Le syndrome de la femme battue

Le syndrome de la femme battue est malheureusement une réalité pour de nombreuses femmes qui vivent une situation de violence depuis longtemps. Voyons ce que nous pouvons faire dans ces cas.

Les symptômes physiques et des conséquences psychologiques à la suite de violences subies ou d’abus dans une relation. Par ailleurs, une mention particulière est faite de la situation dans laquelle les enfants se retrouvent, ce qui remet parfois leur garde en jeu.

Comment identifier le syndrome de la femme battue ?

Le syndrome de la femme battue présente des caractéristiques évidentes qu’il est important de savoir identifier. La solution ? Il est important de solliciter l’aide d’un professionnel dès que possible afin que cette symptomatologie ne se détériore pas et affecte la qualité de vie de la femme qui en souffre.

  • Symptômes corporels : insomnie, perte de poids, somatisation des émotions (eczéma, migraine, colique …)
  • Symptômes psychologiques : dépression, faible estime de soi, culpabilité, désespoir et peur

Ce que vous devez savoir à propos des femmes maltraitées :

1. La violence conjugale est bien plus fréquente que vous l’imaginez et touche toutes les catégories sociales.

2. Les femmes sont plus souvent victimes de la violence dans le couple. L’homme est également victime de violence conjugale mais les « hommes battus » sont beaucoup plus rares et pour eux, les violences sont essentiellement psychologiques.

3. Les violences débutent souvent (ou redoublent d’intensité) durant la grossesse. Les trois quarts des femmes battues ont au moins un enfant.

4. Il ne faut pas confondre la violence faite aux femmes avec les conflits de couple qui dégénèrent. Lors d’une « simple » dispute, les deux conjoints peuvent en venir aux mainssans qu’il soit possible d’identifier un agresseur et une victime (les deux points de vue s’opposent dans un rapport d’égalité). Par contre, lorsqu’une femme est battue, il y a clairement un abus de pouvoir de l’homme et un rapport de force pour dominer la femme.

5. Quand on parle de « femme battue » ou d’« homme battu »on oublie souvent de prendre en compte la violence psychologique qui accompagne les coups et blessures. En réalité, la violence conjugale comprend à la fois la violence physique (bousculades, coups, gifles, morsures, strangulations, tortures, brûlures, séquestrations,…) ET la violence psychologique (harcèlement, dénigrement, humiliations, rabaissement, dévalorisations, critiques, reproches, chantages affectifs, intimidations, isolement, menaces, insultes,…)

« tu es une incapable ! »

« tu es une bonne à rien ! »

« si ça continue, je vais te tuer ! »

« tu es vraiment trop nulle ! »

Il est intéressant de noter que la violence psychologique commence pratiquement toujours AVANT l’apparition de la violence physique. Et dans la majorité des cas,une femme battue continue de se faire harceler entre les coups qu’elle reçoit. De plus, le harcèlement moral est parfois bien pire que la violence physique !

6. Un homme ne naît pas violent, il le devient au fil du temps. En parallèle, la situation de la femme battue a tendance à empirer avec le temps (d’où la nécessité d’agir rapidement pour s’en sortir).

7. Une femme battue qui ne réagit pas met en danger sa vie et sa santé (stress, anxiété, troubles du sommeil, troubles de l’appétit, peurs, perte de l’estime de soi, dépression, décès…) et parfois celle de ses enfants.

8. Les femmes battues ont souvent peur de ne pas être comprises ou prises au sérieux car les hommes violents ont un double visage : en société, ils sont charmants, séducteurs, courtois et adorables (comme monsieur tout le monde) et à la maison, ils sont méchants et violents.

9. On ne devient pas une femme battue par hasard ni du jour au lendemain…

Comment s’installe la violence conjugale ?


La violence dans le couple s’installe toujours de façon progressive et insidieuse.

Au début de la relation de couple, tout se passe bien.

Puis petit à petit les tensions apparaissent:cela commence souvent par un simple énervement, une agression verbale (insulte) ou de la manipulation mentale (reproche, chantage), parfois une crise de colère.

