutant sur la gender fluidity aux TedxTalks.

Ou comme Hari Nef, récompensée d’un Award pour son rôle dans la série Transparent et qui, invitée à la Maison Blanche où elle est arrivée vêtue d’une robe Gucci turquoise à 7 000 dollars, a martelé son discours pour l’acceptation des transgenres par la société américaine, rappelant avec justesse que l’émergence et la récente visibilité des mannequins trans coïncidaient avec une augmentation des violences à leur égard. Les transgenres aujourd’hui dans la lumière n’ont heureusement pas laissé leur sens du militantisme dans leur it-bag et s’emploient, profitant de leur statut médiatique, à redéfinir la notion fragile et mutante de beauté, ouvrant la porte step by step, sur un monde qui prendrait en considération la fluidité sexuelle, mais aussi de couleur peau, d’âge, de nationalité, de corpulence, et de milieu social, redéfinissant ainsi l’idée même du corps comme vecteur de liberté. Une manière de résumer sur le catwalk – gros plan face caméra – ce que Caitlyn Jenner laissait entendre lorsqu’elle déclarait : “Je ne fais pas tout ça pour être sous la lumière des projecteurs, mais tout simplement pour enfin vivre”. 

A LIRE AUSSI

femme dos

LA TENDANCE DE LA MODE ET LES MANNEQUINS TRANSGENRES

c675ce50a00ceed5a451af312afc3f85

L’univers de la mode se pose comme un outsider de notre société. Elle transgresse les règles et les clichés par sa volonté d’éclairer sous les projecteurs les “autres” normes. La Fashion Week automne-hiver 2020/2021 a su apporter son lot de surprises surprenantes et assumées défilant fièrement sur les podiums.

Les transgenres dans la mode

Le transgenre, le troisième genre dont on tait le nom dans l’espace publique. Souvent confondu avec les personnes transsexuelles, le transgenre se définit comme “une personne présentant un transsexualisme et qui adopte l’apparence et le mode de vie de l’autre genre, mais sans changer de sexe”.

Maya Crossbody Purse Pink Multi | Fossil�Fondée en 2005, North & Main Clothing Company est une entreprise appartenant à une femme qui offre des vêtements de charme à Hiawassee, en Géorgie et en ligne. Notre brique et notre mortier, un bâtiment scolaire restauré des années 1940, rayonnent d’une ambiance industrielle vintage et sont entourés par les Blue Ridge Mountains en plein cœur des Appalaches du Sud. Nous tenons un beau morceau d’histoire locale dans nos murs. Nous nous efforçons d’établir des relations de longue date avec nos clients, et nous sélections de produits de qualité lors de salons annuels à Las Vegas, Los Angeles et New York pour nous assurer que nos articles sont continuellement à jour. Steve Madden, Fossil et Democracy sont quelques-unes de nos marques exclusives.

En 2014, on voit apparaître les premiers mannequins transgenres dans des campagnes publicitaires. La marque haute couture Barneys New York offre un spot intitulé Brothers, Sisters, Sons & Daughters rassemblant 17 modèles transgenres. La même année, on découvre Lea T, mannequin brésilien et figure emblématique du transgendérisme, qui devient égérie de la marque Redken. Elle fût par le passé repérée par la célèbre marque Givenchy.

Les modes se veulent de plus en plus libérées du carcan genré imposé par la société. En tout temps, les tendances ont évolué au fil des changements culturels, sociaux et économiques. Aujourd’hui, le combat pour l’acceptation des transgenres dans la société est plus complexe qu’il n’y paraît car ce troisième genre semble heurter certaines coutumes bien ancrées dans notre façon de penser et de voir le monde.

A SOUTENIR : https://www.papayoux.com/fr/cagnotte/vivre-trans-feminine

Floral Jumpsuit Natural Mix | Plus SizeCombinaison florale Mélange naturel | Plus Taille Informations générales: 95% Rayon 5% Spandex Hand Wash Cold / Flat Dry Elastic Waist Smock Sleeve Button-Front 2 Side Pockets Made in China Fit Guide: Measured From 1XL Length: 55 » Shape – fit: Relaxed Fabric elasticity: Moderate Stretch Fabric texture: Soft Undergarments: Any Standard Bra Model: Height: 5’9 » | Buste: 36 » | Hanche: 45 » | Taille: 1XL
http://hollywoodpq.com/2015/04/23/andreja-pejic-est-le-premier-mannequin-transgenre-a-faire-la-couverture-du-vogue-usa/
Andreja Pejic, premier mannequin transgenre en couverture de Vogue USA

La beauté transgenre  : révolution ou simple communication ?