Le partenaire violent fait comprendre à sa conjointe qu’elle ne répond pas à ses attentes et ses besoins.

Ce sont quelques-uns des symptômes présents chez tous ceux qui souffrent du syndrome de la femme battue. Cependant, nous avons préféré traiter individuellement certains points importants. Voyons quelques-uns d’entre eux pour ensuite, voir les étapes à suivre pour commencer à chercher de l’aide.

Impuissance acquise chez les femmes victimes du syndrome de la femme battue

L’impuissance acquise est un état psychologique dont peuvent souffrir les femmes qui ont été victimes d’abus. C’est une pensée néfaste qui les empêche de prendre des décisions en leur faveur pour se sortir d’une situation dans laquelle elles sont violées ou maltraitées.

Elles considèrent que rien de ce qu’elles peuvent faire n’influencera le résultat. C’est extrêmement handicapant, sans espoir et c’est la raison pour laquelle beaucoup de femmes ne peuvent pas se sortir d’une situation de maltraitance. Même le fait de ne pas y remédier peut mener à une autre relation abusive.

Stress post-traumatique

Lorsqu’une femme a été exposée à une situation de violence répétée pendant une longue période, cela signifie qu’elle a vécu dans un stress constant. Cela a provoqué le fait que, après la séparation ou le départ de cette situation, le stress persiste.

Cette réaction de combat et de fuite, qui est si importante pour notre survie, devient complètement inadaptée chez les personnes atteintes du syndrome de la femme battue. Le stress, la peur et l’anxiété apparaîtront dans des circonstances qui méritent d’être redoutées.

Parmi les moyens par lesquels nous pouvons identifier ce stress post-traumatique, nous analysons le comportement de la femme victime de violence :

  • Cauchemars et flashbacks provoquant des sueurs froides, de la peur et l’augmentation du rythme cardiaque
  • Comportements évasifs de ces lieux ou pensées qui rappellent la situation vécue
  • Hypervigilance, surtout dans la rue (la femme victime de violence pense être poursuivie)
  • Difficultés à se souvenir des caractéristiques ou des moments essentiels de l’événement traumatique

Tous les témoignages de femmes victimes de violences s’accordent : parler a été la première étape de leur parcours pour sortir de la spirale de la peur.
Le silence ne profite qu’aux agresseurs, c’est bien connu !
Parler : cette première étape est primordiale.
Si la femme en ressent le besoin immédiat, elle peut appeler le 3919. Ce numéro est mis en place à l’intention des victimes et témoins de violences. Elle sera entendue, conseillée, informée et dirigée vers les services compétents et proches de son domicile.

La victime ne doit pas hésiter à contacter une personne de son entourage ou une personne de confiance comme un médecin, un avocat, une association spécialisée… Ils apporteront des informations et conseils utiles.

Si ces démarches peuvent sembler difficiles, elles seront néanmoins nécessaires, par exemple, si la victime envisage une procédure judiciaire. Ce qui paraît insurmontable aujourd’hui pourra paraître normal et indispensable demain.

Les associations près de chez soi

Les associations de soutien aux femmes victimes de violences ont été créées pour entendre, soutenir, accueillir, conseiller, accompagner les femmes battues, mais aussi pour lutter contre ces violences à travers différentes actions.

Pour connaître la liste des structures d’accueil près de chez soi, on peut appeler le 3919, ou consuter le site de la Fédération nationale solidarité femmes.

A LIRE AUSSI

A LIRE SUR FAUNES ET FEMMES MAGAZINE

La France, Et si les femmes avaient « Le Pouvoir » ?

La France, Et si les femmes avaient « Le Pouvoir » ?

La France, les femmes et le pouvoir est le fruit d’une longue enquête destinée à comprendre l’origine et les caractéristiques de l’«exception française» en la matière. On sait que l’Hexagone fut le dernier des grands pays occidentaux à accorder le droit de vote aux femmes, et qu’il était à la fin du XXe siècle en queue de peleton de l’Europe et au 65e rang mondial pour la place qu’il leur réserve dans son Parlement. Mais si les faits sont connus, les raisons de cette situation n’ont jamais fait l’objet d’études approfondies. Parfois attribuées à un mystérieux «retard français», elles font surtout l’objet d’un tabou historique.

La France, Et si les femmes avaient « Le Pouvoir » ?
Aurore Bergé (c) députée et nouvelle présidente du groupe Renaissance à l’Assemblée nationale, avec les députés Renaissance élus aux législatives, le 22 juin 2022 à Paris Aurore Bergé (c) députée et nouvelle présidente du groupe Renaissance à l’Assemblée nationale, avec les députés Renaissance élus aux législatives, le 22 juin 2022 à Paris afp.com – Christophe ARCHAMBAULT

Ce tabou s’éclaire lorsqu’on saisit que l’exception française ne date pas d’hier, qu’elle a eu longtemps un tout autre visage, et que ceux qui ont le plus travaillé à l’exclusion des femmes des positions de pouvoir ne sont pas ceux que l’on croit généralement.

Du début à la fin du Moyen Âge, en effet, la France s’est plutôt signalée par un ample partage des responsabilités entre les sexes. C’est à ce partage que s’attaquèrent, le jugeant incongru, les troupes d’hommes grossissantes qui s’investirent dans la construction de l’État et le commentaire de la vie politique, en se donnant les moyens de gagner à leur point de vue des groupes de plus en plus nombreux. Cette histoire n’a pourtant rien de linéaire. Elle est au contraire remplie de conflits, de polémiques, de reculs et d’avancées, de mises au point de stratégies, de batailles perdues ou gagnées… dont l’Histoire qui s’enseigne à l’école ou à l’université ne dit généralement rien, ou rien de compréhensible.

Lorsque la parité n’est pas imposée par la loi, la proportion des femmes dans le personnel politique est minoritaire. Des effets territoriaux sont toutefois constatés : la proportion de communes dont une femme est maire est plus importante dans l’Ouest de la Métropole, dans le Sud du bassin parisien et en Rhône-Alpes que dans le reste du territoire. Ainsi cette proportion, qui est de 20 % dans l’ensemble du pays n’atteint pas 14 % dans le département du Var mais dépasse 25 % dans celui des Landes.

Les écarts territoriaux concernant les parts de femmes parmi les cadres et les dirigeants salariés des grandes entreprises obéissent davantage à une opposition entre l’Ile-de-France et la Province. En région parisienne, la part de femmes parmi les dirigeants d’entreprises de plus de 250 salariés est pratiquement de 30 % alors qu’elle est située au-dessous de 25 % dans toutes les autres régions.

Trois femmes au pouvoir, de Matignon à l’Assemblée, une donne historique

Fraîchement choisies par la majorité pour les plus hautes fonctions à l’Assemblée nationale, Aurore Bergé et Yaël Braun-Pivet forment, avec Elisabeth Borne à Matignon, un trio de femmes au pouvoir, un tel alignement constituant une première, encore à l’épreuve.

Bien que fragilisée après les législatives, Mme Borne, deuxième femme à la tête d’un gouvernement après Edith Cresson il y a trente ans, a été « confirmée » samedi par Emmanuel Macron « dans la durée ».

Aurore Bergé, elle, a été élue mercredi dernier à 35 ans présidente des députés Renaissance (ex-LREM). C’est la première fois sous la Ve République qu’une femme devient patronne du groupe majoritaire à l’Assemblée.

Autre première: la présidence de l’institution doit revenir mardi à une femme également, Yaël Braun-Pivet, via un vote de l’ensemble des députés. Elle succèdera à Richard Ferrand, un proche d’Emmanuel Macron défait dans les urnes.

Novice en politique en 2017 et bombardée alors présidente de la commission des Lois au Palais Bourbon, l’élue de 51 ans ne sera restée qu’un mois ministre des Outre-Mer. Elle a quitté ce week-end le gouvernement en vue du perchoir.

Réélue députée des Yvelines le 19 juin, elle a profité d’une fenêtre d’opportunité pour se présenter mercredi à une primaire interne pour la présidence de l’Assemblée, l’emportant sur un autre ex-président de commission LREM, Roland Lescure.