Le rédacteur en chef de Vogue déclarait être “fiers de célébrer la beauté transgenre et la façon dont des mannequins comme Valentina Sampaio, qui apparaît sur sa toute première couverture de Vogue, changent le visage de la mode et démontent les préjugés”. Mais de l’autre côté, le discours de la mannequin est quelque peu différent : “Vous savez, je n’ai que 20 ans et ce combat pour la reconnaissance transgenre, je l’incarne malgré moi. À la base, tout ce que je veux, c’est être perçue à ma juste valeur, Non pas comme une chose absurde qui évoluerait dans un monde abscons”.

image 100214259 11087252

Le monde de la mode est réputé pour être un univers farfelu où les excentricités sont fréquentes et peu prises au sérieux par les personnes hors du fashion system. Le relais médiatique assure une visibilité sans précédent à ce troisième genre qui semble si nouveau, si révolutionnaire, si différent . Mais où est la réalité dans tout cela ? Cette visibilité est-elle le résultat d’un engouement pour tout ce qui est différent ? Cette médiatisation aboutit-elle à un changement de regard pour le quotidien de ces personnes transgenres ? Aujourd’hui, une chose est sûre les magazines de mode arborent fièrement leurs couvertures avec des mannequins transgenres pour se positionner comme les grands défenseurs des opprimés des conventions sociétales.

A LIRE AUSSI

LA QUESTION DU GENRE AU COEUR DU DÉBAT

ariel-nicholson-calvin-klein

Défilé Calvin Klein ©Imaxtree

Depuis quelques années, des agences de mannequin spécialisées dans les représentations du genre ou les questions LGBTQ+ ont vu le jour. Parmi elles, Slay Models, la première à représenter exclusivement des mannequins transgenres, créée à Los Angeles en 2016 par Cecilio Ascuncion. « Je suis un homme gay, je sais à quel point il est important de comprendre et de soutenir toutes les diversités de genre ou de sexualité. J’ai lancé mon agence pour accompagner au mieux les mannequins transgenres, les protéger et les soutenir. Cette communauté a besoin d’alliés », explique-t-il. Quel accueil a-t-il reçu de la part de l’industrie de la mode ? « Il a été globalement positif. Les mentalités évoluent et mes clients sont prêts à ce changement. Mais c’est sans doute plus facile car il est vrai que nous parlons de la mode, un milieu qui a toujours été accueillant pour les personnalités sortant des normes et pour remettre en question les codes. » Certains mannequins font également le choix de se présenter au monde comme non-binaires, ni homme, ni femme, ou les deux à la fois : « Oslo Grace, aperçu chez Gucci, ou Jay Espinosa, vu chez Louis Vuitton, font ce choix et ne veulent pas être définis par leur genre et défilent indifféremment pour les collections femme ou homme », explique Philippa Nesbitt. 

Shop Now at AMI Clubwear!

Et si la question du genre s’est particulièrement immiscée dans la mode ces dernières années, c’est notamment grâce à la jeune génération, beaucoup plus encline que ses aînées à la remettre en cause, donnant ainsi naissance aux expressions « no gender », ou « gender fluid ». Pour Vincent Grégoire, directeur de création pour le bureau de tendances parisien NellyRodi, les marques sont obligées de se mettre au diapason : « Si, pour les jeunes générations, la question du genre n’est plus un problème, elles sont extrêmement reconnaissantes lorsqu’une marque ose mettre en avant les différences de genre. Il n’y a qu’à voir le succès de Gucci auprès d’elles ! C’est cette génération qui aujourd’hui fait le marché. Les marques sont donc obligées de s’y conformer. De plus, ces dernières ont une responsabilité en ces temps de transphobie exacerbée. » Delphine Ravisé-Giard, présidente de l’Association nationale transgenre, salue également ces initiatives : « La visibilité est toujours une bonne chose. Qu’un magazine comme ELLE mette en couverture une mannequin transgenre comme Valentina Sampaio, d’autant plus une Brésilienne quand on sait que le Brésil compte le plus grand nombre de meurtres transphobes, c’est une sacrée avancée. Et c’est important pour la communauté de voir que l’on peut réussir dans la vie malgré les obstacles ! »

Cette visibilité médiatique et publique offre aux mannequins transgenres un moyen de communiquer et d’afficher fièrement leurs identités. Ils deviennent inconsciemment les portes-parole d’un mouvement bien plus large. Ce soutien des grands noms de la haute couture semble être un moyen de faire évoluer les mœurs et d’engager le pas vers une acceptation plus globale de la société. Reste cette volonté humaine de vouloir sans cesse poser un nom sur les choses, de vouloir sans cesse les nommer “les transgenres”.

image 100214259 10828619


image 100214259 14299526

image 100214259 14299526image 100214259 14299526

A VOIR SUR WEB