Une observatrice des deux scrutins constate au sein de la majorité « un vrai élan » assez irrépressible en faveur des femmes, dans un Palais Bourbon qui a accueilli en 2016 pour la première fois une statue de personnage historique féminin, au milieu des figures d’hommes et allégories. Il s’agit d’un buste d’Olympe de Gouges, féministe guillotinée sous la Terreur.

Laurence Rossignol, ancienne ministre socialiste des Droits des femmes, reprend Simone de Beauvoir: « il suffira donc d’une crise… pour qu’on laisse les femmes monter au feu ».

Pour la députée sortante de la majorité Valérie Petit également, il s’agit du « Glass Cliff Effect » ou effet « falaise de verre », soit « la surreprésentation des femmes dans les postes de pouvoir en période de crise aigüe ». « Ceux qui d’habitude ignorent leur talent se disent +On a tout essayé, faisons quelque chose qu’on n’aurait jamais imaginé: nommons une femme+ », a-t-elle relevé sur Twitter.

– revanche –

Ces victoires ont aussi l’allure d’une revanche sur les procès en incompétence ou le sexisme ambiant à l’Assemblée. « Certains députés ont pu me dire +Ne faites pas votre maîtresse d’école+, ou +Merci pour vos réflexions quasi maternelles+ », rapportait en 2019 dans Elle Mme Braun-Pivet, avocate de profession et mère de famille nombreuse.

La féminisation de l’Assemblée, avec un record de quelque 39% de députés femmes en 2017, a cependant eu « beaucoup d’effets », relevait-elle auprès de l’AFP il y a quelques semaines. « De facto, certains comportements sexistes ont disparu et les femmes prennent davantage la parole ».

Or la proportion de députées a légèrement reflué avec les dernières élections législatives, passant à 37%.

« La faute à la fois au RN qui a présenté beaucoup de femmes dans des circonscriptions perdues d’avance, et à LR dont le féminisme n’a jamais été la tasse de thé », pointe à l’AFP la politologue Mariette Sineau, co-autrice de « Femmes et République ». Et la poussée de LFI, qui avait investi légèrement plus de femmes que d’hommes, « n’a pas suffi » à inverser la tendance.

« Ce recul du nombre des femmes à l’Assemblée, ça fait mal », lâche la chercheure Marlène Coulomb-Gully. Selon cette spécialiste des questions de genre, « quelque chose doit radicalement changer si l’on veut rendre l’engagement politique désirable pour les femmes », notamment les horaires de travail.

Elle espère toutefois que « l’ordre du jour, la priorité du type des questions » – le « care », l’enfance, les seniors, plutôt que le régalien – puissent « être infléchis par une assemblée où le nombre de femmes est relativement élevé même s’il est en baisse, et où des femmes occupent des postes décisionnels ».

Deux autres femmes président des groupes d’opposition, Mathilde Panot (LFI) et Marine Le Pen (RN). Cyrielle Chatelain codirige le groupe écologiste. La majorité espère atteindre cette semaine la parité à d’autres postes clés au Palais Bourbon.

Au rapport : l’agriculture biologique la Cour des comptes dénonce des moyens de l’Etat «insuffisants»

Au rapport : l’agriculture biologique la Cour des comptes dénonce des moyens de l’Etat «insuffisants»

Au rapport : l’agriculture biologique la Cour des comptes dénonce des moyens de l’Etat «insuffisants»
Une exploitation bio détruite au glyphosate dans les Bouches du Rhône @gettyimage

Ce rapport tombe à point nommé pour la filière bio. Alors que l secteur est confronté à une baisse de la consommation, la cour des comptes pour la première fois de son histoire publie enfin ce jeudi son rapport sur «le soutien à l’agriculture biologique», qui dresse un portrait sévère des aides publiques et du soutien accord à la filière. La cour des comptes l’affirme sans détour : «La politique de soutien à l’agriculture biologique s’avère insuffisante au regard des ambitions affichées, tant au niveau des aides financières, que du soutien à la structuration de la filière, de la communication sur les bénéfices du bio et de la recherche et développement» et n’est «pas à la hauteur».

Fait notable : une très large partie du rapport est consacrée aux bénéfices de l’agriculture biologique (AB). S’appuyant sur une analyse détaillée de la littérature scientifique, la Cour des comptes juge que la politique de soutien est «justifiée par les bénéfices de l’agriculture biologique pour la santé et l’environnement»«Si elle présente quelques faiblesses (usage du cuivre, travail profond du sol, etc.), l’agriculture biologique a néanmoins un effet bénéfique sur la qualité de l’eau et des sols en raison de l’interdiction de l’usage de pesticides et d’engrais azotés de synthèse et du moindre usage d’antibiotiques et d’additifs prévu par son cahier des charges.

Elle contribue également à l’amélioration du bien-être animal, a un impact plutôt favorable sur le climat et crée plus d’emplois», est-il résumé. Le président de la Cour Pierre Moscovici a enfoncé le clou ce jeudi en présentant le rapport : «Le rôle de la Cour c’est d’apporter un regard objectif et impartial qui manquait […] L’agriculture biologique est le meilleur moyen [de réaliser] la transition écologique et agricole.» Malgré des rendements encore inférieurs à ceux de l’agriculture conventionnelle d’environ 18 %, la productivité du bio «présente un potentiel d’amélioration, qui dépend de l’investissement en recherche et développement».

Les agences de l’eau en première ligne

Alors que les agriculteurs bio se battent depuis des mois pour réclamer une meilleure revalorisation de leurs aides dans le cadre de la future PAC, qui entrera en vigueur en 2023, on reste cependant loin d’atteindre les objectifs fixés en termes de part de la surface agricole dévolue à l’AB : 15 % en 2022, et 18 % en 2027 selon les objectifs français, et 25 % d’ici 2030 au niveau européen. D’ailleurs, «l’ambition environnementale» du plan français pour la prochaine PAC reste trop «modeste», regrette la Cour des comptes, qui juge que le budget prévu par la France pour les éco-régimes – un nouveau système de paiements qui vise à rémunérer les agriculteurs en fonction des bénéfices environnementaux – est «inférieur de près de 20 %» au dispositif jusqu’ici en vigueur. «Fortement incitatives», les aides au bio sous la précédente PAC ont aussi été «sous-dimensionnées».

«Près de la moitié de l’enveloppe» prévue pour les aides à la conversion et au maintien de l’agriculture bio pour 2015-2020, «a été consommée dès la première année». Autre preuve du manque d’engagement de l’Etat sur la transition vers le bio : au niveau national, les agences de l’eau sont le premier financeur de l’AB, devant les aides au maintien et à la conversion et les aides des régions. Alors que la pollution de l’eau d’origine agricole «continue de s’aggraver», «la prévention s’avère bien moins coûteuse que la décontamination de l’eau potable». Les agences de l’eau l’ont bien compris, et ont donc «fortement développé leur soutien», en mettant en œuvre de nombreux projets pour développer le bio dans les zones de captage d’eau potable.

Financement «limité»

Et pourtant, malgré ces aménités incontestables, les moyens de financement du bio sont maigres. La France, premier pays européen en termes de surface agricole dévolue à l’agriculture biologique (10,3 % en 2021, soit 2,8 millions d’hectares), ne consacre que 4,9 % de son budget dévoué au développement rural à l’AB, contre 6,4 % pour la moyenne des pays européens. «La politique de soutien à l’agriculture biologique paraît donc présenter un rapport coût /bénéfice intéressant en termes d’environnement, bien supérieur à celui d’autres dispositifs aux effets plus incertains en termes de réduction des pollutions agricoles», écrit la Cour des comptes, pointant notamment le coût des plans Ecophyto successifs, qui visent à réduire les pesticides depuis 2009 et dont le coût est estimé à 400 millions par an malgré une absence de résultats.

Au total, le «financement de l’Etat à hauteur de 35 millions d’euros en 2020 [pour les aides à la conversion et au maintien en AB] apparaît encore plus limité lorsqu’il est rapproché des coûts de dépollution des eaux contaminées par les produits phytosanitaires et nitrates d’origine agricole (entre 540 et 970 millions d’euros par an), à la charge des usagers». Quant au ministère de l’Agriculture, sa «politique aurait pu être davantage motrice dans le développement de l’agriculture biologique, qu’elle a, au mieux, accompagné et parfois freiné», fustigent les Sages.

«Réorienter les soutiens publics»

«Le sous-dimensionnement des enveloppes d’aides, leur manque de lisibilité et l’insuffisante prise en compte des bénéfices environnementaux associés à ce mode de production […] conduisent à s’interroger sur la pérennité à terme des exploitations biologiques», alerte enfin la Cour des comptes.

Pour que la France se donne les moyens de son ambition, les Sages ont formulé douze recommandations visant notamment à «mieux éclairer les citoyens et les consommateurs sur l’impact environnemental et sanitaire» de l’AB et «réorienter les soutiens publics à l’agriculture au profit de la filière bio». Par exemple en instaurant une «rémunération pour services environnementaux de l’agriculture biologique» dans la future PAC. Les derniers arbitrages du gouvernement sur ce dossier devraient d’ailleurs être rendus publics en fin de semaine.

A Singapour pour les passionnés de culture

A Singapour pour les passionnés de culture

Singapour est une destination qui encourage à la découverte. Véritable ville-jardin, ancrée dans une histoire et un patrimoine multiculturels continuellement renouvelés par un esprit d'exploration et d'innovation. Elle offre une myriade de possibilités pour les voyageurs.

A Singapour pour les passionnés de culture
La chic petite cité état, nichée au sud de la Malaisie, charme immanquablement le visiteur.

Singapour ne laisse aucun passionné indifférent : Férus d’arts en tous genres ? Découvrez les chefs-d’œuvre locaux et internationaux dans de nombreux musées et galeries. Apprenez-en plus sur la culture multi-ethnique de Singapour, laissez-vous porter par les récits racontés par les chants et danses traditionnels des communautés chinoise, malaise et indienne.

Pour les visiteurs désireux de ramener un peu de Singapour chez eux, ils pourront participer à des ateliers animés par une nouvelle vague de designers et d’artisans pour créer leurs propres œuvres d’art. Passionnées par les arts, l’artisanat ou les rencontres, c’est ici que convergent les créateurs de culture, maestros, artisans, artistes et bien sûr voyageurs du monde entier.

Lorsque Sir Stamford Raffles fonda au 19ème siècle ce qui deviendra la Singapour moderne, rien ne permettait de penser que cette ville connaitrait un destin culturel aussi prometteur !
Les nombreuses populations qui ont immigré sur l’île ces deux derniers siècles ont chacune apporté leur spécificité. Malais, Chinois, Indiens, Européens ont d’abord fait quartier à part mais peu à peu la fusion s’est effectuée pour donner naissance à une culture hybride unique pour une si petite superficie.

A Chinatown, on peut apprécier les nombreuses allées de boutiques au-dessus desquelles flottent dragons et lanternes de papier guidant le visiteur vers des restaurants à ciel ouvert, des herboristeries à l’ancienne, des marchés locaux « wet markets », un véritable opéra chinois, des pagodes écarlates, des musées comme le Chinatown Heritage Center, des incroyables temples comme celui du de la Relique de la Dent de Bouddha, ou l’énorme temple Hindou Sri Mariamman…

Dans les allées plantées de palmiers royaux de Kampong Glam, l’architecture malaise et l’hospitalité musulmane sont à l’honneur. Les demeures sont gaiement colorées, les mosquées sont historiques les boutiques locales concentrées autour de Haji Lane et Arab Street regorgent d’épices, de soieries et de boutiques de souvenirs.

Toutes les symphonies de l’Inde sont présentes à Little India : agitation joyeuse, débauche de fleurs et d’offrandes s’étalent sur les trottoirs des rues Serangoon ou Hindon, à quelques pas du grand centre commercial Mustafa ouvert jour et nuit. Ne pas manquer le Tekka market, marché ouvert tous les matins, pour les odeurs et les saveurs de l’Inde.

Pour tout savoir de l’histoire incroyable de Singapour qui s’est construite avec la passion de ses habitants, un passage par le Musée National de Singapour, le plus ancien de la ville, s’impose, ou dans le passionnant Musée Peranakan qui décrypte le mode de vie de la population sino-malaise.

A ne pas manquer non plus : la Galerie Nationale de Singapour qui présente des trésors de l’art asiatique au cœur d’un cadre exceptionnel d’un bâtiment restauré depuis l’Hôtel de Ville et l’ancienne Cour Suprême, ou encore le Musée des Civilisations Asiatiques, l’un des premiers musées de la région à présenter l’ensemble des cultures et civilisations d’Asie. Il présente les collections historiques de Chine, d’Asie du Sud et d’Asie occidentales.

D’autres musées tel que le Singapore Art Museum, le Gillman Barracks ou le très rouge Red Dot Design Museum sont à noter.

Le Singapore Art Museum (SAM), présente l’art contemporain de la scène singapourienne et de la région du sud-est asiatique et asiatique. En plus d’une collection permanente, ce musée organise des évènements, des ateliers et expositions temporaires. Le Gillman Barracks est une enceinte d’art visuel créée dans une ancienne caserne militaire and entouré d’une végétation tropicale.

Cet endroit unique est une véritable plateforme de galeries d’art et d’artistes du monde entier, il développe l’art visuel de Singapour, de l’Asie du Sud-est et au-delà. En parallèle, il y a 7 cafés et restaurants dans cet établissement hors du commun. Enfin quant à lui, le Red Dot Design Museum sur la Marina Bay, réjouira les passionnés d’art et de culture contemporaine. Pour les plus mélomanes, une sortie concert s’impose au Théâtre de l’esplanade en forme de durian.

Des centres labellisés « Heritage » permettent d’en savoir plus sur les diverses traditions des populations immigrées. Pour une expérience encore plus immersive, l’attraction « Images of Singapore live » sur l’île de Sentosa plongera le visiteur au cœur du Singapour des années 1800 parmi des acteurs grimés comme à l’époque : Un véritable saut dans le passé.

Tout au long de l’année, la palette de propositions d’événements et de festivités à Singapour est incomparable. Expositions artistiques, concours culinaires, compétitions sportives, soirées musicales, festivals cinématographiques, fashion weeks, Grand Prix de Singapour, il y en a pour tous les goûts. Le plus difficile est de faire son choix mais il est toujours riche de sens de faire coïncider un voyage avec un événement faisant écho aux passions du voyageur.

En images…

  • gal 7025056
  • xxx of xxx competes in]] singapore marathon
  • gal 7025040
  • gal 7025041
  • gal 7025042
  • gal 7025043
  • gal 7025045
  • gal 7025046
  • gal 7025048 1
  • gal 7025049
  • gal 7025050
  • gal 7025051
  • gal 7025052
  • gal 7025054
  • gal 7025053
  • gal 7025055

#coronavirus #londres 20 minutes Actualité Afrique Agriculture Amour-sexualité Avenir Choix d'avenir Construire l'avenir Célébrité DIANA ABDOU Diana ABDOU Rédactrice En Chef Développement-Durable Développement personnel elleMagazine Fait divers Histoire International Justice L'amour psychotique Le Figaro Le Parisien LGBT+ Lifestyle Litérature Londres magazine magazines Marie Claire Mode mode de vie Mode street style Monde Music Nancy Politique Portugal Psychologie Shopping Société SOINS SHOPPING ACTUALITÉS Soldes Tendance mode Voyages

 Les femmes battues ont souvent peur de ne pas être comprises ou prises au sérieux car les hommes violents ont un double visage : en société, ils sont charmants, séducteurs, courtois et adorables (comme monsieur tout le monde) et à la maison, ils sont méchants et violents.

« L’artiste crée de belles œuvres. La finalité de l’art est de révéler l’œuvre et de reléguer l’artiste au second plan. Le critique est celui qui peut retranscrire d’une autre manière ou sur un nouveau support son impression de la beauté des œuvres. »

cover 2 13

Hebdo

Magazine Diana Unlimited

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :